Une Pluie Sans Fin de Dong Yue

Une Pluie Sans Fin
Une pluie sans fin
Réalisé par Dong Yue
Sorti le 18/07/2018
Joué par Duan Yihong, Jiang Yiyan,  Du Yuan, Zhen Wei
Cinéma Chinois
Thriller
Plus d’informations

Il s’agit du premier long métrage du réalisateur Dong Yue, et c’est d’autant plus impressionnant au regard de la maîtrise qu’il fait preuve dans toute son oeuvre. Il y a peu à reprocher au film, qui hérite des mêmes qualités que ceux attribués en ce moment au cinéma sud-coréen, dont il est vrai qu’il s’inspire fortement. On ne peut éviter les comparaisons plus qu’évidentes avec le chef d’œuvre Memories of Murder de Bong Jong-Ho, à la fois dans la construction du scénario que par l’ambiance sombre, pluvieuse, crasseuse des quartiers notamment industriels.

Le film est passionnant. Et ce n’est pas uniquement dû au mystère de son intrigue. Là où il va se distinguer du film sud-coréen, c’est dans la focale qu’il choisit de mettre sur le milieu de l’industrie chinoise à quelques mois de la rétrocession de Hong Kong et plus particulièrement durant la désindustrialisation d’une partie du sud de la Chine. Ce n’est donc pas tant un thriller qu’un drame social, et c’est dans ce traitement particulier qu’il se révèle excellent, offrant de par ailleurs une esthétique incroyable avec de magnifiques plans. Je pense notamment à la course poursuite qui a lieu dans une des industries de la ville, qui m’a le plus marquée.

Le cinéaste chinois a donc choisi d’illustrer à travers l’enquête mené par l’agent de sécurité, Yu Guowei, l’impact à l’échelle des individus d’une mutation économique et sociale d’un pays. Il y a énormément de sous-texte qui sert en ce sens à montrer les évolutions de cette société et la façon dont les différentes générations la subissent.

Un casting irréprochable, une mise en scène et un cadrage efficaces, une ambiance palpable, des plans magnifiques, une musique d’atmosphère adaptée – Une pluie sans fin est une des plus belles surprises cinéma de cette année 2018 et une belle promesse pour ce nouveau réalisateur.  Je ne peux donc que souhaiter d’en voir d’avantage et peut-être avec un détachement du cinéma sud-coréen et y découvrir sa propre patte.

Je vous laisse notamment en apprendre d’avantage à travers l’excellente critique d’Aurélien Milhaud sur le site « Le Blog du Cinéma« .

Résumé : « 1997. À quelques mois de la rétrocession de Hong-Kong, la Chine va vivre de grands changements… Yu Guowei, le chef de la sécurité d’une vieille usine, dans le Sud du pays, enquête sur une série de meurtres commis sur des jeunes femmes. Alors que la police piétine, cette enquête va très vite devenir une véritable obsession pour Yu… puis sa raison de vivre. »

Les détectives du Yorkshire #1 Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman

Merci au #NetgalleyChallenge2018 et à la maison d’édition #RobertLaffont pour m’avoir donné accès à ce livre.

Il s’agit d’un premier tome d’un couple de détectives, improvisés par un détective privé autoproclamé et la gérante d’un site de rencontres en ligne, et qui se déroule dans un petit village du Yorkshire. Le roman est écritdans un style, un ton et humour anglais qui rendent la lecture fluide et agréable. Parfaite en réalité pour la période estivale qui approche et à emporter durant un voyage. En revanche, je reste malgré tout réservée sur mon avis général de ce roman qui, s’il est plaisant à lire, ne restera pas longtemps dans ma mémoire.

Ma réserve vient du fait qu’il n’est clairement pas sans défauts, et le principal, je dirais, vient de ses stéréotypes. Si ceux-ci sont à mon avis en partie recherchés par l’autrice, qui, en les utilisant, souhaite caricaturer ses personnages, par volonté d’humour et de dérision, il faudrait dans ce cas y aller plus franchement et y mettre tout le sel et le piquant nécessaires, pour ne pas tomber dans les simples clichés. Lire la suite

L’expédition de Monica Kristensen

S’il y a un polar que je retiendrai de l’expérience du Grand Prix des Lectrices ELLE, c’est bien L’expédition de Monica KRISTENSEN. Un polar glacé qui nous fait plonger dans un étrange huis-clos au milieu de l’hiver et des glaces infinies. Mais, ce que j’ai aimé, ce sont tous les détails que l’auteure donne sur la façon dont est préparée et menée une expédition, qui rendent le récit crédible et l’expérience réaliste. Et pour cause, l’écrivaine est également glaciologue et la première femme qui a conduit une expédition en Antarctique (cf. Wikipédia). Cela nous donnerait même des envies de lire un témoignage sur son expérience.

Du réalisme, il est clair que le récit n’en manque pas. Sans nous assommer d’explications, l’auteure nous donne suffisamment de détails pour nous faire comprendre à quel point organiser une expédition est difficile, coûteuse, stressante, et à quel point la vivre est une épreuve de titans. Ses personnages s’y sont préparés, mais elle arrive habilement à montrer également leur amateurisme et leur égocentrisme. Dans une narration double habilement menée, elle fait oublier la linéarité du récit, en développant une temporalité qui évite également l’ennui des moments d’accalmie, où les personnages n’ont d’autres choix que d’attendre.

Lire la suite

L’atelier des poisons de Sylvie Gibert

C’est le contexte qui m’a attiré en lisant la 4e de couverture, et j’espérais à vrai dire qu’il en soit le sujet principal : le premier atelier de peinture ouvert aux femmes à la fin du XIXe siècle. Il y avait là de quoi faire tout un roman, s’intéresser à un univers hostile aux femmes, ces peintres dont on ne sait presque rien, encore aujourd’hui. L’aspect « policier » m’intéressait moins, mais c’était quand même l’occasion de tenter le mélange des genres. Malheureusement, si les idées qui ont fait naître le roman sont intéressantes, confirmées lors de cette rencontre, je n’ai malheureusement pas été convaincue par le roman. Lire la suite

Et si on mettait un point sur nos lectures ? #6

point lectureAlors que certains préparent déjà avec enthousiasme leur PAL d’automne, anticipent même Halloween, je suis moins encline à accueillir cette nouvelle saison avec autant de plaisir. Pour moi, cela résonne comme la doctrine des Starks : l’hiver approche.

Lire la suite

Blacksad, tome 2 – Canalès & Guarnido

Blacksad 2

Titre – Blacksad, Tome 2 : Artic-Nation
Scénario – Díaz Canalès, Juan
Dessin – Guarnido, Juanjo
Éditions – Dargaud, 2003
Origine – Espagne
Genre – Policier


Oldsmill, le maître de la ville, est un tigre blanc.
Karup, le chef de la police, un ours blanc.
Huk, l’âme damnée de Karup, un renard blanc.
Avec les autres animaux à pelage immaculé, ils forment la société WASP (W pour White, AS pour Anglo-Saxon, P pour Protestant). Tous les autres habitants, de la pie noire au renard brun-roux en passant par le chat tacheté et la biche châtain, ne sont que racaille.
Dans cette ambiance pas câline, câline, Blacksad, le chat détective privé, est engagé pour enquêter sur la disparition d’une enfant de couleur.


Note globale :

9/10


Conditionnée ou non par les multiples éloges sur la série Blacksad, je ne peux que joindre ma voix à tous ceux qui soulignent la qualité indéniable de cette bande dessinée. Ne serait-ce que pour le dessin, l’expressivité des personnages, les couleurs et l’ambiance générale de l’œuvre, Artic-Nation n’a fait que renforcer mon adhésion. J’aime sans mesure le trait des personnages animorphes, la façon dont, tout en se tenant sur deux pattes, en prenant des postures semblables aux nôtres, ils gardent leurs allures et leurs caractéristiques animalières. Rien que pour cela, pour le plaisir des yeux, c’est un régal que d’ouvrir un album de cette saga ! Lire la suite

Blacksad, tome 1 – Juan Diaz Canales & Juanjo Guarnido

blacksad

Titre – Blacksad – Tome 1 : Quelque part entre les ombres
Scénario – Díaz Canalès, Juan
Dessin – Guarnido, Juanjo
Éditions – Dargaud, 2002
Origine – Espagne
Genre – Policier


« Parfois, quand j’entre dans mon bureau, j’ai l’impression de marcher dans les ruines d’une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble au vestige de l’être civilisé que je fus jadis.« 


Note globale :

9/10


J’ai rarement vu des opinions négatives sur cette bande dessinée, et pour cause : elle est géniale. Ce terme aussi subjectif et vague qu’il soit est en fait le plus transparent pour vous décrire ce que j’en ai pensé. Pas besoin d’une dizaine de lignes pour vous dire que j’ai – presque – tout aimé dans ce premier tome qui est une bonne introduction à l’univers sombre des années 50 vécues par un détective privé. La note est retranchée d’un point (un demi-point en réalité) pour le bénéfice du doute, car j’attends encore de lire le second tome pour confirmer cette première impression très positive. Voilà, c’est dit, j’ai eu un nouveau et très grand coup de cœur.
Lire la suite

Livres | In My Mailbox #1 – Mai 2014

Ne jamais, jamais entrer dans un Gilbert Joseph. Je le sais, chaque fois que j’y vais, c’est pour y faire un carnage. Je ne sais pas résister. Pour preuve, la dernière fois remontait au mois de février et je suis rentrée chez moi avec une trentaine de bouquins et autant de DVD… Aujourd’hui n’a pas fait exception.

Après être allée dans la charmante librairie Chantelivre dans le 6e (qui fera l’objet d’un autre article), j’ai juste voulu entrer dans Gilbert pour jeter un coup d’œil sur les occasions qu’ils possèdent en version originale. Tout d’abord, j’ai été très déçue par le très (très) faible choix qu’ils ont. Et après, je suis descendue dans les rayons littérature… Et bien sûr, ça n’a pas loupé. Lire la suite