Skip to content

Étiquette : féminisme

Monthly Best Of Culture – Novembre & Décembre 2017

Avant de commencer les habituels bilans de fin d’année, il me semble quand même important de ne pas oublier un rendez-vous régulier : le bilan mensuel de mes découvertes culturelles. Je pense que je réitèrerai ce format durant 2018, car je le trouve assez pratique, quoi que peut-être avec quelques modifications – légères, toutefois. THE MONTHLY BEST OF CULTURE Novembre et Décembre 2017 – LE TOP ! – #1 – Moi, Peter Pan de Michael ROCH [Livre] Cela faisait un moment que j’avais envie de découvrir la plume de Michael ROCH dont je connaissais surtout l’excellente chaîne Youtube La brigade de livres. Force et à constater qu’en plus de donner envie de lire, il donne plaisir à être lu. J’ai été envoûtée par sa plume, qui est au cœur de la force du récit. La voix qu’il donne à Peter Pan est incomparable et m’a donné bien plus de satisfaction qu’à la…

Leave a Comment

The Handmaid’s Tale de Margaret ATWOOD

Après avoir entendu tellement d’éloges sur ce roman, après avoir vu la vague déferlante des avis positif sur la série, j’ai finalement sauté le pas et lu La Servante Écarlate. Je ne ferai pas l’affront de dire « et j’ai été déçue » – ce ne serait pas exact car je lui reconnais bon nombre de qualités qu’on lui attribue. Pour autant, je n’ai pas apprécié ma lecture. Comment expliquer le mélange de « j’aime » et « je n’ai pas trop aimé » entre lesquels je me trouve ?

Avant tout, autant le dire : la qualité du livre est son fond. Ce traitement de la violence subite par les femmes, dans une société gouvernée par le fanatisme religieux sous fond de pandémie rendant stérile une bonne partie de la population, est très bien exploité. Sous couvert de les protéger et de garantir la pérennité de l’espèce humaine, toutes ces excuses ne servent en réalité qu’à justifier l’exploitation et l’aliénation une fois de plus imposée aux femmes, véritables boucs émissaires de la société dont même les mieux loties ne sont guère enviables. Le roman est en réalité bien plus atmosphérique qu’autre chose. Avec son découpage, soigneusement ordonné par thématique, il prend le temps de développer chaque aspect glaçant de cet univers confiné et machiste – qui semble hors du temps, à la fois proche et très distant de celui du lecteur. La violence est sourde, latente, pernicieuse, en filagramme, et ainsi très horrifiante. Et donc, très efficace.

1 Comment

« Une lutte sans trêve » : l’appel à la solidarité internationale d’Angela Davis

Une lutte sans trêve
Recueil de discours et entretiens d’Angela Davis
Textes assemblés par Frank Barat
Traduit de l’anglais par Frédérique Popet
Publié aux éditions La Fabrique, 2016
184p, 15€ PF broché

Sur le site de l’éditeur


« Quels sont les points communs entre l’industrie militaro-carcérale américaine, l’apartheid en Israël-Palestine, les mobilisations de Ferguson, Tahrir et Taksim ? Qu’est-ce que l’expérience des Black Panthers et du féminisme noir nous dit des rapports actuels entre les oppressions spécifiques et l’impérialisme ?

Témoin et actrice de luttes de libération pendant plus d’un demi-siècle, Angela Davis s’exprime ici sur l’articulation de ces différents combats, pour une nouvelle génération saisie par l’urgence de la solidarité internationale. »

2 Comments

Milk and honey de Rupi Kaur

Je suis généralement peu sensible à la poésie. Comme pour la sculpture, je suis parfois impressionnée par le travail, sans toutefois réellement goûter au plaisir de leur beauté. Cela peut être une question de goût, de sensibilité, qui rend très difficile de juger. Voici donc un avis tout personnel, car je crois avoir trouvé une œuvre qui a fait mouche : milk and honey de rupi kaur a été l’occasion d’une véritable pause.

Succincte, percutante, la prose de rupi kaur frappe juste. Répartie en quatre chapitres, la blessure, l’amour, la rupture, la guérison, c’est un chemin, un cercle, une voie à double sens, des petites routes, quelques voies rapides mais jamais d’autoroute. Une page de quatre vers ne signifie pas quelques secondes avant la prochaine. Chacune se savoure au rythme des percussions que chaque prose fait résonner en nous. Nous sommes l’instrument de ce texte qui entre en résonance et nous parle avec une facilité, crée une sorte d’intimité soudaine à laquelle on ne s’attend pas à trouver.

2 Comments

« Françoise » : une biographie de Françoise Giroud par Laure Adler

En préambule…

Et voici l’article inaugural de cette nouvelle rubrique sur le blog : la non fiction. Qu’il s’agisse de biographies, d’essais ou de documentaires, c’est dans cette catégorie qu’entreront tous les livres ou documentaires qui ne seront donc pas une fiction.

Comme c’est le premier article, n’hésitez pas à me faire un feedback  afin que je l’améliore et nourrisse en conséquence les prochains !


françoise giroudFrançoise
Biographie de Françoise Giroud
Ecrite par Laure Adler
Publiée aux éditions Grasset en 2011
22€, 490p

4e de couverture :
« Et si Françoise Giroud était encore plus grande que sa légende ? Plus riche, plus complexe, plus intéressante que l’image d’Epinal de la jeune femme talentueuse qui devint la première journaliste de son temps ?

La trajectoire, on la connaît : engagée par Hélène Lazareff à la création de Elle puis cofondatrice de L’Express, et enfin chroniqueuse au Nouvel Observateur, l’ex script-girl de Jean Renoir avait le sens des phrases assassines : la griffe sous le sourire enjôleur. Compagne et complice de Jean-Jacques Servan-Schreiber, farouche opposante à la guerre d’Algérie, amie fidèle de Mendès France et de Mitterrand, celle qui « inventa » la Nouvelle Vague et roulait en décapotable fut une grande amoureuse, aimant le plaisir autant que le devoir. Femme politique, cette fille d’immigré turcs ne passa jamais son bac, mais devint Secrétaire d’Etat à la condition féminine sous Giscard d’Estaing. Travailleuse acharnée, élégante en diable, éprise de liberté, c’était une visionnaire, qui incarna la naissance de la femme moderne.

Mais on découvre ici que ce tempérament passionné a aussi ses zones d’ombre – expérience de la trahison, coup de folie passionnelle, tentative de suicide, mort d’un fils… Et si une phrase de sa mère, sur son lit de mort, avait déterminé sa trajectoire et son destin ?

A travers le portrait d’une femme d’exception, c ‘est une époque de feu que ressuscite ici Laure Adler : un temps, pas si lointain, où l’on savait encore se battre pour des idéaux. »

Leave a Comment

Avril 2016 – Monthly Best of Books

Vous ne voyez pas le bouton « Like » et les commentaires ? Lisez l’article directement sur le blog ! Dithyrambique. Quel joli mot, n’est-ce pas ? J’en ferai bien un pays imaginaire, la Dithyrambie, ce lieu rêvé où on peut s’enthousiasmer de tout, et surtout de très bonnes choses – celles qui nous font vibrer, qui nous font réfléchir, qui nous font rêver et qui nous inspirent. Un pays où on se sent bien, parce qu’on y découvre des choses qui nous font grandir, qui nous élèvent ou tout simplement qui nous procurent un sentiment de bien-être. Je crois qu’en termes de lecture, j’ai franchi les frontières de ce pays chéri, car les belles découvertes pleuvent presque continuellement depuis ce début d’année, à tel point que tout en ayant eu une mini-panne de lecture, ce mois d’Avril n’en demeure pas moins aussi riche que tous les mois précédents réunis. Pourvu que…

Leave a Comment

Février 2016 – Monthly Best Of Books

Il y a tellement de livres que je voudrais lire, de bandes dessinées que j’aimerais découvrir, et chaque mois c’est à la fois avec satisfaction et frustration que je dresse le bilan. Certes, ce fut un mois encore très positif en termes de lectures enrichissantes. Toutefois, je regarde également ma PAL et ma wishlist continuer à grandir indéfiniment, sans parler de tous ces livres que je devrais lire pour ma culture générale, et je me mets à rêver d’avoir toutes mes journées pour flâner au milieu de mes lectures que j’enchainerai, que j’alternerai, que j’abonnerai aussi – il n’y a rien de mal à ça. Février fut donc un mois plutôt faste. Et voilà que Mars a pointé son nez et avec lui de nouvelles perspectives. Si seulement j’avais le temps de tout faire ! *** The Monthly Best Of Books Février 2016 * #3 – Le Samourai Bambou, Tome…

8 Comments

Et si on mettait un point sur nos lectures ? #5

point lecture

des lectures du mois d’Août 2015 uniquement

*

Je vous retrouve aujourd’hui pour un bilan lecture assez positif avec des choses plutôt variées, bien que j’ai continué dans ma lancée SF depuis la dernière fois. Le Monthly Best Of Books étant passé par là, il n’y aura pas non plus beaucoup de surprises. Mais au moins vous aurez une meilleure idée de pourquoi j’ai aimé ou moins aimé tel ou tel livre. Bonnes découvertes !

Leave a Comment

Only Ever Yours – Louise O’Neill

untitledOnly Ever Yours
Écrit par Louise O’Neill
Publié par Quercus, en 2014
Lecture en VO dans le cadre du challenge « Read In English 14-15 »
Disponible uniquement en anglais pour le moment
Dystopie, Young Adult


Résumé :
« In a world in which baby girls are no longer born naturally, women are bred in schools, trained in the arts of pleasing men until they are ready for the outside world. At graduation, the most highly rated girls become “companions”, permitted to live with their husbands and breed sons until they are no longer useful. For the girls left behind, the future – as a concubine or a teacher – is grim.

Best friends Freida and Isabel are sure they’ll be chosen as companions – they are among the most highly rated girls in their year. But as the intensity of final year takes hold, Isabel does the unthinkable and starts to put on weight. ..
And then, into this sealed female environment, the boys arrive, eager to choose a bride.

Freida must fight for her future – even if it means betraying the only friend, the only love, she has ever known. . . »


Note globale :

7/10


Recommandé par la très généreuse Cindy Van Wilder (auteure de Les Outrepasseurs, publié chez Gulf Stream), ce roman dystopique estampillé jeune adulte m’a surprise. Positivement surprise : l’auteure traite avec profondeur, jonglant aisément entre l’intrigue, nécessaire pour tenir le lecteur en haleine, les états d’âme de son héroïne, propre au genre, et sa critique – laquelle fait tout l’intérêt du roman. Pour tous ceux qui appréhendent les romans jeunes adultes (ou Young Adults en anglais), et sont lassés des dystopies oú le contexte ne sert qu’à l’action, voilà un roman qui pourrait bien vous réconcilier avec le genre. Je m’explique.

Leave a Comment