BD / Manga / Comics

De cape et de crocs, tome 3 – Maysbou & Ayroles

Tome 3

Titre – De Cape et de Crocs – Tome 3 : L’Archipel du Danger
Scénario – Alain Ayroles
Genre – Cape & épée, comedia dell’arte, aventure
Édition – Delcourt (Terres de Légende)
Origine – France, 1998 – Volumes : 10 (série terminée)


 » Où l’on verra nos héros voguer à bord du Hollandais Volant vers les îles Tangerines et leur trésor, s’emparer d’un navire pirate, délivrer une belle captive, essuyer une tempête, subir lire d’un monstre marin, faire naufrage, explorer une île étrange, assister à un exposé, participer à une expérience et affronter de féroces cannibales.  »


Note Globale :

7/10


Pour ne pas risquer d’être spoilé, je vous invite à lire les chroniques des tomes précédents, et du premier tome notamment si vous n’avez pas encore entamé la bédé !
Chroniques des précédents tomes :
Cliquez ici pour le Tome 1 ;
Cliquez ici pour le Tome 2.

Chroniquer une série de BD est un exercice un peu délicat. D’une part, parce que quand celle-ci est aussi régulière, on finit par répéter la même chose (ce qui explique que mes chroniques seront sans doute courtes), d’autre part, parce que j’essaie quand même d’éviter de trop vous spoiler – ce qui est difficile quand on commente les éléments d’un tome de moins de cinquante pages. Alors passons à l’essentiel : le défaut de la bédé ? Sa quatrième de couverture.

Vous ne vous attendiez peut-être pas à cette réponse, et pourtant, en lisant la bédé, vous vous rendrez (ou êtes rendu) vite compte de mes raisons. Car enfin vous ne pouvez nier que le résumé, présenté pourtant d’une jolie manière, vous dit en peu de mots l’intégralité du volume en question. Votre lecture en sera-t-elle affectée ?

Et bien, non ! Et c’est là la magie de cette bande dessinée. Car enfin, le récit, le fond, l’histoire, tout cela n’est pas fondamentalement original. Les thèmes, les étapes, l’intrigue, c’est du vu et du revu – mais avec une touche personnelle qui fait mouche. L’intérêt réside dans les détails et l’humour – vous ai-je déjà parlé de l’humour de cette bédé ?

On notera que les auteurs de ce petit bijou n’ont aucun scrupule à employer les intrigues, les personnages et des scènes de romans déjà connus – c’est comme s’ils mettaient un doigt d’honneur à bourrer leur bédé de références. On a déjà vu Jean de la Fontaine et Molière. Vous verrez dans ce tome Léonard de Vinci, le Léviathan, L’île au trésor… Je pense même à Robinson Crusoé, tiens. Et j’en oublie, c’est certain !

Le plus intriguant, c’est la façon dont le scénario, tout en restant quasiment au même stade, nous fait valdinguer d’obstacles en obstacles, d’aventures en aventures. Et nous sommes toujours intrigués par ce qui va arriver à nos héros qui se retrouvent, encore une fois, en très mauvaise posture : tandis que deux sont en train de cuire, deux autres sont déjà en phase de digestion, nous offrant pour notre – en tout cas mon – très grand plaisir des planches bicolores telles que ci-dessous.

Extrait 3(Cliquez pour agrandir)

J’ai également beaucoup aimé cette scène où les vers délicieusement écrits, pendant un court instant, subjuguent les cannibales qui s’interrompent pour écouter Don Armando,  mais aussi ce savant-géographe-aventurier fou qui rappelle à la fois Léonard de Vinci, Jules Verne et peut-être comme je l’ai lu quelque part le professeur Tournesol.

Ce troisième volume est donc dans la continuité des deux premiers, et si je devais en donner un léger – très léger – défaut, ce serait dans les procédés d’humour quelque peu répétitifs par rapport aux précédents volumes. Sans être lourds, ils ne nous étonnent moins – quand bien même cela reste toujours drôle et la bédé très agréable à lire.

Et puis ? Affaire à suivre  !

Un commentaire sur “De cape et de crocs, tome 3 – Maysbou & Ayroles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.