Chroniques cinéma

Les Gardiens de la Galaxie – James Gunn

Les gardiens de la galaxie_affiche

Les Gardiens de la Galaxie
Réalisé par James GUNN
Interprété par Chris PRATT, Zoe SALDANA, Dave SAUTISTA (en voir plus)
Adaptation, Science Fiction, Aventure
2014


« Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être… « 


Note Globale :

6/10


J’avais pas mal de préjugés en allant voir Les Gardiens de la Galaxie. La bande d’annonce ne m’avait pas tellement convaincu mais étant assez amatrice des univers construits par Marvel, je tenais quand même à lui donner sa chance et me faire un avis dessus. A présent que c’est fait, je peux dire que sans être transcendée, j’ai néanmoins passé un moment bien sympathique en compagnie de la bande de joyeux lurons qui font office de héros.

L’avantage de cette production vis-à-vis des dernières en date est que, pour une fois, nous n’allons pas avoir à faire à des super-héros en bonne et due forme – même si le caractère d’Iron Man ne le désigne pas, bien sûr, à être classé de cette sorte. Pour autant, dans tous leurs films (solo ou en groupe), les Avengers sont malgré tout dotés d’un sens aigu de l’héroïsme ou se révèlent malgré eux des bons samaritains. Ce qui n’est absolument pas le cas dans Les Gardiens de la Galaxie, sauf peut-être pour Qill et Gamora. Et encore, à une moindre mesure.

Les Gardiens de la Galaxie sans jamais révolutionner ni le genre SF ni les films Marvels dont il va malgré tout obéir aux codifications et se corréler à ses prédécesseurs, apporte finalement un brin de fraicheur dans la franchise.

Notamment, le film ne se prend pas au sérieux pour un sou ; on dirait plutôt une sorte d’hommage parodique de tous les bons vieux films de science-fiction. Tout en obéissant à ces codes et à la ligne directrice des films Marvel, on dirait qu’ils se moquent également de ses composants, si bien que les quelques scènes qui se veulent émouvantes en deviennent quasiment grotesques et risibles. On se retrouve plongé dans une ambiance plutôt old school, avec bien sûr des moyens techniques modernes, ce qui donne un mélange plutôt réussi. Une ambiance sympathique, donc, des héros caricaturaux mais auxquels on s’attache rapidement, des scènes d’action bien dosées le long du film et un univers spatial qui donne envie d’être approfondi. Voilà ce que propose Les Gardiens de la Galaxie.

Les gardiens de la galaxie_héros

Alors bien sûr, on pourrait reprocher pas mal de choses aux Gardiens de la Galaxie, notamment une émotion qui tombe rapidement à l’eau – comme dans la plupart des Marvels – ou encore un scénario prévisible, linéaire, et un dénouement qui m’a quand même fait soupirer tant il est finalement assez peu inspiré. On pourrait aussi sourire face aux tentatives des scénaristes d’instaurer dans chacune des productions des éléments nous laissant envisager une intrigue plus large qui non seulement rappelle que les univers de Marvel s’entrecroisent (ce qui est sympa, au fond) mais que derrière chacun de ces films un projet plus large se prépare…

Personnellement, je n’ai aucune espérance que cela aboutisse à quelque chose – je crains au contraire que les ambitions dépassent au long terme les moyens mis en œuvre et que cela finisse par être avorté le jour où le public commencera à se lasser de productions finalement trop similaires d’un film à l’autre… J’aurais donc préféré qu’ils se contentent seulement de faire références aux autres univers de Marvel – un peu comme dans Thor 2 où Loki s’amuse à prendre l’apparence des autres Avengers afin de charrier son frère, Thor, rappelant ainsi que Thor existe en même temps qu’Iron Man, Hulk, Captain America…

Pour revenir au film, aucun revirement du scénario ne surprendra le spectateur tant celui-ci est finalement assez grossier. Mais heureusement et comme je le disais plus haut, le côté parodique nous fait regarder le film d’une autre manière. Il y a de quoi se gausser de tous les stéréotypes utilisés, de la construction des méchants et de leur organisation qui semble creuse et aléatoire, juste là pour donner un but héroïque aux héros et du coup à les unifier (c’était aussi le cas dans Avengers).

Les gardiens de la galaxie_Thanos_Ronan

Et je dois dire que ce dernier point est sans doute le plus gros défaut que j’aurais à reprocher au film : on aurait pu escompter une organisation / un méchant un peu plus impressionnant – sans compter qu’on dirait que Thanos (celui de gauche) sort tout droit d’un vieux World of Warcraft… Quant à Ronan (celui de droite), c’est un méchant creux et sans intérêt : il veut – surprise – asseoir le monde sous son règne en le détruisant. De fait, nous sommes bien moins intrigué par le scénario principal que par les multiples frasques de nos héros.

La seule surprise, pour moi, a été de me rendre compte à quel point cette bande de bras cassés – qui dans la bande d’annonce me faisait craindre le pire – s’est révélée autrement plus croustillante à suivre. Notamment, comme je le disais, ces héros atypiques sont étonnamment attachants dans les petits détails humoristiques qui les caractérisent chacun (malgré la bêtise qui est, elle générale) : Mr Muscle est une brute épaisse ayant le sens de l’honneur mais ne comprend rien au second degré et à la métaphore ; la traitresse au bon cœur (qui est la plus raisonnable de la bande) qui est cependant le personnage que j’aime le moins, surtout dans la façon dont elle est mise en avant (non, vraiment pas) ; le raton laveur qui-n’en-est-pas-un adorateur d’armes lourdes, adore foncer dans la bagarre et dézinguer ses ennemis à coups d’explosifs ; l’arbre géant au vocabulaire limité, un peu bête mais au grand cœur ; l’humain qui se la joue au cowboy de l’espace. Ensemble, ils forment le cœur même de la réussite du film : chacun canalise chez les autres l’excès de caricature et permet à ce que l’humour soit bien dosé pour ne pas être trop lourdingue.

Les gardiens de la galaxie_grootracoon

Je dois admettre avoir préféré les deux personnages non-humanoïdes, c’est-à-dire Rocket Raccoon, le raton fada des armes (doublé par Bradley Cooper – Limitless, Very Bad Trip) et Groot, l’arbre géant qui n’a pour vocabulaire que trois mots répétés dans le même ordre exclusivement. « I am Groot. » Je dis d’ailleurs chapeau bas à Vin Diesel (acteur connu pour Les Chroniques de Riddick) qui avec cette seule réplique parvient à trouver les intonations nécessaires pour nous arracher quelques rires.

Parce que Les Gardiens de la Galaxie ne se veut ni sérieux, ni révolutionnaire et que l’humour est l’élément omniprésent qui fait toute la recette du film, Marvel a réussi à proposer un divertissement accessible à tous : aux enfants comme aux adultes, aux fans des comics et des films de la franchise, aux fans de science-fiction et des parodies, etc.

Personnellement, je me suis bien amusée. Les Gardiens de la Galaxie en n’ayant aucune prétention particulière à part d’offrir, peut-être, du grand spectacle, est finalement le film fun à voir de l’été 2014.


 

Bande d’annonce

Un commentaire sur “Les Gardiens de la Galaxie – James Gunn

Laisser un commentaire