Skip to content

Théâtre | Merci ! de Daniel Pennac

Titre : Daniel Pennac dans « Merci ! » au Théâtre du Rond Point – Mise en scène : Jean-Michel Ribes – Acteur : Daniel Pennac – Genre : Format : DVD – Éditions : Copat (Gallimard) | Année : 2006

product_3260050643436_195x320

«Ça commence dans ma loge, cette perception de la salle. La voix d’Antoine dans le retour :
– Le spectacle Merci commence dans un quart d’heure, salle Renaud-Barrault.
J’écoute la salle se remplir.
Elle se compose petit à petit.
Je cherche à la deviner. Nombreux, ce soir. Et plutôt vifs.
Murmures, conversations, appels, toux, éternuements, on fait le ménage des bronches pour se mettre en état d’écouter.
Ils accordent leurs instruments en somme.
Les gens…
Tout à l’heure, c’est la curiosité qui me fera franchir la porte : chaque soir nous nous jouons une pièce différente.»
Daniel Pennac.


« Merci ! » est une pièce de théâtre tirée du livre éponyme de Daniel Pennac. Un romancier vient de recevoir un prix le récompensant de l’ensemble de son œuvre et doit monter sur scène pour énoncer les habituels remerciements. Nous avons donc affaire à un artiste – nous ne savons pas ni ce qu’il fait ni qui il est, cela pourrait tout aussi bien être Daniel Pennac lui-même – qui, au moment venu des remerciements, se butte à la difficulté de les produire et se met à discourir sur l’idée même du remerciement (public en particulier, comme privé).

Se met alors en scène un monologue doté de l’humour caustique si caractéristique de l’auteur, où nous sommes à la fois élève, témoin et confident d’un drôle d’énergumène. Jeux de mots en tout genre, critique de la société culturelle – ou même société de spectacle, les remises de prix étant plus proches du divertissement que de la culture en tant que telle – c’est un texte bien écrit, qui ne s’épargne aucune digression, où le mot « Merci » est décortiqué dans tous les sens.

En se débattant contre ces conventions, l’artiste se prend lui-même au piège car, enfin, il a signé son accord pour recevoir ce prix et venir sur scène. Il se doit de promulguer ces remerciements qui pour lui n’ont pas de sens : au fond, la question qui se pose est aussi à qui dire merci ? Doit-il suivre le code silencieux des remises de prix où il faut à la fois se courber devant le jury, le public, son équipe ? Doit-il se targuer d’une fausse modestie pour à la fois faire l’éloge du prix qu’on lui remet sans toutefois paraître présomptueux ? Car au fond, la remise d’un tel prix sert à remercier l’artiste de l’ensemble de son œuvre, et le voilà qui devrait les remercier ?

Mais donner un prix le remerciant pour l’ensemble de son œuvre n’implique-t-il pas quelque part que « tout ce qui reste à venir est nul par avance » ?

Critique des institutions, de tous ces prix littéraires (« Je ne les connais pas tous, ils sont plus nombreux que les fromages français ! »), l’artificiel des remises de ces prix, qui sont en soi une pièce de théâtre paramétrée de bout en bout, rend la sincérité des auteurs et des artistes qui reçoivent ces prix quelque part assez pathétique et « fausse ».

Une critique bien menée et interprétée que je vous encourage à découvrir.

Et pour finir, voici un petit extrait :

« – Il est rarissime qu’un lauréat ne remercie pas son équipe.

Une petite parenthèse :

– Ce qui nous change beaucoup des ministres. Un ministre ne parle jamais au nom de son équipe : « Depuis que je suis entré aux Finances – à l’Intérieur, à la Justice, à l’Éducation, à la Culture – j’ai fait en sorte que… je me suis battu pour… j’ai également demandé à mes services de me… Et dès que j’ai su que… J’ai pris la décision qui s’imposait. »

Un temps.

– Un ministre n’attend jamais qu’on le félicite; il se félicite lui-même. Grammaticalement parlant, le verbe féliciter utilisé au sens pronominal direct : se féliciter – et à la seule première personne du singulier ! – est exclusivement ministériel. « Et je m’en félicite ! ». »


Existe aussi en roman aux éditions NRF chez Gallimard.

merci

Be First to Comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :