Point Culture (1) Thrillers japonais/américain, film d’animation, fable et musée

Devant la réalité de ma faible production, j’ai décidé de refaire des billets sur cinq œuvres ou expositions/sorties culturelles qui m’ont marquée, de façon positives ou négatives. Je n’en ferai sans doute pas de chronique à part entière, le principe est donc d’en parler de façon un peu plus synthétique pour vous partager rapidement mon avis dessus !

Allez, sans tergiverser, voici le menu du jour :

  • Creepy de Kiyoshi KUROSAWA
  • Get Out de Jordan PEELE
  • Le Grand Méchant renard de et de
  • Le livre de Perle de Timothée de Fombelle
  • Le musée de la Chasse et de la Nature


♤♡◇♧


Vous est-il arrivé de tomber sur une œuvre d’un réalisateur ou d’un auteur, qui devient un coup de cœur et vous fait fantasmer le reste de son répertoire ? Après les épisodes de Shokuzai, que j’avais littéralement dévorés sur Arte, je me pâmais de l’indéniable talent de Kiyoshi KUROZAWA. J’étais persuadée, de fait, d’avoir à faire avec un génie du 7e art, un peu comme Hirokazu KORE-EDA ou Wong KAR-WAI, mais dans un tout autre registre. Tokyo Sonata a déjà fait l’objet il y a quelque temps d’une petite déception.
Mais Creepy plus décevant, d’autant qu’il s’agit là d’un thriller.
Le film laisse le goût amer d’un travail d’amateur. Beaucoup de choses sont grossièrement avancées, le scénario est long et inutilement alambiqué. Il y a une mise en scène laborieuse, qui explicite voir répète trop de choses pour laisser quoi que ce soit au suspense. Des plans dévoilent ce que le spectateur comprend des le début et paraissent ainsi presque ridicules. Les personnages, en particulier les policiers, sont d’une bêtise sans nom – ce qui rend la fin et le twist de conclusion peu crédible. On ne s’attache à aucun. Des scènes ne servent à rien et sont parfois incongrues dans la situation où elles se déroulent. La liste est longue.
Pourtant, la première moitié du film était intéressante, notamment aux premières apparitions du voisin. On comprend instantanément pourquoi le film s’appelle Creepy, tant le malaise qui s’installe est palpable et immédiat.  J’ai en particulier apprécié le jeu de Teruyuki KAGAWA dans le rôle du voisin, très dérangeant et malsain.

Creepy de Kiyoshi KUROSAWA

Film sorti en 2017

Thriller


Un autre film qui m’a laissé plutôt mitigée, c’est Get Out. J’ai beaucoup aimé le jeu des acteurs, en particulier de Daniel KALUUYA. Dans la scène d’hypnose, où il est psychiquement renvoyé à une scène refoulée de son enfance, on peut voir sur son visage l’enfant resurgir. Ses expressions faciales étaient étonnantes et m’ont impressionné ! En revanche, si là encore la tension est présente, des scènes de malaise bien mises en place, malgré quelques ressorts prévisibles, ça marche assez bien. J’ai en fait aimé la première partie du film, jusqu’à une scène de réconciliation (vous noterez mes efforts pour ne pas spoiler), l’accroche m’a bien tenue. En revanche, après cette scène, j’ai doucement commencé à déchanter un peu, alors que certains ressorts devenaient évidents et déjà-vus. La résolution est très décevante et absolument pas au niveau de ce qui a précédé. C’est un parti pris facile et bâclé, qui rend le film fade. Il n’était pas nécessaire de vouloir à tout prix donner une raison, une logique, alors que cela reste aberrant (cela le devient même à cause de cette scène explicative inutile). Pourquoi dans la fiction les antagonistes prennent à ce point le temps de se justifier devant quelqu’un qui va mourir ?

Get Out de Jordan PEELE

Sorti en 2017

Thriller


Bon, pour ne pas vous effrayer, à croire que ces updates serviront de défouloir pour de mauvaises découvertes, parlons à présent d’un film qui m’a bien plu !

Le Grand Méchant Renard est adapté au grand écran pour le ravissement des petits et des grands enfants, et s’étend de deux autres courtes histoires. Le tout dans une mise en scène bien trouvée, de scène théâtrale. Ce dont je raffole le plus, c’est le dessin qui, animé, est encore plus charmant, adorable, attachant et comique à la fois. Le doublage est également très bien fait et participe pleinement au charme du dessin animé.

Comme la bande dessinée est adaptée à la lettre dans une des trois scénettes, on y retrouve exactement ce qui m’a plu dans l’œuvre originale et qui en fait une perle pour les enfants.

C’est comme Le Petit Prince, sous ses dehors de fable pour enfants, l’histoire adresse aux enfants des problématiques de notre société (« problématiques humaines » ai-je pu lire dans une chronique et je trouve l’expression juste et parfaitement adaptée). Loin d’être cependant moralistes, les contes sont vivants, dynamiques, fluides. Il y a cette capacité désarmante de nous faire rire et de nous attendrir à la fois.

Un bijou, un printemps, une caresse à notre imaginaire, un feel good movie pour les adultes, une œuvre douce, drôle et intelligente pour les enfants.

Comme pour la BD, un coup de cœur ! Et comme c’est apparemment le même duo qui a adapté Ernest et Célestine, il faut absolument que je me le procure !

Le Grand Méchant Renard de Jonathan RENNER et de Patrick IMBERT

Sorti en 2017

Film d’animation, jeunesse


Quittons le cinéma mais restons dans les œuvres jeunesses avec le célèbre Le livre de Perle de Timothée de Fombelle. J’en avais entendu énormément d’éloges et je dois bien admettre qu’elles sont méritées. La grande qualité de l’auteur, c’est avant tout sa plume, puisque c’est à travers elle que tout – l’histoire, la poésie, les voix narratives, le sens, la beauté – passe. Et son imaginaire, joliment mis en scène par ce qui semble bien être un conteur-né, fait mouche.

La narration dansante entre les narrateurs, la temporalité et les univers est astucieuse, car elle rend le récit non linéaire et les mystères plus surprenants – même s’il n’y a pas non plus un grand enjeu de surprise. On comprend aisément de quoi il en retourne, on en a en tout cas une vague idée, mais comme Alain Damasio a pu le dire (et d’autres aussi) : c’est moins la destination qui compte plutôt que le voyage. Ce qui compte, c’est bien le cœur des personnages qui habitent dans le récit. On ressent également la douce empathie de l’auteur de ses personnages, en particulier à la clôture du livre, comme avec une tendresse que l’on ressent pour des gens aimés.

C’est un beau livre pour la jeunesse, et, comme Le Grand Méchant Renard décrit plus haut : un feel good book pour les plus grands.

Le grand livre de Perle de Timothée de Fombelle

Sorti en 2014

Roman jeunesse, conte, prose


Changeons de cap et allons vers une véritable découverte ! Invitée par chance par l’agence Alembret, je me suis dirigée vers un musée dont j’ignorais l’existence, et vers lequel je ne serai peut-être pas allée de moi-même. Si je vous parle du musée de la chasse et de la nature, comment l’imaginez-vous ? Je le visualisais comme un temple de la taxidermie, avec une décoration passée de mode et de mauvais goût.

J’ai été agréablement surprise par l’effort de modernisation et de métamorphose réalisé. Le directeur du musée fut un bon guide, impliqué dans le tournant pris par le musée pour attirer à nouveau la curiosité des visiteurs, après des années très difficiles suite à l’évolution des mentalités et la prise de conscience au regard des droits et de la protection animale. Le musée a donc décidé de jouer le jeu des préjugés, qui s’attendent à y voir une étrangeté hors de notre temps.

Il devient un grand cabinet de curiosité, mettant l’accent sur l’implication du visiteur. C’est un terrain de jeu étrange et ludique, volonté de travailler non pas seulement sur des œuvres, mais sur des univers. Le musée ne cherche pas tant à attiser l’admiration que l’étonnement, et l’émotion. La transformation du musée est en bonne partie bien opérée, même si elle n’est pas égale dans tout le musée pour autant. J’ai préféré les premières salles oú on retrouve un contraste plus marqué, mais harmonieux, entre des œuvres anciennes, qu’on s’attend à retrouver dans ce musée, et des œuvres plus contemporaines qui réinterprètent les thèmes de la chasse et de la relation de l’être humain à la nature. En plus de cela, les multiples meubles que le visiteur peut fouiller à sa guise, pour aller encore plus loin dans la découverte, est une excellente idée pour rendre active la visite du musée, ce qui le rend aussi attrayant pour les adultes que pour les jeunes.

Le musée de la Chasse et de la Nature

Paris

RDV sur instagram pour en découvrir quelques photos prises sur place !


Et bien, nous voilà à la fin de ce premier point culture ! N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ce format, si vous avez lu/vu/visité certaines de ces œuvres, ou si l’une ou l’autre vous tente !

2 réflexions au sujet de « Point Culture (1) Thrillers japonais/américain, film d’animation, fable et musée »

Laisser un commentaire