Chroniques Livres

Les Stagiaires – Samantha Bailly

Les stagiaires

Les Stagiaires
Ecrit par Samantha BAILLY
Publié à Milady en 2014
Contemporain


« Ophélie, Arthur, Hugues et Alix viennent tous d’horizons différents. Leur seul point commun : ils rêvent de travailler chez Pyxis, entreprise spécialisée dans l’édition de mangas et de jeux vidéo, pilier dans le secteur de l’industrie créative. Une réalité s’impose rapidement : beaucoup de candidats, peu d’élus. Désormais, le stage est devenu une étape obligatoire pour ces jeunes qui sont à la croisée des chemins dans leurs vies professionnelles et affectives. Provinciale tout juste débarquée, Ophélie a laissé derrière elle petit ami et logement, et doit faire face aux difficultés de la vie parisienne. étudiant en école de commerce, Arthur est tiraillé entre les grands projets qu’on a pour lui et son envie de mettre la finance entre parenthèses. à leurs côtés, Alix, passionnée de mangas, ne jure que par ses sagas favorites, et Hugues, graphiste, teste ses limites dans les soirées électro… Dans une atmosphère conviviale, travail et vie privée s’entremêlent. Pourtant, une question demeure en fond sonore : qui restera ? Quand la « génération Y » entre en collision avec le monde du travail : un récit marquant dans lequel beaucoup de jeunes adultes se reconnaîtront.« 


Note Globale :

8/10


ENFIN ! Cela fait longtemps que je voulais parler d’un livre de cette auteure. Il faut dire que cela fait quand même plusieurs années que j’achète quasiment tous ses ouvrages. Comme il faut bien commencer quelque part, autant parler du dernier que j’ai lu. Il s’agit de Les Stagiaires, un livre qui m’a évidemment parlé, étant donné que je suis également passée par là. Autant dire que j’ai passé un très bon moment en compagnie de ces étudiants enthousiastes et attachants.

Un élément indéniable et que je tiens à souligner dès le départ, c’est l’écriture de Samantha Bailly, rafraichissante et très agréable à lire. Point de style lourd aux multiples métaphores faciles ou de phrases courtes bien sonnantes mais sans réelle recherche, au contraire, c’est un style élégant et très fluide, qui fait passer aisément le message et l’émotion voulu(e), sans chercher de complexité (mais tout en étant quand même recherché) ou d’exacerbation inutile(s) de la langue.

Le sujet du roman est facilement identifiable, il parle de la plongée dans la vie active d’un groupe d’étudiants, des premiers plongeants dans la réalisation de leur projet professionnel. Le statut de stagiaire étant très particulier dans l’entreprise, à laquelle il appartient sans toutefois être un employé, entraîne évidemment des situations et des relations particulières avec le reste de l’équipe à laquelle le stagiaire est intégré. Le roman parle de toutes ces problématiques, les revers et les aspects positifs aussi, avec humour et légèreté mais sans oublier de rappeler la réalité de certains situations plutôt désagréables – comme celle notamment de Vincent à qui son employeur fait miroiter un poste inexistant afin de le pousser à céder à toutes ses exigences.

Le roman parle aussi d’un tournant évidemment capital dans la vie de jeunes adultes. En quittant le schéma scolaire, ils entrevoient une nouvelle vie avec toutes les promesses qu’elle contient mais également les nombreux choix difficiles qui l’accompagnent et dont ils vont devoir chacun s’accommoder.

Nous suivons le point de vue notamment de deux personnages. En premier lieu, celui d’Ophélie, une jeune femme originaire de Rennes venue sur Paris pour effectuer son stage en communication au sein de l’entreprise Pyxis. De caractère doux, elle est toutefois déterminée, intelligente et la tête sur les épaules. Pour réaliser ce stage dont elle rêvait, elle choisit de quitter son appartement très agréable dans lequel elle vivait avec son copain. Indépendante depuis longtemps, elle se confronte néanmoins à tous les inconvénients de Paris et le principal : trouver un logement. Mais ce qui la rend intéressante, et pour ma part, ce qui m’a poussé à l’apprécier autant, c’est justement sa détermination. Malgré des choix douloureux et plusieurs périodes difficiles, elle reste malgré tout une battante et nous renvoie une image positive et encourageante : c’est forcément un personnage auquel on voudra s’identifier car elle est chargée d’espoir.

Le second point de vue est un choix judicieux de la part de l’auteure car il apporte une nuance différente au roman. C’est celui d’Arthur, un garçon à qui tout semble réussir. Il vit dans un quartier chic de Paris et dans l’appartement familial très confortable, et est le fils unique d’une famille qui semble bien loin d’avoir des problèmes financiers. Arthur est un garçon imbu de lui-même et qui profite allégrement de ses avantages, tant pécuniaires que physiques – car il se sait attirant. Il a donc une famille aisée qui vieille et finance son avenir, une petite copine aimante et dévolue (malgré ses nombreuses frasques) que ses parents ont d’ores et déjà adoptée, et un avenir qui semble assuré. Arthur toutefois en intégrant Pyxis réalise que son ambition n’est pas exactement celle qu’on lui prête : il voudrait avant tout faire ses preuves et réussir par lui-même dans la voie qu’il se serait choisie.

La rencontre entre Ophélie et Arthur apporte donc au roman une dimension supplémentaire : celle de deux personnalités et deux éducations différentes, sans toutefois être antagonistes. Arthur va s’intéresser à Ophélie, tout d’abord parce qu’elle est charmante et a de la répartie, puis, au fur et à mesure, par le miroir qu’elle lui renvoie. Mais Arthur, tout en ayant le désir d’indépendance reste malgré tout conditionné par son éducation, son entourage et sa personnalité. Quelque part, il m’a fait un peu de peine, l’ayant trouvé à plusieurs moments pitoyables, emprisonné dans son propre schéma.

Ce sont donc deux évolutions très différentes que nous propose l’auteure, et pour ma part, je les ai trouvées toutes deux captivantes.

Ce ne sont bien évidemment pas les seuls stagiaires de l’entreprise, et tous ceux qui les entourent (Alix, Hughes, Vincent, Laura) ont tous des personnalités affirmées et intéressantes, apportant chacun une nuance au groupe hétérogène qu’ils forment malgré eux. L’univers de l’entreprise est également un point intéressant à souligner : Pyxis édite des jeux vidéos et publie également des mangas. Elle apparaît comme une entreprise jeune, dynamique, dans un secteur qui attire forcément. Mais sous ses dehors sympathiques et réjouissantes, la réalité du terrain est toute autre, nous ramenant (les stagiaires et nous-mêmes lecteurs) a la réalité du marché du travail : une réalité d’autant plus cruelle que c’est la même partout.

En l’espace de trois cent pages, l’auteure nous fait donc vivre une multitude d’expériences, qui parfois rappellent nos propres souvenirs. Il faut dire que, si tout cela paraît si réel, c’est que Samantha Bailly s’inspire de sa propre expérience pour écrire son roman et c’est ce que j’ai le plus aimé : l’authenticité du récit. Les Stagiaires est donc un livre fort sympathique et prenant de bout en bout, que je vous recommanderai volontiers !

Un commentaire sur “Les Stagiaires – Samantha Bailly

    1. Et c’est Fangirl que je n’ai pas encore lu des trois. J’attends encore que les chroniques dithyrambiques se tassent, j’ai peur d’être déçue !
      Qu’as-tu pensé de Ce qui nous lie ? 🙂

        1. Ooh à la Foire de Bruxelles ? J’aurais voulu y aller. ^^
          Ha ha je suis toujours en admiration de ceux qui arrivent à tenir le rythme des SP. 🙂
          Oh, chouette ! J’attends de voir ta chronique. Bonne lecture ! 🙂

Laisser un commentaire