Chroniques cinéma

Les nouveaux héros – Chris Williams et Don Hall

les nouveaux héros

Les nouveaux héros de Chris Williams et Don Hall
Disney
Sorti en 2015
Film d’animation, famille, super-héros, univers futuriste


Un petit génie de la robotique nommé Hiro Hamada découvre qu’un complot criminel menace de détruire la ville de San Fransokyo. Avec l’aide de son plus proche ami, Baymax le robot infirmier, et de ses compagnons qu’il va transformer en une bande de superhéros high-tech, Hiro va tout faire pour sauver la ville et sa population de l’infâme Yokai…


Note globale

6/10


Les nouveaux héros des studios Disney est symptomatique des films d’animation actuels. Faute de savoir se renouveler, les studios Disneys (comme d’autres studios, d’ailleurs) parviennent tout juste à réutiliser les mêmes sauces pour alimenter leur cocktail de saveur. Le problème, c’est que ça ne marche pas – pas totalement, en tout cas. Les nouveaux héros n’est pas mauvais en soi – certains moments sont même très sympathiques et font l’effet que je recherchais dans le film, mais faute d’avoir su trancher entre un scénario peu recherché et la relation touchante liant les trois protagonistes, Disney n’a réussi qu’à offrir quelque chose de finalement trop inégal pour être vraiment bon.

A quoi vous fait penser Les nouveaux héros en regardant l’affiche, le pitch et la bande d’annonce ? Marvel, bien sûr. On n’oublie pas que Disney a racheté les studios des supers-héros et compte bien s’appuyer dessus pour tâcher de se renouveler. L’idée aurait pu être bonne, si toutefois le studio était capable de se remettre en question, au lieu d’utiliser quelques éléments de recette qui ont plu ces dernières années sans chercher à aller plus loin.  On retrouve ainsi la relation privilégiée entre deux êtres que tout oppose (Dragons, Là-haut), les super-héros (les Marvels, Les Indestructibles), les univers futuristes et colorés (encore une fois, citons Marvel), une revenge story (comme tant d’autres)… Même Stargate fait partie des références (volontaires ?), les portes de téléportation (qui finissent par être multi-dimensionnels) faisant vraiment, littéralement pensé à celle des étoiles.

baymax fonction médecin

Je n’avais pas forcément d’attentes particulières en allant voir ce nouveau Disney. Je cherchais simplement un film distrayant et drôle, et je m’étais dit que les studios savaient généralement y répondre. A n’en pas douter, il y a des moments très sympathiques dans Les nouveaux héros qui m’ont fait passer un bon moment. La relation entre Baymax et Hiro (j’irai même plus loin en parlant de la relation liant Baymax, Hiro et Tadashi) est dans la lignée de ce que Disney sait faire. Elle est touchante, drôle, attachante. Baymax s’aligne aux personnages comme Wall-E qui ne peut que nous plaire. Il a d’ailleurs cet avantage d’être suffisamment central pour avoir été construit.

Et c’est indirectement ce que je reproche très souvent aux studios Disney. Outre les personnages centraux autour desquels l’histoire tourne réellement, ils ne savent produire que des clichés sur pattes, vides d’intérêt et qui rendent les scènes un peu lourdingues. Les amis d’université de Tadashi en sont l’exemple le plus frappant et le plus exaspérant, sans parler non plus de la tante qui les éduque. Mêmes les personnages antipathiques de l’histoire ne sont pas fouillés. Si vraiment le film tournait autour de la relation entre Baymax, Hiro et Tadashi et se concentrait véritablement sur elle – comme on pourrait l’envisager en décrivant ce film -, cela ne poserait pas tant de problèmes. Or, cette relation n’est finalement pas si centrale que cela, elle est trop conditionnée aux scènes d’action du scénario.

Les nouveaux héros baymax réchauffe kenshin

De plus, ce dernier est une simple histoire de revenge story, bâclée et linéaire qui, à mon sens, n’a pas grand intérêt, si ce n’est de justifier le titre du film… Certes, on pourrait me rappeler que je n’attendais rien des studios Disneys (et que j’aurais pu m’attendre à ceci, justement). Mais je réfute l’idée de ne pas laisser le doute planer sur la possibilité que Disney me surprenne un jour en proposant quelque chose qui sortirait vraiment de leurs habitudes. Hélas, ils sont trop attachés à ce qui marchent le mieux atour d’eux – et par eux – pour se rendre compte que cela ne fait que produire des films médiocres très rapidement oubliés.

Ainsi, je ne pense pas que Les nouveaux héros fera long feu. Et c’est pourtant dommage car le trio au centre de l’histoire n’est pas sans qualité ni sans intérêt. Je dirais même que la meilleure qualité de ce film est d’avoir rendu le personnage de Tadashi aussi touchant. En peu de scènes, j’ai réussi à m’attacher à ce grand-frère bienveillant et j’ai aimé le personnage de Baymax dans sa représentation de l’âme de Tadashi qui, en donnant tout pour le concevoir, lui a finalement transféré un peu de lui-même.

baymax kenshin

Baymax est encore une fois le personnage qui s’en sort le mieux en termes de construction, tout simplement parce qu’il répond à une logique parfaitement compréhensible et sensée que le studio aura su tenir jusqu’au bout. Quand bien même Hiro s’attache à lui comme à une sorte de grand-frère de compensation, Baymax reste un robot, qui n’exprime donc aucun sentiment de préférence envers le protagoniste. Il fait pour Hiro ce dont il a été conçu pour, c’est-à-dire aider ses patients à se sentir mieux. Cela ne fait en réalité que renforcer d’autant plus la force émotionnelle qui se dégage de leur curieuse relation. C’est dans la projection du frère qu’Hiro fait sur le robot que réside tout l’attachement envers ces deux personnages. On est touché par cette représentation nécessaire d’un jeune enfant qui vient de perdre son frère. Et c’est ce que j’ai le plus aimé dans ce film et qui me fait regretter que les studios Disney n’aient pas cherché à l’exploiter encore mieux.

Les nouveaux héros ne sera donc pas un coup de cœur, bien qu’il y ait cet aspect très attrayant. L’animation est assez bien réussie dans l’ensemble, j’ai apprécié notamment le charadesign et les décors, principalement la maison de Hiro et les scènes urbaines (le quartier et les rues près du café où vivent Hiro, Tadashi et leur tante). Je retiendrai cette relation touchante, le personnage de Baymax et ce qu’il représente symboliquement aux yeux du héros et des spectateurs, bien que le scénario est vraiment pas au rendez-vous.


Bande d’annonce


Pour ceux que cela intéresse, Les nouveaux héros a également été adapté en manga sous le nom de Baymax.

Il est dessiné par Ueno Haruki en collaboration avec les studios Disney.

Il compte 2 volumes au Japon (série en cours), dont le premier a été publié par les éditions Pika en France.

Clique sur l’image pour en savoir plus :

manga

Un commentaire sur “Les nouveaux héros – Chris Williams et Don Hall

Laisser un commentaire