Skip to content

Étiquette : Critique

The Maze Runner #1 (L'épreuve #1 : Le labyrinthe) – Wes Ball

Affiche_The Maze Runner

Titre – L’épreuve, volet 1 : Le Labyrinthe (The Maze Runner #1)
Réalisateur – Wes Ball
Adapté du roman – The Maze Runner #1 de James Dashner
Genre – Adaptation, Dystopie, Science fiction
Acteurs – Dylan O’Brien, Aml Ameen, Will Poulter, Kaya Scodelario, Thomas Brodie-Sangster, Ki Hong Lee, Blake Cooper (voir détails ici)


Quand Thomas reprend connaissance, il est pris au piège avec un groupe d’autres garçons dans un labyrinthe géant dont le plan est modifié chaque nuit. Il n’a plus aucun souvenir du monde extérieur, à part d’étranges rêves à propos d’une mystérieuse organisation appelée W.C.K.D. En reliant certains fragments de son passé, avec des indices qu’il découvre au sein du labyrinthe, Thomas espère trouver un moyen de s’en échapper.


Note globale :

6/10


Sera-t-elle fidèle ? Les personnages, l’univers, correspondront-ils à notre imaginaire ? Y aura-t-il des raccourcis ? de la réécriture ? On se pose tous les mêmes questions quand on s’apprête à voir une adaptation d’une œuvre qu’on a appréciée : y retrouvera-t-on ce que nous y avions aimé ? De ce point de vue, je n’ai pas toujours approuvé les choix scénaristiques et même le casting ; mais détaché du livre et pris comme n’importe quel film de science-fiction dystopique jeunesse, The Maze Runner est un bon divertissement qui se laisse bien voir. Je m’explique.

Leave a Comment

The Mortal Instruments, tome 2 – Cassandra Clare

City of Ashes - Mortal instruments 2

Titre – The Mortal Instruments – Tome 2 : City of Ashes
Auteur – Cassandra Clare
Version – Originale, Anglais
Éditions – McElderry Books, 2009
Genre – Jeunesse/Young Adult, Fantastique


« Le monde obscur est en émoi depuis le meurtre mystérieux d’un loup-garou survenu devant le Hunter’s Moon, l’un des repaires de lycanthropes les plus fréquentés de New York. Du côté des Chasseurs d’Ombres, l’Inquisitrice, une femme insensible et austère, est dépêchée par l’Enclave pour s’emparer de l’Institut: Valentin est de retour et une guerre sanglante se prépare.

Pris dans la tourmente des événements récents, écartelés entre coeur et raison, Clary et Jace se lancent à corps perdu dans la lutte sans merci qui oppose les défenseurs du bien aux forces du mal. Une lutte qui les ménera des souterrains de la Cité Silencieuse aux eaux sombres de l’East River… »


Note globale :

7/10


Attention ! Cette chronique parle du second tome de la SAGA. Bien que j’essaie de ne pas spoiler, je vais forcément évoquer des éléments s’étant déroulé à la fin du premier volet. De fait, si vous n’avez pas encore lu le tome 1, je vous recommande de lire plutôt ma première chronique (en cliquant ici).

Le premier tome de la saga m’avait charmé, au contraire du film qui m’avait bien fait rire. Forte de cette très bonne impression, j’ai profité du challenge All in English October pour me jeter sur la suite. Conclusion ? Je suis encore plus conquise. Cassandra Clare a tissé non seulement une intrigue prenante qui continue à nous tenir en haleine tout le long des quatre cent cinquante pages du second volet, mais en plus elle maîtrise l’art de tisser des relations crédibles, touchantes et plus complexes que dans beaucoup de livres du même genre. Or, s’il y a bien une chose que j’apprécie dans ces livres, ce sont justement ces dernières. Je m’explique.

Leave a Comment

Nouvelles d'Amérique Centrale – Cécile Chabot

nouvelles d'amérique centrale copy

Titre – Nouvelles d’Amérique Centrale
Auteur – Cécile Chabot
Version – Originale, Français
Éditions – Autopublié, 2013
Genre – Nouvelles, Société, Contemporain


« Du Mexique au Panama, ce road-movie littéraire traverse un continent, l’Amérique centrale, et nous livre dix-sept instantanés pris à la volée qui donnent leur titre à chaque nouvelle. Ces polaroids ne sont ni des cartes postales ni des photos de voyages, mais de véritables radiographies panoramiques de l’âme humaine. Les portraits de Ricardo, Philippa, José, Mark et les autres, tous les autres qui se croiseront parfois sans le savoir au fil des histoires, émeuvent car en zoomant sur le détail ils touchent à l’universel. Le détail, c’est la cartographie de ce coin du globe sur lequel règnent la misère, la drogue, la dictature, la violence. L’universel, ce sont les femmes, les enfants, les hommes, qui comme toujours, qui comme partout, sont bien obligés de faire avec, et avec ce qu’ils ont. L’universel, ce sont ces êtres humains aux prises avec leurs rêves brisés, leur désir d’ailleurs, leurs désillusions et leur tristesse. L’universel, enfin, c’est que malgré tout rien n’est jamais perdu, jamais définitif, et que l’amour, l’espoir, la vie renaissent en un cycle perpétuel et palpitent en chacun comme un cœur éternel. »


Note Globale :

6/10


Je remercie l’auteur Cécile Chabot pour m’avoir donné sa confiance et m’avoir envoyé son livre.

Nouvelles d’Amérique Centrale est un recueil de très, très courtes nouvelles – chacune faisant probablement entre 5 à 10 pages grand maximum. Le livre est découpé en pays, lesquels contiennent quelques courts textes évoquant la vie de ses habitants. Ainsi, le recueil est une invitation au voyage à travers les instantanés de vie que nous présentent les quelques pages des nouvelles. Ce que j’ai aimé : les impressions laissées par les courts récits, l’entrecroisement de certains récits (chose que j’aime beaucoup dans les œuvres d’un même auteur). Ce que j’ai moins aimé : une homogénéité un peu trop marquée des histoires. Je m’explique.

Leave a Comment

Percy Jackson, tome 2 – Rick Riordan

Percy Jackson 2

Titre – Percy Jackson – Tome 2 : La mer des monstres
Auteur – Rick Riordan
Version – Français, traduction par Mona de Pracontal
Éditions – Albin Michel, 2010
Genre – Jeunesse, Fantastique, Mythologie


« Il y a un an, Percy Jackson découvrait que les personnages de la mythologie grecque existaient, et qu’il était le fils de Poséidon. Mais la Colonie des Sang-Mêlé ne peut plus garantir la sécurité des enfants demi-dieux : ses défenses faiblissent car l’arbre de Thalia a été empoisonné. Le remède : la Toison d’or, que détient le cyclope Polyphème. Afin d’atteindre l’île de Polyphème, Percy et ses amis vont devoir naviguer sur la Mer des Monstres, qui porte bien son nom. La seconde quête de Percy commence… »


Note Globale :

5/10


ATTENTION : Ceci est ma chronique du second tome de la saga, aussi je risque d’évoquer des événements du premier tome qui vous gâcheraient la surprise si vous ne l’avez pas encore lu. Pour tous ceux qui n’ont pas encore entamé la saga, je vous encourage à lire avant tout ma première chronique en cliquant ici.

A la fin du premier tome, j’étais plutôt enthousiaste par ce que j’avais lu. Percy Jackson m’apparaissait alors comme un roman d’aventure bercé de mythologie grecque distrayant qui avait également le mérite de pouvoir intéresser des jeunes à ces mythes antiques. Du coup, c’est avec le même état d’esprit que je pensais poursuivre la saga. Dès les cinquante premières pages, mon enthousiasme est vite tombé. Si l’aspect mythologie est toujours intéressant pour ce qu’il pourra apporter aux jeunes de 11/14 ans qui liront le livre, l’histoire perd finalement toute originalité, notamment à se conforter que trop à l’Odyssée d’Ulysse, sans parler du héros qui régresse en se la jouant que trop inculte. Dommage.

Leave a Comment

Gemma Bovery – Anne Fontaine

Gemma Bovery_affiche

Titre – Gemma Bovery
Réalisation – Anne Fontaine
Année – 2014
Genre – Adaptation, Comédie, Drame
Acteurs – Fabrice Luchini, Emma Arteton, Jason Flemyng (voir détails ici)


« Martin est un ex-bobo parisien reconverti plus ou moins volontairement en boulanger d’un village normand. De ses ambitions de jeunesse, il lui reste une forte capacité d’imagination, et une passion toujours vive pour la grande littérature, celle de Gustave Flaubert en particulier. On devine son émoi lorsqu’un couple d’Anglais, aux noms étrangement familiers, vient s’installer dans une fermette du voisinage. Non seulement les nouveaux venus s’appellent Gemma et Charles Bovery, mais encore leurs comportements semblent être inspirés par les héros de Flaubert. Pour le créateur qui sommeille en Martin, l’occasion est trop belle de pétrir – outre sa farine quotidienne – le destin de personnages en chair et en os. Mais la jolie Gemma Bovery, elle, n’a pas lu ses classiques, et entend bien vivre sa propre vie… »


Note Globale :

6/10


En 2010, Stephen Frears proposait une adaptation de la bédé Tamara Drew de Posy Simmonds. Avec notamment Emma Arteton en tête d’affiche, le film était un divertissement assez sympathique, idéal pour l’été, avec ce qu’il faut de comédie et de second degré pour passer un bon moment. En 2014, c’est au tour d’Anne Fontaine de nous proposer une nouvelle adaptation de l’oeuvre de Posy Simmonds : Gemma Bovery est en effet la digne héritière de son ainée, quoiqu’un peu plus française dans sa touche finale. Et ce n’est pas peu dire. Vous en voulez la preuve ?

Leave a Comment

Le beau monde – Julie Lopes-Curval

Le beau monde_affiche

Le beau monde
Réalisé par Julie LOPES-CURVAL
Interprété par Sergi LOPES, Ana GIRARDOT, Stéphane BISSOT (en voir plus)
Comédie dramatique
2014


« Alice, 20 ans, vit à Bayeux. Elle travaille la laine, crée des teintures, confectionne des vêtements. Elle ne sait que faire de ce talent inné, jusqu’à ce qu’elle rencontre Agnès, une riche parisienne, qui l’aide à intégrer une prestigieuse école d’arts appliqués. Alice laisse tout derrière elle pour aller vivre à Paris. Elle y rencontre Antoine, le fils d’Agnès. Entre eux nait une passion amoureuse. Antoine trouve chez Alice une sincérité et une naïveté qui l’extraient d’un milieu bourgeois qu’il rejette. Alice, grâce à Antoine, découvre de l’intérieur un monde qui la fascine, « le beau monde ». Il lui offre sa culture, elle se donne à lui toute entière. Au risque de se perdre… »


Note Globale :

4/10


Alors autant j’aime les films qui démontrent les clichés, utilisent les stéréotypes et les détournent, autant quand un film traite des sujets comme le choc des classes sociales, sous fond de romance, j’ai toujours peur de tomber dans le vague cliché de la jeune fille pauvre rencontrant le beau riche un peu rebelle. Encore, si la critique est présente et bien menée, ce scénario lui-même cliché serait une belle façon de renverser les stéréotypes ou d’apporter un point de vue nouveau ou juste bien argumenté. Hélas, ce n’est pas le cas de Le beau monde.

Leave a Comment

New York Melody – John Carney

New York Melody_affiche

New York Melody
Réalisé par John CARNEY
Interprété par Mark BUFFALO, Keira KNIGHTLEY, Adam LEVINE (en voir plus)
Comédie (musicale), Drame, Romance
2014


« Gretta et son petit ami viennent de débarquer à NYC. La ville est d’autant plus magique pour les deux anglais qu’on leur propose de venir y vivre pleinement leur passion : la musique. Le rêve va se briser et l’idylle voler en éclat quand, aveuglé par la gloire naissante, il va la plaquer pour une carrière solo et… une attachée de presse.
Ses valises prêtes et son billet de retour pour Londres en poche, elle décide de passer une dernière nuit à New York avec son meilleur pote. Ce dernier l’emmène dans un pub, la pousse sur scène et la force à chanter. Dans la salle un producteur s’adonne à sa plus dangereuse passion : l’alcool. Revenu de tout, du succès et de sa gloire passée, amer, rancunier, il a perdu le fil de sa vie,… Et soudain il entend cette voix, découvre cette grâce, ce talent brut et authentique… Une rencontre enchantée qui pourrait finir en chansons… « 


Note Globale :

8/10


J’ai joué de beaucoup de chance avec New York Melody que j’aurais très certainement manqué si on ne m’avait pas fait remarquer qu’il avait été réalisé par John Carney, le réalisateur d’Once – une romance musicale que j’ai particulièrement aimé. Je suis donc allée voir son nouveau film et n’ai été déçue en rien. En utilisant la même recette qui avait fait d’Once un des meilleurs films indépendants de son année, John Carney nous propose une nouvelle histoire rafraichissante, avec une romance nostalgique, et une ambiance musicale très réussie. Au final, je viens de découvrir un nouveau feel good movie à regarder lorsque le moral tombe à plat : New York Melody revigore et fait du bien !

Leave a Comment

Les Gardiens de la Galaxie – James Gunn

Les gardiens de la galaxie_affiche

Les Gardiens de la Galaxie
Réalisé par James GUNN
Interprété par Chris PRATT, Zoe SALDANA, Dave SAUTISTA (en voir plus)
Adaptation, Science Fiction, Aventure
2014


« Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être… « 


Note Globale :

6/10


J’avais pas mal de préjugés en allant voir Les Gardiens de la Galaxie. La bande d’annonce ne m’avait pas tellement convaincu mais étant assez amatrice des univers construits par Marvel, je tenais quand même à lui donner sa chance et me faire un avis dessus. A présent que c’est fait, je peux dire que sans être transcendée, j’ai néanmoins passé un moment bien sympathique en compagnie de la bande de joyeux lurons qui font office de héros.

Leave a Comment

Lucy – Luc Besson

Lucy

Lucy
Réalisé par Luc BESSON
Interprété par Scarlett JOHANSSON, Morgan FREEMAN, Choi MIN-SIK (en voir plus)
Science fiction, Action
2014


« A la suite de circonstances indépendantes de sa volonté, une jeune étudiante voit ses capacités intellectuelles se développer à l’infini. Elle « colonise » son cerveau, et acquiert des pouvoirs illimités.« 


Note Globale :

6/10


Lucy.

J’ai eu du mal à rédiger cette note car j’étais très partagée sur la façon dont je devais l’évaluer. Abandonnons donc l’idée déclamée par Luc Besson sur un film métaphysique et intelligent car c’est justement là où pèche Lucy. Mais si on regarde ce film comme un film d’action et de divertissement, alors éventuellement, la note que j’ai donnée me semble assez juste.

Leave a Comment

Maestro – Léa Fazer

Maestro

Maestro
Réalisé par Léa FAZER
Interprété par Pio MARMAÏ, Michael LONSDALE, Déborah FRANCOIS, Alice BELAIDI (en voir plus)
Comédie, Hommage à Eric Rohmer & Jocélyn Quivrin
2014


« Henri, un jeune acteur qui rêve de jouer dans FAST & FURIOUS, se retrouve engagé dans le film de Cédric Rovère, monstre sacré du cinéma d’auteur. Les conditions du tournage ne sont pas tout à fait celles auxquelles il s’attendait… Mais le charme de sa partenaire et la bienveillance du maître vont faire naître en lui des sentiments jusqu’alors inconnus. Et Rovère, conquis par la jeunesse et la fantaisie d’Henri, vivra ce tournage comme un cadeau inattendu.« 


Note Globale :

6/10


En quittant la salle obscure, j’étais plutôt enthousiaste par ce que je venais de voir. Et, cependant, je sentais que si le film m’avait bien plu, quelque chose, au fond, manquait pour que je sois réellement emportée par lui. Après avoir lu plusieurs critiques, et surtout celle du dernier numéro des Cahiers du Cinéma, j’ai compris pourquoi et révisé un peu mon jugement. Maestro est une comédie rafraichissante et légère – mais sans doute un peu trop légère, justement. Je m’explique.

Leave a Comment
%d blogueurs aiment cette page :