Skip to content

Théâtre | La fuite – Gao Xingjian (Fest. OFF 2014)

Résumé

Deux jeunes manifestants, un étudiant et une actrice, fuient la grande place où a lieu une violente répression. Ils trouvent refuge dans un endroit étrange. Perturbés par l’arrivée d’un troisième fuyard, ils devront cohabiter et tenter de se sauver. La tension monte, les corps s’échauffent, les pulsions s’exacerbent. L’envie de survivre, de fuir, de rêver, de danser, de jouer, de s’aimer prend le pas sur la peur de périr. Gao Xingjian, l’auteur de « La fuite », est prix Nobel de littérature.

Info(s) pratique(s)

Interprète(s) : Arben Bajraktaraj, Hélène Chevallier, Simon Fraud
Mise en scène : Andréa Brusque
Scénographie : Jean-Baptiste Bellon

Théâtre du Chêne Noir, salle John Coltrane, à 15h (1h15), tarif : 22 €, carte off : 15 €, tarif enfant -12 ans : 8 €

PS : contrairement au tarif proposant pour les enfants de -12 ans, cette pièce ne s’adresse pas du tout à un jeune public.

Programme OFF / Réservations : sur le site du OFF ou sur le site du Théâtre du Chêne Noir


Tout commence dans le noir, un bruit de fond sonore, intense, inquiétant. Une voix féminine lointaine semble chantonner ou juste résonner, comme coupée de toute parole, comme si elle ne trouvait plus la mélodie, cette mélodie qui reste dans sa tête avec ses souvenirs d’enfance mais qu’elle ne parvient plus à reproduire en dehors. Puis des coups de feux. Un homme entre, suivi d’une femme recouverte de sang. Un troisième les rejoint assez vite. Ils ont fui le massacre. Ils ont survécu à Tien’anmen. Pour l’instant.

Un huis clos dans une pièce décomposée, des débris jonchent le sol, un carton, un piano, au fond un mannequin dénudé et un seul néon capricieux pour éclairer le tout. Le trio nous livre un texte fort sur la solitude, sur l’homme face à la mort prochaine et l’illusion de vie, le désir sauvage, l’ultime fuite qu’elle inspire. Le trio ainsi formé par la nécessité, par le hasard ou le destin, qu’importe, est presque aussi chaotique que ce qui leur entoure, que la situation elle-même. Marqués par l’horreur, ils se cherchent, s’attirent, se confrontent, s’aiment et se haïssent à la fois.

Antagonistes, le trio nous entraîne dans une profonde réflexion non seulement des thèmes cités ci-dessus (solitude, l’homme face à la mort prochaine) mais aussi sur la révolte, les motivations, la nécessité et la façon de la mener : « Comment résister ? Comment s’ engager ? Comment lutter ? Prendre les armes ? Poser des bombes ? Faire du théâtre ? Fuir ?« .(cf. site du OFF)

J’ai vraiment aimé cette pièce, non seulement parce que j’ai rarement eu l’occasion de voir une œuvre littéraire sur Tian’anmen, que celle-ci est écrite du point de vue d’un auteur chinois, mais aussi que les nombreux thèmes soulevés sont traités avec un point de vue intéressant qui laisse à réfléchir. Il faut reconnaître aussi que pour interpréter une telle pièce de théâtre, il fallait avoir des acteurs solides et talentueux, ce qui est clairement le cas. La montée en puissance de la pièce nous laisse rivés sur nos chaises, incapables de détourner les yeux de la ronde psychologique mais aussi physique des personnages. J’ai particulièrement apprécié le jeu d’Arben Bajraktaraj qui nous offre un personnage cynique intense et justement joué et la force d’Hélène Chevalier dont le souffle est impressionnant, Simon Fraud n’étant pas moins bon.


C’est donc une excellente pièce que nous propose la mise en scène Andrea Brusque et l’interprétation de ses acteurs, une pièce qui, tout en évoquant un événement ayant eu lieu en Chine, parle à tous tant ses thèmes sont universels. Que ce soit la pièce ou le livre, je pense que c’est un texte à découvrir.

Mais comme elle sera jouée tous les jours durant le festival, pourquoi ne pas en profiter ?

Be First to Comment

  1. […] achevé, retour au Théâtre du Chêne Noir pour une nouvelle pièce. Encore une fois un huis clos, La fuite de Gao Xiangjing propose une réflexion intéressante sur la révolte et la solitude humaine tout […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :