Your name – Makoto Shinkai

(6/10) Dans la continuité de l’année dernière, je suis allée voir un nouveau film d’animation, encore une fois venu du Japon, Your Name. Il s’agit d’un film attendrissant et divertissant, qui charme par sa simplicité, sa légèreté et sa dose de drame.

Le postulat de départ est en effet assez cocasse : un garçon et une fille qui ne se connaissent ni d’Eve ni d’Adam, vivant dans des régions différentes du Japon et sans s’être jamais rencontrés, vont se voir soudain plongé dans la vie de l’autre en empruntant, certaines journées, le corps de ce/tte dernier/ère. On pourra évidemment penser au film Freaky Friday de Mark Waters ou encore au manga Dans l’intimité de Marie de Shuzo Oshimi, Your Name est un mélange des deux, puisque il met en scène à la fois l’aspect comique de la situation tout en n’oubliant pas une certaine dramatisation – que je vous laisserai découvrir en allant voir le film, bien sûr. 

Il est plutôt construit comme une série animée ; c’est-à-dire qu’on peut facilement l’envisager s’étaler sur plusieurs épisodes. Et d’ailleurs, il commence par un générique, exactement comme une série animée. Le découpage n’est pas toujours égal dans le scénario, nous donnant l’impression d’avoir été tronqué ou plutôt compressé ; bien que le rythme de celui-ci reste plutôt suffisant pour être prenant. Mais il y a quand même des répétitions, des rappels des scènes qui ont précédées, et que je n’ai pas trouvées très utiles.

Par contre, j’ai aimé la façon dont le fameux postulat, l’échange des corps, se découvre par les personnages. Comme indiqué, cet échange n’est ni permanent ni avec une régularité chronométrée. Les personnages ne se rendent ainsi pas tout de suite compte de ce qui leur arrive. Même si d’un côté les indices sont trop appuyés, j’ai trouvé agréable cette façon de nous introduire directement dans le sujet tout en laissant le temps au contexte, à l’environnement, au moins de l’héroïne, de s’installer.

Le choix fut également bon de ne pas simplement s’attarder sur les réactions des personnages face à ce qui leur arrive tout en l’abordant par des scènes succinctes qui d’une part dévoilent la façon dont ils cherchent à comprendre leur situation, la maîtriser et finissent par s’y accommoder. Cela apporte du dynamisme, d’autant qu’elles sont dotées d’humour et mettent en place des gimmicks qui seront autant d’occasions de rire.

Du reste, le scénario est plutôt classique et sans surprises. Les personnages sont attachants mais la construction relève du stéréotype : lui, le citadin branché, elle, la campagnarde qui vit dans la tradition et qui rêve de vivre en ville. Il y a cependant une nette évolution entre le début et la fin du film, que ce soit dans la qualité visuelle que dans l’histoire. Le film a pris son envol dans la deuxième moitié pour retomber sur la dernière scène finale qui, à mon sens, était très mignonne mais pas indispensable. (J’aime personnellement les fins ouvertes qui invitent le lecteur à y réfléchir, faire fonctionner son imaginaire, plutôt qu’une fin directive qui ne laisse plus place au doute.) Malgré tout, je regrette certaines facettes du film, très prévisibles, peu contrastées, et la résolution facile et peu crédible.

J’ai cependant bien aimé Your name, pour l’ensemble à la fois hétéroclite et harmonieux, pour ces scènes oniriques qui surgissent, dénotent vis-à-vis du reste, mais élèvent le film à une dimension où l’esthétique nous charme. Il saura plaire à beaucoup de monde, justement parce qu’il reste simple, doux, mélodieux, même si on pourrait lui reprocher d’être globalement peut-être un peu trop kawai (mignon, en japonais).


Your name
Réalisé par Makoto Shinkai
Film d’animation japonais, romance, drame, fantastique, catastrophe
2016

Résumé :
« Mitsuha, adolescente coincée dans une famille traditionnelle, rêve de quitter ses montagnes natales pour découvrir la vie trépidante de Tokyo. Elle est loin d’imaginer pouvoir vivre l’aventure urbaine dans la peau de… Taki, un jeune lycéen vivant à Tokyo, occupé entre son petit boulot dans un restaurant italien et ses nombreux amis. Un jour, ils s’aperçoivent qu’ils échangent leur corps dans leur rêve et se voient l’occasion de vivre la vie de l’autre. »


Bande d’annonce :

Lusionnelle

Laisser un commentaire