La mémoire de l’eau #1 – Valérie Vernay & Matthieu Reynes

la-memoire-de-l-eau-tome-1---premiere-partie-14160

La mémoire de l’eau, tome 1, de Valérie VERNAY et Matthieu REYNES
Publié aux éditions DUPUIS, 2012
Jeunesse


« Le jour où Marion emménage avec sa mère dans la maison de famille dont elles ont hérité, une nouvelle vie commence pour la petite fille. Fini la vie citadine, les voilà installées au bord de la mer, dans le village où ses grands-parents ont vécus plus de trente ans auparavant. L’endroit est magique : une vue imprenable, la plage au pied du jardin… Au village, les plus anciens se souviennent du grand-père de Marion, disparu en mer bien avant sa naissance ; c’est l’occasion pour elle d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de sa famille, dont elle ne sait presque rien. Et puis, il y a ces rochers sculptés, sur la lande, dont les anciens du village disent qu’ils sont une trace de légendes oubliées… Mais alors dans ce cas, pourquoi déchiffre-t-elle sur l’un d’entre eux les initiales et la date de disparition de son grand-père ? »


Note globale :

5/10


Bande dessinée jeunesse lue à peine ce mois-ci et déjà peu de souvenirs m’en restent. Ce n’est cependant pas une mauvaise bédé, le graphisme plaira sans aucun doute et certains pourront même s’identifier à cette héroïne qui cherche à tromper son ennui à travers l’exploration de son nouvel environnement. Pourtant, sans qu’elle ne m’ait vraiment déplu, La mémoire de l’eau ne m’aura pas non plus captivée. 

Le dessin est pourtant agréable à regarder. C’est tout aussi fluide que l’histoire se déroulant. Il y a un certain charme à cette bédé, qui offre un goût de vacances dans ce paysage portuaire. Les couleurs, les formes, la douceur qui s’en dégage sont somme toutes la plus belle qualité de cet ouvrage. J’ai apprécié les sentiments à la fois de nostalgie, de quête, et de curiosité que découvrir un lieu émanant d’un passé qu’on n’a pas connu ou dont on ne se souvient qu’à peine, fait resurgir. L’autre  force de La mémoire de l’eau est sans hésiter l’ambiance qui s’en dégage. 

Marion est une jeune fille curieuse et pleine d’entrain, venant emménager avec sa mère tout juste séparée de son mari, dans la vieille maison familiale de ses grands parents. A travers très peu de pages, les auteurs parviennent à nous attendrir avec ces deux personnages pleins de caractères. On ressent à la fois l’appréhension, la tristesse et les espoirs de ces deux femmes. Les émotions sont assez justes, bien qu’estampillées. J’ai trouvé cela très agréable.

La découverte de ce passé ignoré attise la curiosité de Marion qui a du temps libre à occuper. Elle cherche donc à apprivoiser ce nouveau monde, et découvrir ses secrets. En effet, dès le début, elle nous fait remarquer la présence d’éléments notoires et somme toute assez mystérieux qui instaurent très vite une atmosphère particulière à la bédé. On se pose des questions, on s’interroge sur ces vestiges qui ont tout l’air de légendes.

Seulement, c’est là tout ce que je pourrais vraiment dire de cette bédé ; je ne me souviens plus tellement des détails malgré le peu de temps passé. L’ambiance est certainement réussie mais l’histoire n’est peut-être pas aussi aboutie. Je n’ai pas trouvé suffisamment de matières pour m’intéresser au fin mot de l’histoire. Bien sûr, je lirai la suite si l’opportunité s’offre à moi, sans toutefois ressentir d’urgence.. Et pourtant, la fin, il me semble, s’achevait dans un cliffhanger.

Mais il manquait plus de détails, plus d’éléments sur lesquels faire croquer ma curiosité. Malgré les événements qui arrivent à Marion, je n’ai pas forcément été aussi happée par l’intrigue, qui ne se dévoile pas suffisamment à mon goût pour me tenir en haleine. Les événements s’enchaînent sans que les auteurs n’offrent d’indices pour garder mon attention. Et ça n’a pas manqué puisque je n’en garde déjà pas un grand souvenir. C’est un peu dommage, car elle avait de quoi plaire. Peut-être avec quelques planches supplémentaires et un peu plus d’indices et de matières, La mémoire de l’eau m’aurait bien plus marquée car, malgré tout, j’en garde un avis plutôt positif. N’hésitez donc pas à vous faire votre propre avis, elle se lit aisément et rapidement ; pourquoi s’en priver ?

Une réflexion au sujet de « La mémoire de l’eau #1 – Valérie Vernay & Matthieu Reynes »

Laisser un commentaire