Skip to content

Étiquette : 2018

BEST OF JANUARY 2018

Quel temps pourri. Je ne sais pas où vous vivez, mais de là où je siège, cela fait plusieurs semaines qu’on se languit d’un rayon de soleil. Je suis en manque, en manque, en manque. Ronchon, fatigue, fatigue, ronchon, et entre chaque virgule : de la pluie (ou de la neige pour la semaine passée). Oui ! Je râle. Sur mon petit blog, que personne (ou presque) ne doit encore lire (mais à ceux qui le font : cœur pour vous !), j’ai juste envie de râler.

Et peut-être aussi parce que je suis en panne de lecture. J’ai mis un mois depuis mi-décembre à terminer ma relecture du premier tome de la trilogie steampunk-space opera-western spaghetti-uchronie-dystopique-et-tutti-quanti Les foulards rouges (instant pub : je vous en ai déjà parlé ici). Sans doute parce qu’il n’y avait plus l’effet de surprise, j’ai peut-être un peu moins aimé cette seconde lecture – et puis, à cause des personnages et de la romance. Et c’est d’ailleurs ce qui m’a fait arrêter le second tome à sa moitié (que j’ai trainé le reste du mois de Janvier, donc) – un trop plein de ce qui m’a semblé un peu mièvre (je suis de moins ne moins patiente avec les romances, en fait). Pourtant, ne me faîtes pas dire ce que je n’ai pas dit : Les Foulards Rouges, c’est un style efficace et un univers d’enfer. Toutes les fois où l’auteure s’arrête sur son univers, son contexte politique, l’environnement, les décors, les enjeux – la lecture est fluide et passionnante. On s’y voit et c’est très jouissif. Mais, le stéréotype de certains personnages et la relation amoureuse m’ont fait lâcher prise, malheureusement. J’y reviendrai peut-être plus tard : quand j’aurais un peu plus la lecture en poupe. Affaire à suivre, donc !

Mon mois n’a pas non plus été improductif, comme vous allez le voir.

Leave a Comment

Un dernier billet pour 2017

2017 touche à sa fin et il est temps de dresser un bilan du blog. Contrairement à mes envies de début d’année, je n’ai pas consacré beaucoup de temps à ce dernier, et tend à y consacrer de moins en moins. Comme toujours, je vous confirme que l’envie ne me manque pas, mais le temps et l’inspiration me font souvent défaut. Le format également, puisqu’une chronique me prend plusieurs heures de réflexion, d’écriture, de corrections – parfois pour tout effacer. Mes résolutions ne seront pas les mêmes cette année, car je ne sais toujours pas si je parviendrai à retrouver un rythme régulier. Pour autant, chaque fois que j’arrive à prendre du temps sur l’écriture d’une chronique ou d’un billet, j’y prends toujours un grand plaisir. Aussi, je n’abandonne pas vraiment White Pages, berceau précieux où je retrouve mes souvenirs de lecture et d’expériences cinématographiques, théâtrales et autres. Pour moi qui n’ai pas grande mémoire, c’est un lieu réconfortant où je peux retrouver celle que j’ai été l’espace d’un instant, face à une œuvre qui m’aura touché, déçue, laissée indifférente, révoltée, cultivé, etc.

C’est également un lieu rassurant, où je peux relire une chronique et m’étonner de l’avoir écrite. Non que mes écrits soient tellement brillants, ou même originaux, mais le fait même d’en avoir été la source est en soi gratifiant. Un bon moyen de se remonter le moral quand on se confronte à un obstacle qui nous fait douter de nous-même. Après tout, c’est ce que l’écriture m’a toujours offert en retour des heures passées à la pratiquer, et c’est certainement pour cela, aussi, que je l’aime.

2017 aura été une année de changements dans ma vie professionnelle comme privée. C’est plutôt du positif que j’en retire et de l’espoir pour que 2018 soit encore meilleure.

2 Comments
Donec neque. nunc quis, diam Lorem in fringilla Phasellus elit. ultricies ut
%d blogueurs aiment cette page :