Archives de
Étiquette : Livre

Lecture| Mois d'Avril 2014

Lecture| Mois d'Avril 2014

Après de longues hésitations sur le format de ces bilans mensuels, j’ai décidé de rattraper les derniers mois dont je n’ai pas chroniqués les livres sur ce blog de la même façon que je l’ai fait pour les premiers.

Au menu de ce mois, uniquement deux livres, mais deux livres intenses et sublimes :

lecture_avril

Lire la suite Lire la suite

Tes mots sur mes lèvres – Katja Millay

Tes mots sur mes lèvres – Katja Millay

tes mots sur les miennes

Tes mots sur mes lèvres
Ecrit par Katja MILLAY
Traduit par Juliette Lé (US)
Publié par Fleuve Noir (Territoires) en 2014
Romance, Jeunesse


« Je m’appelle Natsya. Voilà 452 jours que je ne parle plus. A personne. Depuis que quelqu’un m’a volé ma vie et ma seule passion.
Dans mon nouveau lycée, personne ne sait qui je suis et tout le monde me fuit. Sauf Josh Bennet.
Il est toujours seul, comme moi. Un jour, il me parle. Et ma vie change. Encore une fois.« 


Note globale :

5/10


Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu un livre de ce genre – que j’affectionnais pourtant durant mon adolescence – et en lisant par curiosité Tes mots sur mes lèvres, j’ai compris pourquoi je retentais difficilement l’expérience. S’il a été publié par les éditions 12-21, ce n’est pas pour rien et c’est précisément pour cette tranche d’âge que je recommanderais ce livre.

Si je l’avais lu à cette époque-là de ma vie, je pense que ma note aurait clairement été plus élevée. Sauf que voilà, je ne suis plus la même personne, mes goûts et surtout mes attentes ont évolué et je ne pense pas que Tes mots sur mes lèvres soit réellement un incontournable de la littérature jeunesse.

Lire la suite Lire la suite

Percy Jackson, tome 1 – Rick Riordan

Percy Jackson, tome 1 – Rick Riordan

persyjackson1

Percy Jackson, #1 Le voleur de foudre
Ecrit par Rick Riordan
Publié par Albin Michel, 2006
Roman, Jeunesse, Fantastique


« Écoutez, je n’ai jamais voulu être un demi-dieu. Si vous lisez ces lignes parce que vous pensez en être un vous aussi, suivez mon conseil : refermez ce livre immédiatement.
Une vie de demi-dieu, c’est dangereux.
C’est angoissant. Le plus souvent, ça se termine par une mort abominable et douloureuse. Mais si vous vous reconnaissez dans ces pages – si vous sentez quelque chose vous titiller – il se peut que vous soyez des nôtres. Or, dès l’instant où vous le saurez, il ne leur faudra pas longtemps pour le percevoir, eux aussi, et se lancer à vos trousses.
Je vous aurai prévenu.
Puissent les dieux de l’Olympe veiller sur vous. »


Note globale :

7/10


Percy Jackson. Il y a quelque temps, vous m’aurez cité ce livre, j’aurais vaguement eu le souvenir du premier film et encore, je le confonds un peu avec L’apprenti sorcier de Jon Turteltaub, ce qui a a probablement desservi la saga de Rick Riordan. A présent que je farfouille sur le net pour lire des blogs littéraires, je dois avouer que Percy Jackson a fini par attirer mon attention. Mais c’est à Ironbouqueen, bloggeuse / youtubeuse littéraire (sa chaîne : cliquez ici), que je dois d’avoir enfin osé passer le pas (ce qui fait beaucoup de verbe, pour dire à quel point j’étais réticente au début). Et vous savez quoi ? J’ai vraiment bien aimé.

Lire la suite Lire la suite

Ô mon George, ma belle maîtresse… – Alfred de Musset, George Sand

Ô mon George, ma belle maîtresse… – Alfred de Musset, George Sand

Titre : Ô mon George, ma belle maîtresse… – Auteurs : Alfred de Musset, George Sand – Éditions : Folio – Genre : Correspondance

o mon george

« Ah, George, quel amour ! jamais homme n’a aimé comme je t’aime.
Je suis perdu, vois-tu, je suis noyé, inondé d’amour ; je ne sais plus si je vis, si je mange, si je marche, si je respire, si je parle ; je sais que j’aime, je meurs d’amour, d’un amour sans fin, sans nom, insensé, désespéré, perdu, tu es aimée, adorée, idolâtrée jusqu’à mourir ! Et non ! je ne guérirai pas. Et non, je n’essaierai pas de vivre ; et j’aime mieux cela, et mourir en t’aimant vaut mieux que de vivre.
» Alfred de Musset à George Sand, 1er septembre 1834.

Note Globale :

6/10


C’est la première fois que je lis un recueil de correspondance et il y a un aspect indéniable qu’il faut souligner : la proximité que nous ressentons vis-à-vis de ces maîtres de littérature, honorés durant nos cours de français, cités par les auteurs contemporains qui s’en inspirent. A lire cette correspondance très intime – car Alfred de Musset et George Sand furent tantôt parents de cœur, amis et amants – on découvre des facettes insoupçonnées de ces êtres que nous ne connaissons qu’à travers leur plume.

Lire la suite Lire la suite

L'Idiot – Fedor M. Dostoïevski

L'Idiot – Fedor M. Dostoïevski

L'idiot Vol 2

Titre – L’Idiot

Auteur – Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski

Éditions – Babel

Traduction – André Markowicz

Genre – Roman


« D’abord trois hommes sont « embarqués ». Ils ne se connaissent pas. Face à face dans le train de Petersbourg, Rogojine le noiraud et le blond Mychkine, prince à la race abolie, forment un contraste parfait ; bientôt ils s’appelleront « frères » et le seront. Dans la mort. Ou plutôt : auprès de la morte, ayant accompli leur destin, cousu au nom, puis au visage bouleversant de Nastassia Filippovna. Le coryphée est là aussi, sous l’aspect du fonctionnaire Lebedev […]. L’Idiot est une tragédie biblique, un drame coupé d’apologues, commenté par toutes les voix de l’humain concert… MICHEL GUÉRIN (extrait de la lecture)« 


Note Globale :

10/10


Comment vous parler de L’Idiot ? Il y a dans les récits de Dostoïevski pas mal de thèmes, de dimensions philosophiques et sans doute aussi sociologiques qui m’échappent encore, mais ce roman est une perle de littérature. Je dois cependant admettre que j’ai été déroutée par le style d’écriture. A vrai dire, ma lecture en a été un peu affectée au début. Je pense qu’il m’a fallu une bonne centaine de pages avant de m’y faire, même si quelques formulations et même parfois des paragraphes entiers m’ont fait sourciller. Il s’en dégage une impression générale de brouillon, d’une écriture impulsive, d’une traite – que je n’ai pourtant pas retrouvé dans Les Nuits Blanches du même auteur et dont le style m’a tout de suite plu. J’ignore de fait si c’est spécifique à ce livre ou si c’est la traduction, mais de ce fait, cela a été un peu plus long pour moi de plonger dans L’Idiot, même si du reste, l’histoire m’a tout de suite enchanté.

Lire la suite Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :