Chroniques Livres·Les bonnes surprises

Les délices de Tokyo (Sweet Bean Paste) de Durian Sukegawa

Sweet Bean Paste / Les délices de Tokyo

Sweet bean Paste (Les délices de Tokyo)
Écrit par Durian Sukegawa
Publié par les éditions Oneworld en 2017
Version Anglais (Niveau Débutant +)
9.89€ Broché, 5.41€ ebook
Disponible en Français chez les éditions Le livre de poche, 6.90€ Poche, 7.99€ ebook
Contemporain, Drame


LES BONNES SURPRISES!


J’avais raté l’occasion de voir le film à sa sortie dans les salles, malgré la présence de la merveilleuse Kirin Kiki, actrice que j’ai découvert et adoré dans les rôles confiés par Hirokazu Kore-Eda. Un passage en librairie tokyoïte m’a donné l’occasion de me rattraper sur le livre qui en est à l’origine. Et qu’est-ce que j’ai bien fait.

Mais comment vous le décrire ? Il ne s’agit pas exactement d’un livre feel good, bien qu’il en a les ingrédients et que c’est ainsi que je l’ai ressenti – au début. Il faut dire que la rencontre entre Tokue et le jeune gérant du restaurant de Dorayaki, qui ne le tient que pour rembourser ses dettes envers le gérant, va changer la vie de ce dernier en lui donnant du sens. La grand-mère ne va pas qu’enseigner au gérant comment bien faire des dorayakis maisons, mais également comment apprécier pleinement une activité à laquelle il consacre toute son énergie et auquel il finira par prendre goût. Le roman parle en effet de secondes chances et de vivre sa vie pleinement en étant attentif à toutes les opportunités qu’on a de vivre bien et accompli.

Rapidement cependant, le roman dévoile une seconde facette moins légère quand de Sentâro le focus du roman se tourne vers cette grand-mère venue de nulle part. C’est alors qu’on apprend qu’elle a été autrefois atteinte de lèpre et que, bien qu’à présent guérie et sans danger pour les autres, elle continue à subir l’isolement social d’une société encore bercée par de forts préjugés et une vraie méconnaissance de la maladie et de son histoire.

L’auteur, qui a pris le temps d’aller visiter un sanatorium et parler aux victimes de cette maladie, évoque avec beaucoup de délicatesse ce passé méconnu du Japon et celui des lépreux. Quand la maladie était encore peu connue, les personnes atteintes étaient immédiatement isolées de la société dans des hôpitaux qui fonctionnaient à huis-clos, leur famille était contrainte à déménager. A travers les anecdotes et souvenirs de Tokue, l’auteur nous fait découvrir leur fonctionnement et la façon dont étaient traités les malades. Ainsi, on apprend que les sanatoriums disposaient de leurs propres cellules de prison qui signifiaient bien souvent pour les malheureux qui y étaient enfermés qu’ils ne verraient plus la lueur du jour. Il nous apprend également que le Japon n’a pas tout de suite distribué les médicaments qui avaient été trouvé en occident et qu’il a fallu que les malades se rebellent et contestent au risque de leur vie pour y avoir accès.

Tokue est le témoin de ceux qui y sont restés tellement longtemps, qu’une fois la liberté retrouvée, ils n’avaient plus de famille chez qui retourner ou qui les acceptaient. Même s’ils pouvaient sortir de l’hôpital, ils sont restés exclus de toute relation sociale avec l’extérieur qui continuait à les craindre.

C’est un roman qui fait naître beaucoup d’émotions dont une profonde mélancolie. Mais on ressent malgré tout dans le personnage de Tokue un désir à la vie profond qui est le plus touchant. Au fond d’elle, elle est demeurée cette jeune fille qui aspire à la vie et rêve de liberté et de vivre une vie épanouie. La poétique du texte lui prête une voix magnifique qui m’a émue et au souvenir de laquelle je reste encore touchée, quelques semaines après ma lecture.

Je ne peux donc que vous recommander de découvrir Sweet Bean Paste qui est d’une délicatesse appréciable autour d’un sujet aussi fort. J’ai apprécié d’y ressentir surtout une profonde douceur et jamais un apitoiement quelconque. La beauté de ce roman réside, au fond, dans la poésie et la douce légèreté du texte, maintenue malgré le poids de l’histoire et des mots. A lire, assurément.

Résumé : « «  Écouter la voix des haricots  »  : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d’embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu’elle lui a fait partager.« 

Chroniques cinéma·Les Coups de Coeur

Vanishing time : A boy who returned de Tae-Hwa UHM (Festival du Cinéma Coréen à Paris 2017)

Vanishing Time : A boy who returned
Réalisé par Tae-Hwa UHM
2016
Drame, Fantastique
Cinéma sud-coréen
Sur Senscritique – 7.3/10


LES COUPS DE COEUR !


Résumé :
« Après la mort de sa mère, Su-rin, 14 ans, vient s’installer sur une île avec son beau-père. Elle se lie d’amitié avec Sung-min, un orphelin qui partage son goût du mystère et des phénomènes étranges. Avec deux autres garçons, ils partent un jour en forêt pour assister à une explosion prévue pour la construction d’un tunnel. Mais en chemin, ils tombent sur une grotte dans laquelle ils vont trouver un objet qui va bouleverser leur existence…« 


Le 12e Festival du Cinéma Coréen de Paris a eu lieu au cinéma Publicis cette semaine, l’occasion d’y découvrir des films qui n’auraient autrement pas eu la chance de sortir dans nos salles – à fort regret, d’ailleurs. Ces dernières années, après le Japon, c’est la Corée du Sud qui apporte un vent de renouveau dans nos salles obscures. Pour le moment, je n’y ai découvert que de très bonnes œuvres, si ce n’est excellentes, au moins ayant un fort potentiel. Et c’est de même lors de ce festival, des deux œuvres que j’ai vu, l’une est excellente (A Taxi Driver de Jong HOON – dont j’espère vous parler prochainement) et l’autre très prometteuse : Vanishing Time : a boy who returned de Tae-Hwa UDeuxième long métrage du réalisateur, c’est une œuvre qui s’est longuement métamorphosée : d’un thriller noir et glaçant, mêlant un brin de fantastique, l’auteur a finalement changé de regard et y a apporté une teinture fort différente : celle d’une fable fantastique sur l’enfance, sur le passage à l’âge adulte, sur l’ouverture et l’innocence du regard d’enfant, plus prompt à accepter de voir au travers du fantastique, une part de réalisme. Un film qui n’est pas sans rappeler les films de notre enfance, à la fois au niveau du style et de l’ambiance, du sentiment qu’il provoque, comme par exemple Les Goonies de Richard Dooner. Mais attention à ne pas oublier qu’il s’agit d’une réalisation coréenne, et que leur cinéma (en tout cas, celui que j’ai vu jusqu’ici) est souvent empreint d’une certaine part d’ombre, qui en fait un film en direction d’adultes, bien qu’à la portée d’enfants.

Un groupe d’enfants décident de braver les interdits et d’aller voir en montagne les travaux qui sont menés pour créer un nouveau tunnel et qui provoquent des explosions. Lors de leur pérégrination, ils vont découvrir une caverne qui renferme une espèce de trésor lumineux, étrange, dont un des garçons pensent être un œuf du gobelin du temps, dont son grand-père parlait. Tandis que la fille du groupe, et l’héroïne du film, repart dans la caverne pour récupérer une épingle à cheveux que sa défunte mère lui a donnée, l’un des garçons Sung-Min, le héros du film, va casser l’œuf, par curiosité de voir ce qu’il renferme. Une explosion retentit, et la petite Su-Rin échappe de justesse à l’effondrement de la caverne. Mais quand elle ressurgit à l’extérieur, les trois garçons ont disparu.

C’est un film intimiste, oú chacun peut avoir sa propre interprétation sur ce qu’il propose. La jeune Su-Rin ne s’entend pas avec son beau-père, n’a que Sun-Min comme ami, est considérée comme bizarre par ses camarades au regard du blog sur les expériences extracorporelles qu’elle tient. Aussi, quand elle est la seule à revenir de l’expédition et qu’elle est incapable de donner une explication qui parait aux adultes suffisamment raisonnée pour être crédible, elle se retrouve encore plus isolée. C’est là l’opposition des regards entre l’enfant et les adultes qui est mise en scène, marquant le manque d’écoute et d’ouverture d’esprit des adultes, qui, au fur et à mesure des années, s’ancrent dans le réel et ont de plus en plus de difficulté à entendre les paroles de l’enfant, fantasques. Le film réussit en douceur à faire ressentir le sentiment de solitude, d’isolement, de la jeune Su-Rin, qui ne sait plus vers qui se tourner. Et c’est sans doute ce qui explique la facilité avec laquelle elle croira l’histoire de Sun-Min et tentera coûte que coûte de le défendre.

Car le film suit également ce qui est arrivé au jeune Sun-Min et ses deux amis. C’est autour de lui que l’oeuvre met en scène tous les questionnements de l’enfance et le passage à l’âge adulte. Et c’est sans doute dans cette partie du film que la part d’interprétation est la plus forte, la mieux amenée, et la plus marquante. Je pense que, plus tard, lorsque je repenserai à cette œuvre, ce sont ces scènes qui me reviendront en mémoire car ce sont mes passages préférés du film. Toute l’émotion y est juste et variée. On passe des moments doux, amusants et nostalgiques de l’enfance dans sa part d’innocence pure et nonchalante à des moments de gravité oú l’enfant se retrouve soudain confronté à la réalité, aux conséquences de ses actes, et commence à s’interroger sur les lendemains. Il s’interroge alors sur son avenir, sur le sens de ce que « devenir adulte » implique. Est-ce seulement une question d’âge légal ? Est-ce une métamorphose interne ? D’attitude ? Un choix ? Une nécessité ? Toute cette partie est remplie de métaphores, que ce soit dans les dialogues, les actes, la situation ou le décors.

Je pourrais longuement disserter sur le temps arrêté, qui pourrait s’interpréter comme la représentation la plus pure de l’enfance. Cette période de nos vies oú le lendemain est déjà une idée abstraite, alors que le temps présent est tellement riche en possibles. Oú le futur est déjà présent parce qu’il suffit d’imaginer pour y être. Oú on peut passer des heures à jouer ou à lire sans se poser des questions sur ce qu’on pourrait faire de ce temps, qu’on dira plus tard, un temps constructif, c’est-à-dire qui sert avant tout à préparer l’avenir, vers lequel le présent de l’adulte sera alors tourné. Le temps arrêté, c’est l’enfance, parce qu’il est ralenti, il laisse place à l’ennui. L’enfant s’ennuie beaucoup mais c’est aussi une période oú on en a pas peur, parce qu’on a pléthore de temps, ou du moins qu’il semble passer au ralenti. C’est l’enfance aussi, parce qu’il est déterminé à finir un jour, on ne sait jamais vraiment quand, et c’est toute la question. Le temps arrêté comme métaphore de l’enfance, c’est aussi interprétable quand le film met en opposition Su-Rin, qui a toujours 14 ans, et Sun-Min, vieilli de quinze ans, mais qui semble bien moins mature, mais déconnecté et perdu, dans un décalage qui le condamne à une vie, non pas ratée, mais manquée.

Le film met aussi en scène de très beaux passages sur l’amitié, entre Su-Rin et Sun-Min. Etant orphelin, l’amitié de Su-Rin se révèlera pour lui un lien indispensable qui le raccroche à la vie, au réel, à l’espoir d’être reconnu. C’est cette dernière notion qui marque l’émotion autour du personnage de Sun-Min et son désespoir de convaincre Su-Rin de son identité. Une émotion forte car, autrement, si personne n’est capable de le reconnaitre, il serait véritablement seul et n’aurait pas de raison de continuer. Ce qui amène aussi l’interprétation suivante : qu’on n’existe seulement par la reconnaissance des autres de qui on est. Et de fait, la solitude est un des thèmes émotionnels phares du film, qui rend autant plus fortes les premières scènes d’amitié des deux jeunes héros.

Le réalisateur m’a parfois surprise car on ne sait pas toujours oú il veut vraiment en venir. Les scènes de la dernière partie sont notamment assez maladroites, proche d’un mauvais thriller, et manquent de cohérence avec ce qui précède en proposant une résolution qui tire en longueur et paraît un peu décousue. L’intensité n’y est plus vraiment émotionnelle, mais surtout très scénarisée pour clôturer l’histoire, et ce n’est pas forcément très bien amené. Cela révèle une faiblesse de scénario et aussi l’incertitude ressentie sur le film qu’a voulu proposer le réalisateur. Sans cela, l’œuvre aurait gagné en maturité et en cohérence globale. Les acteurs ne sont plus tous égaux. Les toutes premières scènes du film sont assez en-dessous du reste du film, avec une mise en scène, comme ses jeunes acteurs, qui peine à se fluidifier et fonctionner.

Cela n’empêche pas Vanishing time : a boy who returned d’être, malgré ces quelques inégalités, un très beau film, autant visuellement que dans le fond qu’il propose. Le décors, la couleur du film, les variations sont vraiment appréciables et contribuent grandement à l’atmosphère du film. Globalement, je suis vraiment charmée par la proposition et je vous recommanderai bien entendu de le découvrir si on a la chance de le voir sortir dans d’autres salles françaises ou en DVD/Blu-ray.


Bande d’annonce :

Chroniques cinéma·Les découvertes

Your name de Makoto Shinkai

Your name
Réalisé par Makoto Shinkai
Film d’animation japonais, romance, drame, fantastique, catastrophe
2016


LES MAUVAIS ELEVES


Résumé :
« Mitsuha, adolescente coincée dans une famille traditionnelle, rêve de quitter ses montagnes natales pour découvrir la vie trépidante de Tokyo. Elle est loin d’imaginer pouvoir vivre l’aventure urbaine dans la peau de… Taki, un jeune lycéen vivant à Tokyo, occupé entre son petit boulot dans un restaurant italien et ses nombreux amis. Un jour, ils s’aperçoivent qu’ils échangent leur corps dans leur rêve et se voient l’occasion de vivre la vie de l’autre.»

Dans la continuité de l’année dernière, je suis allée voir un nouveau film d’animation, encore une fois venu du Japon, Your Name. Il s’agit d’un film attendrissant et divertissant, qui charme par sa simplicité, sa légèreté et sa dose de drame.

Le postulat de départ est en effet assez cocasse : un garçon et une fille qui ne se connaissent ni d’Eve ni d’Adam, vivant dans des régions différentes du Japon et sans s’être jamais rencontrés, vont se voir soudain plongé dans la vie de l’autre en empruntant, certaines journées, le corps de ce/tte dernier/ère. On pourra évidemment penser au film Freaky Friday de Mark Waters ou encore au manga Dans l’intimité de Marie de Shuzo Oshimi, Your Name est un mélange des deux, puisque il met en scène à la fois l’aspect comique de la situation tout en n’oubliant pas une certaine dramatisation – que je vous laisserai découvrir en allant voir le film, bien sûr. 

Il est plutôt construit comme une série animée ; c’est-à-dire qu’on peut facilement l’envisager s’étaler sur plusieurs épisodes. Et d’ailleurs, il commence par un générique, exactement comme une série animée. Le découpage n’est pas toujours égal dans le scénario, nous donnant l’impression d’avoir été tronqué ou plutôt compressé ; bien que le rythme de celui-ci reste plutôt suffisant pour être prenant. Mais il y a quand même des répétitions, des rappels des scènes qui ont précédées, et que je n’ai pas trouvées très utiles.

Par contre, j’ai aimé la façon dont le fameux postulat, l’échange des corps, se découvre par les personnages. Comme indiqué, cet échange n’est ni permanent ni avec une régularité chronométrée. Les personnages ne se rendent ainsi pas tout de suite compte de ce qui leur arrive. Même si d’un côté les indices sont trop appuyés, j’ai trouvé agréable cette façon de nous introduire directement dans le sujet tout en laissant le temps au contexte, à l’environnement, au moins de l’héroïne, de s’installer.

Le choix fut également bon de ne pas simplement s’attarder sur les réactions des personnages face à ce qui leur arrive tout en l’abordant par des scènes succinctes qui d’une part dévoilent la façon dont ils cherchent à comprendre leur situation, la maîtriser et finissent par s’y accommoder. Cela apporte du dynamisme, d’autant qu’elles sont dotées d’humour et mettent en place des gimmicks qui seront autant d’occasions de rire.

Du reste, le scénario est plutôt classique et sans surprises. Les personnages sont attachants mais la construction relève du stéréotype : lui, le citadin branché, elle, la campagnarde qui vit dans la tradition et qui rêve de vivre en ville. Il y a cependant une nette évolution entre le début et la fin du film, que ce soit dans la qualité visuelle que dans l’histoire. Le film a pris son envol dans la deuxième moitié pour retomber sur la dernière scène finale qui, à mon sens, était très mignonne mais pas indispensable. (J’aime personnellement les fins ouvertes qui invitent le lecteur à y réfléchir, faire fonctionner son imaginaire, plutôt qu’une fin directive qui ne laisse plus place au doute.) Malgré tout, je regrette certaines facettes du film, très prévisibles, peu contrastées, et la résolution facile et peu crédible.

J’ai cependant bien aimé Your name, pour l’ensemble à la fois hétéroclite et harmonieux, pour ces scènes oniriques qui surgissent, dénotent vis-à-vis du reste, mais élèvent le film à une dimension où l’esthétique nous charme. Il saura plaire à beaucoup de monde, justement parce qu’il reste simple, doux, mélodieux, même si on pourrait lui reprocher d’être globalement peut-être un peu trop kawai (mignon, en japonais).


Bande d’annonce :

Chroniques Livres·Les Coups de Coeur

Watership Down de Richard Adams

Watership Down
Ecrit par Richard Adams
Publié aux éditions Monsieur Toussain Louverture, 2016
Jeunesse, Drame, Odyssée
21,90€ GF broché 13,99€ numérique 544p


LES COUPS DE COEUR !


Résumé :
« C’est parfois dans les collines verdoyantes et idylliques que se terrent les plus terrifiantes menaces. C’est là aussi que va se dérouler cette vibrante épopée de courage, de loyauté et de survie. Menés par le valeureux Hazel, une poignée de braves choisit de fuir l’inéluctable destruction de leur foyer. Prémonitions, ruses, légendes vont aider ces héros face à mille ennemis et les guider jusqu’à leur terre promise, Watership Down. Mais l’aventure s’arrêtera-t-elle là ? »

Je tenais à écrire une chronique sur ce chef d’œuvre anglais de la littérature jeunesse, trop méconnu en France, mais je dois dire en préambule qu’il est assez inclassable. C’est un OVNI littéraire, je n’ai jamais rien lu de semblable. Il laisse sensation impérissable d’un récit parfois sombre et cruel, pas vraiment une fable pour enfant et pas tout à fait un conte contemporain pour adultes. En deux mots : magistral et unique.

Ce qui ne laisse aucun doute que Watership Down est un bien un roman pour enfants, c’est notamment la construction du récit et son découpage. Chaque chapitre est une aventure en soi, qu’on peut aisément s’imaginer lire à un enfant, le soir venu, pour le border. Il y a de l’action, des moments d’intensité qui happent le lecteur et lui donnent envie de poursuivre indéfiniment sa lecture. Cette promesse que de multiples aventures attendent encore, alors même qu’un obstacle s’apprête à être franchi, entraîne excitation et impatience. Il y a des pauses, bienvenues, qui apaisent, appellent à un moment d’évasion. On est également dans le domaine du merveilleux avec des personnages attachants : des lapins qui parlent, croient en une divinité et aux mythes à travers les légendes de Shraavilsha. De quoi faire penser aux romans de fantasy. Ajouté à cela, il y a le style merveilleux de l’auteur qui rend la lecture vivante et intense, qui captive et rend curieux, inquiet, du sort de ces animaux.

Nul doute également que nous sommes bien ancrés dans la réalité, car jamais les animaux de Watership Down ne sont déformés par un excès d’anthropomorphisme. Le roman reste très concret et réaliste d’un point de vue de la zoologie. Les lapins n’en restent pas moins des lapins, régis par des besoins et un fonctionnement instinctif qui leur est propre. L’auteur semble avoir mené des recherches très pointilleuses sur la vie de ces mammifères et le roman nous la retransmets avec une étonnante précision. Pourtant, malgré la multitude de détails sur la vie de ces animaux qui fourmillent dans le roman, de même que les descriptions très précises de tous les environnements que traversent Hazel et ses compagnons, jamais je n’ai ressenti d’ennui ou de désintérêt. Chose que je n’aurais jamais cru être possible, si on m’avait dit que je lirai un jour un roman qui parle de lapins.

D’un autre côté, il m’est indispensable de vous parler de l’autre versant du roman. Watership Down n’est pas qu’un conte merveilleux, doux et gentil ; il a cela d’étonnant que tout en racontant l’odyssée de cette bande de lapins partie à la fois pour fuir un grand danger qui menaçait leur garenne et trouver ailleurs un nouvel Eden, il ait un aussi un aspect bien plus sombre et violent. Depuis le début de ma lecture, je percevais dans le récit un double langage, qui a créé en moi un émoi particulier. Je ne suis pas arrivée à mettre la main dessus qu’après plusieurs centaines de pages et après avoir cherché sur internet des informations sur le roman mais surtout sur l’auteur. Je suis finalement parvenue à trouver ce à quoi ma lecture me faisait curieusement penser : à la guerre. Même si l’auteur a en effet été mobilisé durant la Seconde Guerre Mondiale, il semble qu’il ait réfuté avoir glissé dans son roman des références à son vécu. Pourtant, il y a une sorte de tension permanente en fond de récit, qui fait toujours craindre le pire, et nous met constamment en éveil. Il appelle directement à l’instinct, comme si on ressentait directement la menace qui plane constamment sur ces lapins.

C’est un monument littéraire, unique en son genre et difficile à résumer. Il fait partie de ces œuvres qu’on pourrait aisément donner en exemple pour montrer à quel point la littérature jeunesse fait partie de la littérature la plus riche et la plus plurielle qui existe. On aurait tort de la sous-estimer car elle recèle encore, toujours, des œuvres prêtes à nous étonner par les niveaux de lecture pluriels qu’elles proposent. La preuve.


Extraits :

« La Terre tout entière sera ton ennemie, Prince-aux-mille-ennemies, chaque fois qu’ils t’attraperont, ils te tueront. Mais d’abord, ils devront t’attraper… Toi qui creuses, toi qui écoutes, toi qui cours, prince prompt à donner l’alerte. Sois ruse et malice, et ton peuple ne sera jamais exterminé. »

« Les lapins, dit-on, ressemblent aux humains par bien des aspects. Ils savent surmonter les catastrophes et se laissent porter par le temps, renoncer à ce qu’ils ont perdu et oublier les peurs d’hier. Il y a dans leur caractère quelque chose qui ne s’apparente pas exactement à de l’insensibilité ou de l’indifférence, mais plutôt à un heureux manque d’imagination mêlé à l’intuition qu’il faut vivre dans l’instant. »


En lire plus :

Chroniques cinéma·Chroniques Livres·Les mauvais élèves

Me before you (Avant toi) de Jojo Moyes (Livre & Film)

On a tous des a priori nés de mauvaises expériences, de bouches-à-oreille fortement négatifs, ou même d’appréhension vis-à-vis de sujets ou d’un genre dont on redoute certains traitements malheureux. Les romans qu’on catégorise comme « romance » (peut-on vraiment parler de « genre littéraire » ?) font partie de ceux-là pour moi. Je m’y connais peu en romans mais j’ai eu l’occasion de voir beaucoup de films de comédies romantiques, principalement américaines. Lire la suite « Me before you (Avant toi) de Jojo Moyes (Livre & Film) »

Bilan·Bilans Annuels

Top 5 – Les meilleurs films vus en 2015

En 2015, ma consommation de films a fortement chuté dès le second semestre. Cela suffit pour faire un beau bilan de cette année.

Comme pour les livres, on va démarrer par les meilleurs d’entre eux. Je vais également retirer les films que j’avais déjà vus, car ce serait dommage de ne pas mettre en avant mes découvertes de 2015. Ainsi, n’apparaîtront pas 12 hommes en colère de Sidney Lumey qui avait été un coup de cœur ; Pas son genre de Lucas Belvaux, comédie française drôle et rafraichissante ; Jumanji aussi jouissif que la première fois ; Harry Potter 1, 5 et 7.2 qui restent d’excellentes adaptations ; Le monde, la chair et le diable de Ranald MacDougall, probablement le meilleur film post-apocalyptique…

Alors, quels films furent les meilleures découvertes de 2015 ?
Lire la suite « Top 5 – Les meilleurs films vus en 2015 »

BD / Manga / Comics

Solanin – Inio Asano

SolaninSolanin
Scénarisé et dessiné par Inio Asano
Série terminée en 2 tomes
Publiée par Kana, 2007
Drame


Synopsis :
« Une petite mélodie un peu folle qui raconte notre jeunesse, imperceptible et ténébreuse. »
« Une petite histoire d’amour, drôle et triste, entre Taneda et Meiko, qui n’en sont qu’à leur deuxième année dans le monde du travail. »


Note globale :

7/10


Je vous avais déjà parlé d’Inio Asano dans ma chronique des premiers tomes de  Bonne nuit, Punpun, sa série phare. Je les avais énormément aimés, notamment pour la singularité de leur esthétique et leurs thèmes (dont la jeunesse, l’enfance, la société nippone), jusqu’à ce que le pessimisme et l’ambiance malsaine eussent raison de moi. Si j’ai longtemps hésité à tenter de nouveau l’expérience, j’ai fini par me laisser convaincre avec Solanin. Grand bien m’en prit. Lire la suite « Solanin – Inio Asano »

BD / Manga / Comics

Je reviendrai vous voir – George Morikawa

je reviendrai vous voir

Je reviendrai vous voir
Dessiné et scénarisé par George MORIKAWA
avec la participation de Tetsuya YANO, Hiro MASHIMA, Ken AKAMATSU, Mitsurô KUBO, Kôji SEO, Hideo NISHIMOTO, Nobuyuki FUKUMOTO, Kazuki Yamamoto, Miki YOSHIKAWA, Makoto RAIKU
D’après l’oeuvre de NOBUMI
Oneshot
Publiée par AKATA en 2015
Témoignage, Autobiographie, Drame


« Nobumi est un jeune père de famille. Il est surtout auteur de livres illustrés destinés aux enfants. À l’instar de nombreux japonais, il sera, le 11 mars 2011, choqué à vie par la triple catastrophe qui s’abat sur son pays. Un peu naïf, et le cœur empli d’espoir, il décide alors d’envoyer gratuitement plusieurs milliers d’ouvrages jeunesse (dont les siens) pour distraire les enfants de la zone sinistrée. Mais quand il annoncera son don sur son blog, les réactions des internautes seront pour le moins… violentes ! Choqué et meurtri jusqu’au plus profond de son âme, Nobumi va alors vivre une véritable crise artistique, dont une seule issue sera possible : laissant pour plusieurs jours sa vie confortable de tokyoïte, il part en tant que bénévole volontaire, pour aider à la reconstruction de la zone sinistrée du nord est du Japon. Il y découvrira un paysage encore pire que tout ce qu’il avait pu imaginer… Suivez son émouvante histoire vraie, mise en dessins sous la plume des meilleurs mangakas japonais ! »


Note globale :

6/10


Je ne voulais d’abord pas noter cette oeuvre. Quand il s’agit de témoignage, et d’autant plus d’une autobiographie, j’hésite toujours. Je veux avant tout respecter l’exercice et la volonté de l’auteur de partager son expérience. Un vécu dont on ne peut saisir, qu’à une certaine mesure, toute la portée émotionnelle, psychologique, et peut-être bientôt historique d’un tel drame à la fois individuel et collectif. L’empathie aide, bien sûr, mais la compassion a ses limites – et c’est de cette limite, où se tapit le jugement hâtif, souvent inconscient, que je me dois d’y réfléchir. Finalement, j’ai opté pour un compromis : le manga en tant que création peut être apprécié et facilement noté ; mais cette appréciation ne reflète pas l’intérêt de cette oeuvre qui est bien réel.  Je m’explique. Lire la suite « Je reviendrai vous voir – George Morikawa »

Bilan·Bilans Mensuels

Mai 2015 – Monthly Best Of Books

Comme promis, nous nous retrouvons pour un billet très court sur la nouvelle version du bilan mensuel de lecture. Il consiste notamment en un classement des trois lectures qui m’auront le plus marquée et suivi de la liste de toutes les œuvres que j’aurais lu en renvoyant soit vers des chroniques soit vers les points lectures s’ils ont déjà été publiés.


TOP 3 – Monthly Best Of Books 

*

#3. L’île au trésor de Robert Louis STEVENSON – 8/10
>>> Lire mon avis

l'île au trésor

Genre : Roman Jeunesse
Thèmes : Chasse au trésor, Aventure, Piraterie

3 phrases ou expressions pour le décrire :
« Rafraichissant & entraînant »
« Rôle des adultes et des enfants réalistes, quand bien même Jim est un vrai garçon héroïque »
« Ancré dans le style littéraire de son époque »

*

#2. Poison City, tome 1 de Tetsuya TSUTSUI – 8/10
>>> Lire mon avis

poison city tome 1

Genre : Manga, Témoignage, Anticipation, Seinen
Thème : Censure, Métier de Mangaka, Société

3 phrases ou expressions pour le décrire :
« Un sujet passionnant mis en scène dans l’anticipation d’un futur où la censure est de plus en plus présente et de moins en moins opposable »
« Réaliste et très actuel »
« Le manga enchâssé dans l’œuvre apporte une double intrigue dont on attend avec impatience de connaître la fin »

Correction de l’avis :
Contrairement à ce que j’ai dit dans le point lecture, les planches présentes dans le manga ne sont pas liées à l’œuvre de Tetsuya TSUTSUI qui a en effet subi la censure. Il s’agit en réalité d’une œuvre fictive mais suffisamment proche du fameux Manhole pour dénoncer les arguments ayant justifié la dite censure.

*

#1. A Silent Voice de Yoshitoki Oima – 8/10
>>> Lire ma chronique

a silent voice_affiche

Genre : Manga, Drame, Shonen
Thème : brimades scolaires, amitié, adolescence

3 phrases ou expressions pour le décrire :
« Surprenant »
« Justesse des thèmes, des caractères et des émotions »
« Un personnage central très bien traité et approfondi, un visage pluriel dont la psychologie nous captive et nous fait vivre un vrai dilemme »

***

La liste exhaustive de mes lectures :

  1. Happy !, tome 5 de Naoki Urasawa – 2/10 (Lire mon avis)
  2. Poison City, tome 1 de Tetsuya Tsutsui – 8/10 (Lire mon avis)
  3. A Silent Voice, intégrale des 7 tomes, de Yoshitoki Ooima – 8/10 (Lire ma chronique)
  4. Le maître des livres, tome 1 d’Umiharu Shinohara – 6/10 (Lire mon avis)
  5. Dans l’intimité de Marie, tome 1 de Shuzo Ochimi – 5/10 (Lire mon avis)
  6. Adrastée, tome 2 de Mathieu Bablet – 6/10 (Lire mon avis)
  7. Chemin perdu d’Amélie Fléchais – 5/10 (Lire mon avis)
  8. L’île au trésor de Robert Louis Stevenson – 8/10 (Lire mon avis)
  9. L’âme du temple, tome 1 : Le livre du cercle de Robyn Young – 7/10 (Lire mon avis)
  10. Reset de Tetsuya Tsutsui – 6/10 (Lire mon avis)
  11. Prophecy, intégrale de 3 tomes de Tetsuya Tsutsui – 6/10 (Lire mon avis)
  12. Manhole, tome 1 de Tetsuya TSUTSUI – 7/10 (Lire mon avis)
  13. Bicycle 3000 de O Se Hyung – 6/10 (Lire mon avis)
  14. Oh boy ! de Marie-Aude Murail – 7/10 (Lire mon avis)
  15. Un îlot de bonheur de Christophe CHABOUTE – 7/10 (Lire mon avis)
Bilan

Et si nous parlions cinéma ? #4

top filmFaisant fi des chroniques qu’elle devait écrire, l’auteur de ce blog s’intéressa plutôt à ce qu’elle ne faisait pas non plus : regarder des films. Alors qu’elle en avalait au moins un par semaine (si ce n’est cinq) à la même époque de l’année précédente, elle se rendit compte qu’elle n’en voyait plus qu’un toutes les deux semaines. La preuve étant que son blog était quasiment déserté par le cinéma, hormis un nouveau rendez-vous qu’elle avait instauré pour palier justement à ce manque. Cela la surprit : ce n’était pourtant pas faute de vouloir en voir. Elle avait d’ailleurs relevé plusieurs films prometteurs en ce moment au cinéma. Sans parler de ceux sélectionnés au festival de Cannes qu’elle venait de repérer dans une revue spécialisée achetée à cet effet, laquelle avait depuis doublé de volume, à coup de pages cornées.

Et pourtant, elle n’en voyait toujours pas plus. Mais pourquoi ? s’interrogea-t-elle. Ne trouvant de réponse, elle alluma son ordinateur, ouvrit son navigateur, écrivit l’adresse de son site et commença à taper un nouvel article… de cinéma.

Lire la suite « Et si nous parlions cinéma ? #4 »