BD / Manga / Comics

La marche du crabe – Arthur de Pins

la marche des crabes T1Titre – La Marche des Crabes (Tomes 1 à 3)
Auteur – Arthur de Pins
Genre – Humour
Édition – Soleil (Noctambule)
Origine – France
Volume – 3 tomes (Finie)


Court métrage récompensé à maintes reprises, La Révolution des Crabes, avant de connaître une suite sous la forme d’un long, sera adapté en bande dessinée : une trilogie caustique autour de la condition d’un crabe, le Cancer Simplicimus Vulgaris ! En effet… Depuis 400 millions d’années, toutes les espèces évoluent dans la joie et l’allégresse. Toutes sauf une : le Cancer Simplicimus Vulgaris, ou crabe carré. Cette sous-espèce de crustacés peuplant les rivages de l’Estuaire de la Gironde est frappée, depuis des millénaires, d’une étrange tare : elle ne peut changer de direction, et est condamnée à marcher selon une même ligne droite ! Mais… Durant un été comme les autres, pendant que les vacanciers profitent du soleil et des congés payés, trois petits crabes carrés vont se rebeller, et bouleverser ainsi l’écosystème tout entier !


 Note globale :

4/10


Cela fait longtemps à présent que je suis tombée sur cet amusant court métrage mettant en scène des crabes carrés condamnés à marcher sur une même et unique trajectoire, sans jamais pouvoir tourner ou changer de direction. D’un ton léger, absurde il s’était révélé assez drôle et décalé, parlant ainsi du déterminisme de leur condition. Quand j’ai découvert il y a quelques mois l’existence de bédés, je me suis aussitôt jetée sur celles à disposition dans ma bibliothèque pour me faire tout simplement plaisir. Hélas, ce ne fut guère une grande réussite. Je m’explique.

La bédé se découpe ainsi en trois tomes. Le premier, reprenant au mot près le court métrage, se révèle du même coup à la hauteur. Tout du moins, il propose à peu près la même chose : nous suivons l’évolution un peu malheureuse de plusieurs crabes de cette race maudite, et surtout d’un en particulier qui nous présente d’un ton décousu le drame qui frappe son espèce. Même s’il y a un certain fil conducteur, on a ainsi l’occasion de voir à travers plusieurs anecdotes la fameuse condition de ces crabes moroses, sans but dans la vie, et dont la seule perspective de se voir changer de trajectoire est un hymen inespéré.

extrait 1(Cliquez pour agrandir l’extrait)

C’est un premier tome assez drôle, amusant, qui personnellement m’a fait retrouver tout le plaisir du court métrage. Bien sûr, si l’idée est fort sympathique, on ne peut pas non plus dire qu’elle soit exploitée jusqu’au bout, mais qu’importe : elle est assez divertissante pour que la lecture reste agréable, même si on pourrait également y reprocher un certain conformisme. On ne peut pas dire que dans sa critique, l’auteur ait cherché très loin ; la conclusion, même amusante, n’en est pas moins déjà vue et revue.

En fait, le véritable et principal problème, c’est que la bédé aurait dû s’arrêter là, à mon avis. Car le deuxième et le troisième tome ne sont qu’une lente, éprouvante, glissade vers l’ennui pur et dur. On pouvait déjà reprocher au premier volet de manquer de profondeur, si ce n’est de prise de risque. La suite n’est qu’un échec total dans la volonté d’y concocter une véritable histoire à base de révolution. Finalement, le premier tome proposait plutôt des gags assez indépendants, même s’ils étaient chronologiques en suivant notamment la trajectoire d’un même crabe.

Dans le second, ce n’est déjà plus le cas : il y a une réelle volonté de créer un scénario dans lequel les protagonistes du premier tome, ayant compris qu’ils pouvaient tourner (d’une manière ou d’une autre) et n’étaient donc pas voués à marcher droit, cherchent à créer la révolution et se libérer du joug des autres crustacés. L’idée n’est pas mauvaise en soi mais le résultat n’est certainement pas au rendez-vous. Il n’y a aucune vraie recherche ou critique développée sur le déterminisme de ces pauvres crabes. Au final, l’auteur nous offre tout simple une histoire linéaire qui tout en restant en surface n’arrive pas à tenir la route.

C’est une véritable dégringolade car le scénario, qui n’était déjà pas particulièrement riche, s’appauvrit de fait encore plus. Fini l’humour léger qui pouvait plaire dans le premier tome, on se retrouve avec les défauts de ce dernier mis au premier plan. Quant au dernier volet, c’est sans doute le pire. Non seulement, le scénario ne m’a pas du tout convaincu, mais en plus il me semble aller encore plus loin dans le bizarre, improbable et grotesque – c’est tiré par les cheveux.

extrait 2(Cliquez pour agrandir l’extrait)

Le graphisme est quant à lui assez particulier. Pourtant, je dois dire qu’il se prête vraiment à l’univers et au ton donné, en tout cas dans le premier tome. Il est assez équivalent au court métrage à l’exception qu’il n’est plus en noir et blanc. Mais le côté découpé et schématique, s’il ne plaît pas forcément, rajoute vraiment un ton décalé bienvenu à la bande dessinée.

Je suis donc assez déçue du résultat, même si je tenterai sans doute d’autres bédés d’Arthur de Pins en espérant que celles-ci soient un peu plus recherchées ou tout simplement que l’idée proposée soit vraiment traitée jusqu’au bout. Et c’est ça qui est un peu frustrant car le principe de base est assez bon et aurait pu donner quelque chose de très intéressant. De fait, je vous recommande vivement de ne lire que le premier tome si toutefois vous souhaitez tenter l’expérience. Celui-ci est le meilleur des trois et reste très fidèle au court-métrage (cf. ci-dessous), tout du moins, il est assez léger et drôle pour vous faire passer un bon moment.


Le dit court métrage :

Un commentaire sur “La marche du crabe – Arthur de Pins

  1. Alors celle ci, elle ne m’a jamais attiré c’est incroyable. Pourtant ce n’est pas faute de l’avoir vu partout (librairie, bibli, internet) mais autant le concept que le dessin ne m’attire pas du tout (va savoir pourquoi) et puis après avoir lu ton article je me dis que je ne rate vraiment rien donc que du positif au final XD
    (j’aime lire des articles qui me confortent dans mes positions parfois ^^)

Répondre à Lusionnelle Annuler la réponse.