Bilan·Bilans Mensuels

Février 2015 – Lectures du mois

bilan Février 15Février s’est achevé, et j’espère pouvoir laisser le froid derrière moi. J’aime en tout cas me rendre compte le soir que le jour commence à traîner, la lumière du soleil s’attardant sur les murs alors que je n’ai pas encore quitté ceux de mon bureau. C’est une sensation vraiment agréable, je trouve.

Mais nous ne sommes pas là pour nous languir des beaux jours, car il est temps de dresser le bilan de février. Qu’ai-je donc lu ?

Au menu :

  • The mortal instruments #3 de Cassandra Clare – 7/10
  • Le collier rouge de Jean-Christophe Ruffin – 6/10
  • Clochette de Guy de Maupassant – 7/10
  • Pride and Prejudice de Jane Austen – 10/10
  • Anthology de Katsuhiro Otomo – 8/10 (Lire ma chronique)
  • Ida # 2 et #3 de Chloé Cruchaudet – 9/10
  • Sous l’eau, l’obscurité de Yoon-Sun Park – 6/10 (Lire ma chronique)
  • Les cerisiers fleurissent malgré tout de Keiko Ichiguchi – 5/10
  • De cape et de crocs #4 et #5 d’Ayroles et Masbou – #4 6/10 et #5 7/10
  • Orange #1, #2 et #3 d’Ichigo Takano – 7/10
  • The girl from class de Subong Park – 9/10
  • Annarasumasara de Illkwon Ha – 10/10
  • Adrastée #1 de Mathieu Bablet – 7/10 (Lire ma chronique)
  • La belle mort de Mathieu Bablet – 5/10
  • Snow Illusion de Michiyuki Hen – 3/10

Abandonné

  • L’appel de l’espace de Will Eisner


The mortal instruments #3 de Cassandra Clare – 7/10

the mortal instruments 3Comme les deux premiers, j’ai beaucoup aimé ce tome. Replonger dans l’univers de Cassandra Clare et retrouver certains personnages, comme celui de Simon et de Luke, est un vrai plaisir. J’ai cependant beaucoup de mal avec les personnages principaux, quoi que le tome 3 développe un peu mieux le caractère de Clary – comme le second l’avait fait pour Jace. S’ils demeurent quand même assez stéréotypés et un peu Mary/Gary-Sue, c’est tout simplement une question d’affinité. Je n’aime tout simplement pas ce genre de personnage, mais son côté tête de mule et immature colle assez bien à son âge et sa personnalité. Elle m’agace, mais c’est aussi ce que je préfère chez ce personnage, car cela la rend un peu plus nuancée et donc moins Mary Sue. Le gros point fort de ce tome est son intrigue, même si j’ai pu déduire ce qui allait se passer, j’ai quand même ressenti l’envie de tourner les pages et de découvrir la suite. Un volume qui s’est lu encore mieux que le précédent, quoi que je regrette vraiment ces touches d’humour un peu rébarbatives et assez immatures – quoi qu’il en soit, il semble être un tournant dans l’histoire et je me demande ce qui va arriver ensuite, même si j’ai déjà quelques hypothèses ! Affaire à suivre, sans hésiter.

Le collier rouge de Jean-Christophe Ruffin – 6/10

le collier rougeUn livre doté de bons sentiments, intéressant dans les idées qu’il aborde, mais finalement relativement peu surprenant, innovant, et assez superficiel. J’aime beaucoup les flashs backs dans les livres ou les films, j’aime quand la réflexion se porte sur le passé et que les personnages l’abordent avec un recul qui leur permettent d’être critique, d’avoir un autre regard, plus posé, plus acerbe, sur leur propre histoire. J’ai aimé ce chassé-croisé que l’auteur a voulu mettre en place, ainsi que la représentation du chien et la réflexion qui tourne autour. A savoir qu’est-ce qu’un bon soldat, finalement, qu’est-ce que la loyauté, le patriotisme, l’honneur, le sens du devoir… Toujours est-il que malgré ses bonnes idées, ce roman assez court est une gentille fable, qui n’approfondit pas suffisamment les thèmes tout juste effleurés. C’est gentillet, mignon, cette lecture pourra vous faire passer un bon moment, mais je m’attendais à un peu plus. A une réflexion plus poussée, à une conclusion peut-être plus marquante, acerbe, à une réelle critique. De plus, s’il y a de bons passages, je n’ai globalement pas aimé le style d’écriture de l’auteur qui m’aura tout simplement laissé froide. Au début, surtout, j’ai eu du mal à l’apprécier, même si ça s’est amélioré par la suite, sans néanmoins parvenir à me plaire.

Clochette de Guy de Maupassant – 7/10

clochetteUne si courte nouvelle que je ne sais pas trop quoi en dire ! J’aimerais mieux en lire quelques-unes et donner un avis plus complet. Quoi qu’il en soit, ce fut un texte éclair mais plaisant.

Je vous renvoie à ce que j’en ai dit dans mon update lecture (cliquez ici !) car je risquerai de me répéter ici !

Pride and Prejudice de Jane Austen – 10/10

prideAh ! Voilà une relecture – non pas la deuxième, ni la troisième… en réalité je serai incapable de retracer combien de fois j’ai relu cette auteure. C’est tout simplement mon livre de chevet, mais c’est la première fois que je le lis dans sa langue originale. M’étant procurée la magnifique édition des Pinguins Classics, publiant ce texte dans sa première version il me semble, j’avais envie de ne plus passer par les affres de mauvaises traductions. A vrai dire, à l’exception d’une, je n’ai jamais été satisfaite par celles qui en ont été faites. Certaines sont même surprenantes, quand les personnages se tutoient et emploient des mots familiers… même en dehors du cercle familial. Ce qui est pour cette époque chose assez étonnante, peu réaliste. Bref !

Toujours est-il que  j’ai été surprise de constater à quel point il était aisé de le lire en anglais. J’ai adoré la plume de Jane Austen, que j’aimais déjà énormément. Elle est pleine d’humour, d’ironie, de piquant et elle est toute aussi gourmande, chatoyante, agréable. Un vrai plaisir ! Quant à l’exercice de la relecture, je l’ai trouvé intéressant, cette fois encore plus que toutes les autres car je me suis rendue compte du changement de ma perception. J’ai fait l’exercice de me remémorer mes premiers sentiments quand j’ai découvert pour la première fois ce livre et il faut dire que ma compréhension, mes attentes, ma façon d’analyser les choses sont certainement différentes. J’ai ainsi beaucoup appris sur moi-même lors de cette lecture, et ce fut une expérience étonnante, mais qui m’a fait encore plus apprécier ce livre.

Je ne sais vraiment pas si je ferai une chronique sur ce roman, et si je le fais comment je l’aborderai. Je dois encore y réfléchir, tout ce que je peux dire pour l’instant, c’est que ce fut vraiment une relecture agréable et très instructive.

Anthology de Katsuhiro Otomo – 8/10 (Lire ma chronique)

anthologyJe l’ai crié sur tous les toits, j’ai l’impression. Mais Katsuhiro Otomo est en train de devenir un de mes artistes préférés. Il est vraiment complet : non seulement ses textes sont intéressants, surprenants, dotés d’un humour qui peut être noir comme bon enfant, avec une certaine inventivité ; mais en plus, ses planches sont hyper dynamiques avec un cadrage que j’ai rarement vu aussi maîtrisé.

J’ai ressenti le même plaisir dans ces courtes histoires que lorsque je lis un recueil de nouvelles de Philip K. Dick – et ayant une très haute estime de cet auteur, c’est vraiment un compliment.

Outre le plaisir de la lecture, cette anthology a d’ailleurs beaucoup d’intérêt si vous souhaitez connaître un peu mieux Katsuhiro Otomo. Composée d’œuvres de jeunesse, elles donnent pas mal de clés de compréhension dans son œuvre. On y découvre les thèmes qui lui sont chers, ainsi que les histoires qui lui ont inspiré ce qui deviendra par la suite ses chefs d’œuvre. Je vous recommande vivement de la lire, et de découvrir cet auteur – le seul bémol cependant est que ça ne plaira pas à toutes les sensibilités.

Autant le dire et le répéter, mais ce mangaka peut être très cru dans la violence décrite, certaines histoires m’ont d’ailleurs retourné l’estomac. Du coup, soyez quand même vigilants là-dessus !

Ida # 2 et #3 de Chloé Cruchaudet – 9/10

ida tome 2J’emprunte beaucoup mes bédés à la bibliothèque, avec ce qu’il y a d’avantages (la gratuité, la richesse du catalogue) et d’inconvénient (leur indisponibilité). Il y a du coup 3 séries que je lorgnais – lorgne toujours – avec impatience : Ida, De Cape et de Crocs et Blacksad. Ils sont si populaires qu’il faut attendre parfois très longtemps pour pouvoir lire la suite.

Ainsi, ce fut le cas pour Ida que j’ai enfin pu achever après plus de quatre mois à les guetter ! Les deux derniers tomes furent aussi plaisants que le premier – même encore meilleurs, le plaisir ayant été décuplé par le fait même de les avoir attendues aussi longtemps. Ida est un personnage charismatique et intéressant, et bien qu’il y ait eu 2/3 moments un peu deçà du reste, cette bédé est magnifique visuellement mais également hyper riche du point de vue de son contenu. Elle donne envie de voyager et de s’ouvrir l’esprit au monde et à la culture – et rien que pour cela, elle mérite amplement d’être lue.

Sous l’eau, l’obscurité de Yoon-Sun Park – 6/10 (Lire ma chronique)

Sous l'eau l'obscuritéJe vous renvoie à ma chronique pour découvrir un peu mieux cette bédé. Il s’avère que c’est une première étape dans la réflexion de son auteur sur les thèmes et la critique sociale qu’elle dresse sur la société sud-coréenne. Ses autres bédés sont disponibles en auto-édition sur son blog. Je n’ai pas vraiment testé encore – j’hésite, à vrai dire, le coût me rebutant un peu, et tout en sachant que j’ai été plutôt charmée par ce premier volet mais également un peu mitigée. Graphiquement, c’est un travail intéressant et surtout très évocateur du thème. L’effet glacé apporte réellement à l’atmosphère pesante de la bédé. C’est une bonne découverte que je vous invite à lire pour vous faire votre propre opinion.

Les cerisiers fleurissent malgré tout de Keiko Ichiguchi – 5/10

les cerisiers fleurissent malgré toutBédé intéressante car elle aborde un événement qui m’évoque des souvenirs. Elle parle notamment de ce qui s’est passé au Japon lors du séisme de 2011 en se mettant du point de vue d’une expatriée japonaise vivant avec son mari en Italie. C’est une approche intéressante, car on ne pense pas toujours à tous ces japonais qui, bien que physiquement éloignés des événements, ont tout autant vécu cette catastrophe. C’est un thème qui, comme je le disais, me parle d’autant plus, étant donné qu’à cette même époque, je vivais en Chine pour mes études. C’était donc au cœur même de nos discussions et nos interrogations ; du coup, ça m’a plu de voir cet événement du point de vue d’une japonaise. Malgré tout, je n’ai pas été plus que ça emballée par la lecture. C’est un témoignage qui est évidemment très touchant, certes. J’ai néanmoins trouvé qu’elle restait assez en surface, qu’elle s’éparpillait un peu avec les souvenirs d’enfance, et je n’ai pas non plus été très emballée par les dessins.

De cape et de crocs #4 et #5 d’Ayroles et Masbou – #4 6/10 et #5 7/10

de cape et de crocs T4Comme Ida, je commençais à désespérer de pouvoir un jour lire la suite ! Je me suis donc jetée sur les 2 tomes disponibles à l’emprunt, et je les ai dévorés avec le plaisir renouvelé des premiers volumes. J’aime terriblement cette ambiance bonne enfant, ces références à Molière, à Jean de la Fontaine, à Alexandre Dumas, à Léonard de Vinci, à Jules Vernes… J’aime l’extravagance de cette bédé, son humour, ses personnages. Même si, je peux l’admettre, parfois c’est inégal, notamment dans le tome 6 où j’ai trouvé qu’à certains moments le dessin devenait assez brouillon. Du reste, c’est vraiment une bonne bédé détente, riche en rebondissements, et qui plaira aux grands comme aux plus petits !

Orange #1, #2 et #3 d’Ichigo Takano – 7/10

orante tome 1Shojo ou Seinen ? Voilà la grande question de ce manga et pour laquelle je ne sais pas trop comment me positionner moi non plus. Il a des thèmes intéressants, matures, qui le rapprochent du coup d’un seinen, tout en voguant sur les stéréotypes des shojos – hélas ! Malgré tout, j’en retiendrai trois premiers excellents volumes. Certes, il n’en reste pas moins que la romance est du déjà-vu et revu, assez cliché, classique dans les shojos. Par contre, j’ai vraiment adhéré à tout ce qui l’entoure et notamment, la relation entre chaque personnage.

J’ai aimé la maturité de certains – Suwa surtout – mais j’ai surtout aimé la question qui se pose : quelle influence a-t-on sur la vie des autres ? Quelle est notre part de responsabilité ? Peut-on faire changer de destin quelqu’un ? Le futur est-il déterminé ? Ou n’est-il pas la résultante de forces qui nous dépassent ou au contraire qu’on peut influencer ? Changer notre passé signifie-t-il pour autant modifier notre présent, ou créer une seconde possibilité d’avenir, parallèle à celui est déjà en train de s’accomplir ?

J’aime ce qui se passe dans le futur, même si cela part d’un événement tragique, bien sûr. Mon avis sur ce manga va fortement être influencé sur sa conclusion. J’espère vraiment que l’auteur parviendra à garder cette dynamique et à ne pas se laisser aller aux facilités que je crains vraiment pour ce manga, et qui le feraient tomber dans du pur shojo – et pas le bon ! J’ai donc de grands espoirs mais aussi de grandes craintes pour la suite, et j’attends du coup le quatrième tome avec grande, grande impatience !

The girl from class de Subong Park – 9/10

the girl from class coverJ’adore les webtoon, vous l’ai-je déjà dit ? Celui-ci est vraiment à découvrir parce qu’il est surprenant. D’une simplicité qui va même jusqu’au trait des personnages dont on ne voit jamais les yeux, en réalité se dégagent énormément de choses. Les personnages n’en restent pas moins très expressifs, très touchants. Il est question d’apparence : des fantasmes qu’on projette involontairement sur les autres ; ce qu’on s’imagine d’une personne vis-à-vis de ce qu’on perçoit d’elle, face à ce qu’elle est vraiment ; du fait qu’on en devient presque aveugle, au risque de passer complètement à côté d’autres choses essentielles. J’ai adoré ma lecture de bout en bout. Le dessin de Subong Park est ingénieux, quelque part. Certaines planches sont juste géniales – et je pense surtout au moment où on suit une amie du héros qui se précipite dans une voiture : le dessinateur s’est placé à la tête de celle-ci, si bien qu’on voit littéralement à travers ses yeux, offrant un dynamisme et un rendu des mouvements assez fous !

Quant à l’histoire, elle part d’une idée très simple, et tout en surfant sur cette légèreté et cette simplicité, réussira à tenir la route, en offrant une histoire anecdotique, certes, mais qui développe des idées, des messages, et une très bonne conclusion. A lire absolument !

Annarasumasara de Illkwon Ha – 10/10

annarasumanara coverDans la lignée de ce qu’il vous faut retenir dans ce bilan, ce second webtoon est un choix de maître. C’est tout simplement une véritable merveille graphique. C’est généreux, onirique, plein de métaphores et de symbolisme. C’est sombre, et à la fois, plein de magie et de rêves, et d’espoir, et d’émotions. J’ai aimé cette pluralité d’aspects et de sentiments qu’elle évoque. Le graphisme est particulier, tantôt bichrome, tantôt éclatant de couleurs et de contrastes, offrant quelque chose d’assez rarement vu.

C’est visuellement bourré de bonnes idées assez surprenantes. Je ne saurais vous décrire des exemples, je manque nettement de vocabulaire, mais j’espère dans ma chronique pouvoir glisser quelques images qui vous donneront des clés de tout ce que ce webtoon a à vous offrir.

C’est troublant, touchant, rafraichissant, très beau. Vraiment, très, très beau.

Adrastée #1 de Mathieu Bablet – 7/10 (Lire ma chronique)

adrastée 1Comme je viens tout juste de la chroniquer, je ne vais pas en dire beaucoup, si ce n’est que j’ai énormément aimé l’univers et le dessin de l’auteur. Les perspectives, l’univers, le charadesign, visuellement, c’est une claque !

Les thèmes de cette bédé sont de plus vraiment passionnants, et offrent de très beaux passages, même si j’aurais certainement aimé plus d’approfondissement et de prise de risque de l’auteur. Comme il s’agit d’un diptyque, il est également possible que cette bédé prenne tout son sens dans son intégralité, et non pas dans un seul et unique volume. Affaire à suivre !

La belle mort de Mathieu Bablet – 5/10

la belle mortFort de ma précédente découverte, je me suis lancée dans cette seconde bédé. Si j’aime toujours les dessins, si l’ambiance est angoissante à souhait, je l’ai trouvé quand même bien en-deçà d’Adrastée.

Elle est pour le coup assez décousue, quand bien même, encore une fois, il y a pas mal de bonnes idées. Seulement, le traitement des thèmes n’a pas forcément été très aboutie et même si on arrive assez aisément à se plonger dans l’histoire et à ressentir la perpétuelle tension de ces quelques survivants, cette bédé n’est pas franchement innovante. Contexte apocalyptique et question de déterminisme sont deux éléments finalement assez vus et revus, auxquels Mathieu Bablet n’aura pas entièrement réussi à apporter un brin de nouveauté.

Dommage !

Snow Illusion de Michiyuki Hen – 3/10

snow illusionUn oneshot qui m’a laissé de marbre. Je n’ai pas du tout aimé cette histoire, même si le dessin est agréable – sans plus. Je ne sais pas trop quoi en dire, très clairement, ça ne me restera pas en mémoire. La fin m’a paru décousue et tombée de nulle part, et je n’ai pas vraiment saisi le développement ni le dénouement que proposait l’auteur.

De plus, j’ai assez détesté la façon dont est mise en avant la femme, que j’ai trouvée très réductrice et assez peu évoluée…

Bref, n’en parlons pas !


C’est un mois curieux, que celui de février. Est-ce parce qu’il manque deux jours qu’il semble si… distendu ? J’ai l’impression d’avoir eu le temps de ne rien faire, et de ne pas avoir beaucoup lu, par exemple. Pourtant, ce bilan prouve le contraire !Mais la sensation persiste…

En réalité, il ne manquerait pas une autre semaine, et non pas deux jours ?

Un commentaire sur “Février 2015 – Lectures du mois

  1. Hé ben, comment peux tu avoir l’impression de ne pas avoir beaucoup lu !! Et où trouves tu le temps de lire autant???! Donne moi ton secret ! 😀
    C’est rigolo ce que tu dis sur Pride & Prejudice, ce sentiment d’avoir appris sur toi même car tu le lis avec une perception différente, c’était exactement mon impression après avoir vu American Beauty. Le voir au lycée, en cours, encore adolescente, et par exemple, je ne comprenant pas grand chose encore au désir que peux avoir un homme de 40 ans envers une lycéenne, et me laissant juste dégoutée… maintenant j’ai vu cet élément du film d’une manière toute différente, j’ai énorment plus apprécié les jeux des acteurs, mais également du scénariste, la mise en scène est vraiment brillante… j’ai l’impression d’avoir eu un oeil à la fois plus avertit, mais aussi neuf à ce revisionnage. Comme si je le voyais pour la première fois. C’est peut etre vrai, mon moi actuel n’existait pas encore au lycée… XD

    bref, très sympatique bilan! Promis je m’attaque à ta selection de webtoon dès que je peux !! 🙂
    De mon coté, toujours dans les Otoris 🙂

    1. Je sais, je sais ! C’est juste une curieuse impression ! ^^
      Je mets tout mon temps dans la lecture, en fait, au détriment de mes autres passions (dont le cinéma, à vrai dire…) !
      Ah oui ? C’est fou la façon dont on change et dont on voit les choses. Je comprends d’autant plus pour American Beauty. C’est clair que tu as dû le regarder d’une toute autre manière ! Un tel film, aussi… 🙂
      Ha ha ! C’est bien dit, l’Angi d’aujourd’hui n’est plus l’Angi d’hier ^^
      J’espère qu’ils vont te plaire !!
      Il faut absolument que je récupère les Otoris chez mes vieux, à force, tu me donnes tellement envie de m’y replonger ! ^^

      1. Si tu veux, quand je viens à Paris le mois prochain, j’te les ramène (en anglais ^^) je sais pas si j’aurai fini le tout dernier (tome 5 pour la jeunesse du mentor de Takeo) mais pour les 4 autres, c’est bon 🙂

  2. Et bien ça, ça me donne encore plus envie de découvrir les webtoon maintenant. je suis en train d’en lire un (à une vitesse d’escargot, qui sait le mois prochain, je l’aurais peut être terminé) mais je l’adore : c’est Dr Frost. J’avais croisé les 2 dont tu parles dans l’appli. bon, une fois terminé Dr Frost (et Cheese in the trap que j’aimerais bien lire aussi) je m’attaquerais à Annarasumasara car si le graphisme est sublime, je ne dois pas passer à côté ^^
    En tout cas, ton mois de février a été méga productif ^^
    C’est dommage pour le Will Eisner… De lui, j’avais adoré sa saga New York et un de ses comics autobiographiques Au coeur de la tempête. J’espère que ça ne te découragera pas d’en lire d’autres quand même !
    J’espère que tes lectures de Mars ont bien commencé 😉

    1. Ouiiiii ! Il faut tenter le coup ^^ !
      Je note DR Fraust en tout cas ! 🙂
      J’attends de pouvoir trouver d’autres BD de Will Eisner. J’ai lu après coup des critiques et pas mal disaient que c’était loin d’être son meilleur et relevaient ce qui m’a déplu : la surabandonce de texte qui là m’a étouffée ^^ !
      Très bien, comme tu le sais ! 🙂
      Et les tiennes ? J’ai vu ta jolie chronique sur IT !

Laisser un commentaire