Chroniques Livres

The mortal instruments #3 – Cassandra Clare

the mortal instruments 3

The mortal instruments #3 City of Glass
Ecrit par Cassandra Clare
Publié par McElderry Books, 2009
Version originale, Anglais
Jeunesse/Young Adult, Fantastique


La lutte entre le bien et le mal se poursuit. Valentin rassemble son armée pour éradiquer la lignée des Chasseurs d’Ombres. Clary se rend dans la Citée de Verre afin de sauver sa mère et découvrir son passé. S’introduire dans la Cité sans l’autorisation de l’Enclave n’est pas sans danger… Au cours de sa quête, Clary rencontre Sébastien, un garçon énigmatique. Avec lui, elle comprend que le seul moyen d’arrêter la fureur de Valentin est de former une alliance entre Chasseurs d’Ombres et Créatures Obscures. Comment conclure une telle union ? Clary saura-t-elle maîtriser ses nouveaux pouvoirs à temps pour cet ultime affrontement ?


Note globale:

7/10


ATTENTION ! Tu n’as pas encore entamé la série ? Je te recommande de ne pas lire cette chronique qui pourrait te spoiler les tomes précédents. Tu trouveras mes précédentes chroniques ici :


Autant annoncer la couleur dès la première ligne : j’ai beaucoup aimé ce tome. Comme les précédents, c’est surtout l’univers de la série que je retiens et que j’affectionne. Je trouve que l’auteure a su développer une mythologie crédible et bien détaillée, dans laquelle on plonge sans mal. Elle offre suffisamment d’éléments pour nous intriguer sans non plus nous étouffer de détails. Le rythme est assez bien géré et l’intrigue prenante, si bien que ça se lit fluidement. J’ai personnellement passé un très bon moment en suivant l’intrigue principale, malgré quelques défauts mineurs.

C’est peut-être la seule série qui, pour l’instant, arrive à me tenir en haleine et à m’intéresser autant à la suite. Je pense même me lancer dans les spin-offs et autres préquelles ou séquelles – à voir ce que l’avenir nous dira ! Quoi qu’il en soit, pour un troisième tome, City of Glass est un véritable un tournant, une conclusion trompeuse qui amorce de nouveaux rebondissements que j’ai hâte de découvrir. Mais aussi prenant qu’il fut, mes sentiments restent quelque part paradoxales.

D’un côté, il est clair que la saga se bonifie. L’intrigue s’approfondit – même si elle reste assez linéaire -, le rythme est prenant, l’univers s’assombrit et offre de nouveaux personnages intéressants. D’un autre côté, j’éprouve encore les mêmes difficultés que précédemment, sauf que ça a tendance à m’agacer un peu plus. Si vous avez lu ma chronique de City of Ashes, je vous disais que l’humour de Cassandra Clare était parfois un peu mal placé, lourd et qu’il m’empêchait de prendre l’histoire au sérieux (même si un peu de légèreté ne fait jamais de mal).

Là, ça s’est révélé bien pire malheureusement. Lors d’une scène particulièrement prenante, il m’a littéralement expulsée hors de ma lecture et m’a vraiment ennuyée. Si ennuyée à vrai dire que je n’ai pas pu me replonger dans la lecture pendant plusieurs jours, en fait. Si je le trouvais dans le premier tome rafraichissant et si j’appréciais la modestie qu’il semblait montrer de son auteur, l’humour est depuis devenu assez corrosif. C’est à mon sens l’un des plus grands défauts de cette saga et – je ne vais pas me faire des amis en disant cela – ça la rend assez immature.

En fait, dans ce tome, j’ai trouvé qu’on abandonnait un peu le côté sombre et sexy pour finalement tomber dans quelque chose d’un peu plus naïf et un peu trop rose bonbon (disons-le ainsi). La romance prend une part trop importante à mon goût et je regrette un traitement aussi binaire et prévisible. Cela s’accentue d’autant plus que j’ai toujours autant de mal avec les personnages principaux, même si ça s’améliore quand même. Cette fois cependant, c’est la relation d’Alex et de Magnus qui m’a agacée – non pas la relation elle-même mais la façon dont l’auteure l’amène – et c’est précisément ces scènes-là qui m’ont gênées car l’humour y est sur-usité et assez plombant.

Malgré cela, il n’en reste pas moins qu’avec ce tome, Cassandra Clare nous offre un nouvel horizon affriolant et captivant. J’ai beaucoup aimé découvrir Idris et la façon dont elle fonctionne. J’ai aimé les multiples intrigues proposées et la façon dont l’auteur réussit à nous surprendre. D’autant plus avec le personnage de Sébastien dont je ne dirai rien mais qui m’a beaucoup plu. Par contre, j’ai quand même été un peu déçue de Valentine et je n’ai pas compris pourquoi un type aussi intelligent que lui a pu tomber dans le même piège que bien d’autres méchants dans d’autres sagas : pourquoi cette nécessité de venir au milieu de tous pour faire de longues tirades inutiles visant à dire (grossièrement résumé) : Je suis le grand méchant que vous devriez craindre tous, obéissez-moi ou bien mourrez. La mise en scène étant déjà vue et revue, c’est sans doute la seule partie du tome et de l’intrigue qui n’a pas vraiment fait effet sur moi ; du reste, je voulais absolument savoir la suite.

Petite parenthèse : Certaines scènes m’ont d’ailleurs fait penser au dernier tome d’Harry Potter. Rien de très dérangeant toutefois, je tiens à le préciser, mais il faut dire que le contexte de ce tome, ce qu’il s’y passe, et la structure du livre globalement peuvent rappeler la célèbre saga jeunesse. Une influence involontaire ? Un clin d’œil ?

J’aurais également bien aimé que Cassandra Clare développe encore plus l’aspect politique ; c’est peut-être une part de l’intrigue qui manque un peu de profondeur, même si elle est amorcée. Les précédents tomes nous préparaient plus dans ce sens, et finalement, l’action s’oriente véritablement sur le passé d’Idris et de la génération de Luke, de Valentine et de la mère de Clary. Qu’on ne me fasse pas dire ce que je ne pense pas : j’ai aussi beaucoup apprécié cet partie-là. Cassandra Clare m’a tout simplement rendue curieuse de son univers, et j’ai donc grand envie de l’explorer sous de nouveaux jours.

Pour en revenir aux personnages, je ne peux que répéter mon désamour avec Clary : elle est clairement une Mary Sue presque toute puissante, dont les émois affectifs m’ont laissée de glace et dont la réaction vis-à-vis du retour de sa mère m’a un peu déçue. En revanche, dans la continuité du second tome, Jace se bonifie encore en devenant de plus en plus nuancé, même s’il y a encore du chemin à faire.

La relation ambivalente entre Luke et sa soeur est sans doute celle qui m’a le plus touchée. Quant à Simon, il continue à être mon personnage de cœur pour s’en être aussi bien sorti du cliché du meilleur-ami-amoureux-qui-est-le-boulet-de-l’histoire pour être en fait un type d’une loyauté sans faille et surtout le plus mature de tous. Par contre, j’avoue appréhender le triangle amoureux qui est en train de se créer autour de lui et qui me fait déjà grincer des dents (là encore, cela accentue le côté un peu immature de la série).

Mitigée ? C’est là où mes sentiments sont paradoxales en vérité : malgré les défauts relevés ici, je ne peux pas dire que mon avis est réellement mitigé. J’ai aimé ce tome, à l’exception de quelques passages en-deçà des autres. Ce fut la lecture agréable que je m’attendais d’avoir et dans laquelle j’arrive assez aisément à me plonger. La résolution de l’intrigue peut paraître un peu facile et la dernière scène pas assez en demie-teinte, toutefois le scénario est assez bien rythmé et développé. Globalement, cela reste avant tout un tome très prenant et plein de promesses pour la suite dont j’ai déjà ma petite idée, et j’espère continuer à être surprise !

Je n’ai donc plus qu’un mot à rajouter : Affaire à suivre !

Un commentaire sur “The mortal instruments #3 – Cassandra Clare

  1. Même si je ne suis pas aussi catégorique que toi concernant les touches d’humour, que j’ai personnellement bien apprécié, je peux comprendre ce que tu en dis. C’est vrai que ça donne parfois l’impression que cette saga manque un peu de sérieux. Et, j’ai également du mal avec Clary, même si dans ce troisième tome, ça passe mieux. Bref, malgré ça, j’ai vraiment beaucoup aimé ce troisième tome, qui finit très bien cette première trilogie 🙂

    1. En effet, dans le fond, ce 3e tome m’a bien plu comme toi. C’est juste que ce n’est pas mon type d’humour finalement, et je l’ai trouvé un peu trop présent, déséquilibrant le récit parfois au mauvais moment… 🙂
      Tu as déjà lu toute la série ?

  2. Personnellement, j’ai beaucoup aimé cette série (que j’ai fini), mais surtout le personnage de Jace, pour lequel j’ai eu un véritable coup de cœur !
    Ravie de lire d’autres points de vue 😉

Laisser un commentaire