Archives par mot-clé : onirisme

Si tu tends l’oreille – Yoshifumi Kondo

(9/10 ❤) Unique film du réalisateur, ayant déjà travaillé sur plusieurs longs métrages du studio Ghibli, parmi les meilleurs d’Isao Takahata et Hayao Miyazaki (Le tombeau des lucioles, Princess Mononoke, Pompoko, Porco Rosso), Yoshifumi Kondo nous livre dans Si tu tends l’oreille une histoire très touchante et maîtrisée. C’est un film qui entre parfaitement dans l’ambiance du studio sans pour autant en être un simili désuet. Ses qualités sont pluriels : son équilibre, la délicatesse du récit, son onirisme, sa douceur, le sourire qu’il vous laisse sur la fin. 

Pour avoir vus les films dans un ordre non chronologique, j’ai été ainsi surprise d’y voir dans les statues des chats, le chara-design des protagonistes du Royaume des chats de Hiroyuki Morita. J’ai finalement appris que ce dernier a été réalisé sept ans plus tard, en reprenant volontairement certains des personnages comme protagonistes, offrant ainsi, si ce n’est vraiment une suite, en tout cas un très bel hommage à l’oeuvre du talentueux Yoshifumi Kondo. Continuer la lecture de Si tu tends l’oreille – Yoshifumi Kondo

Trois Ombres – Cyril Pedrosa

trois ombres

Trois Ombres
Scénarisé et dessiné par Cyril Pedrosa
Publié par Delcourt, 2007
Fantastique, drame, aventure


« Joachim et ses parents vivaient heureux au creux des collines. Puis les ombres apparurent et rien ne fut plus comme avant. Une sourde menace s’était immiscée : il fallait fuir ou se soumettre. »


Note globale :

10/10


Aujourd’hui, je ne vais pas faire de chichis et je commencerai cette chronique en vous disant que j’ai adoré ma lecture, et que je vous la recommande vivement. Je ne connaissais pas Cyril Pedrosa et je n’ai même pas cherché à lire le résumé. Comme souvent en bédés, je me suis laissé guider par mon instinct – et je suis bien contente que mon flair eût été si bon ! Trois Ombres est une bédé touchante, étonnante, poétique et débordante d’émotion, à lire et à relire. Continuer la lecture de Trois Ombres – Cyril Pedrosa