IDA #2 et #3 – Chloé Cruchaudet

ida tome 2
Ida #2 Candeur et Abomination et #3 Stupeur et révélation
Dessinées par Chloé Cruchaudet
Publiées par Delcourt, 2011 et 2012
Aventure
Série terminée en 3 tomes


Quelque peu agacée par Fortunée, Ida décide de voyager seule. Sitôt débarrassée de sa dame de compagnie au détour du premier comptoir venu, elle se met en tête de découvrir la région du Dahomey. Heureuse coïncidence, la voici officiellement invitée à la cour du roi. Flattée et candide, elle espère être reçue avec le faste approprié à son rang mais c’est un tout autre accueil qui lui sera réservé…


 Note globale :

9/10


Après plusieurs mois de patience à me languir de cette suite, j’ai été plus qu’enchantée de me replonger dans cette aventure multicolore. J’avais abandonné Ida et Fortunée dans leur périple en pleine Afrique, aventurières, mais toujours à cheval sur la bienséance. Ida, surtout, prenait bien garde à ne jamais outrepasser son éducation et jugeait bien sévèrement la pauvre Fortunée qu’elle avait aussi sauvé d’un futur morose. Néanmoins, un changement indéniable va commencer à apparaître dans le personnage d’Ida et transformer, indubitablement, mais sans jamais être hors de propos, la bédé.

Extrait - Ida tome 3 - Chloé Cruchaudet

Ida dès le premier tome présentait les choses sans trop de fard, quand bien même les habitudes, le caractère et l’entourage de l’héroïne la faisait évoluer dans un environnement où les choses, la réalité, était encore sous un prisme déformé, occidentalisé. Mais plus on s’enfonce dans cette histoire, comme Ida s’enfonce dans les paysages africains, et plus on se rend compte petit à petit de ce qui se cache derrière le voile de notre ignorance.

L’opposition était déjà marquée dans le titre du premier tome : « Grandeur et humiliation » reflétait très bien le contraste que l’on pouvait voir dans la bédé et à travers son personnage central. De même, « Candeur et Abomination » et « Stupeur et révélation » résument parfaitement les deux tomes suivants. Encore plus je dirais pour le second tome. C’est d’autant plus frappant que ce dernier, dont le mot même d’abomination décrit parfaitement la violence dépeinte, est un véritable tournant, un de ces points de non retour, qui va bouleverser à jamais la vision du monde de notre très chère Ida.

L’héroïne est aussi agaçante qu’attachante. Comme Fortunée, nous trouvons parfois ses manières ridicules et grotesques – tout comme les occidentaux dans cet environnement semblent comme décalés, irréels dans un monde où leur incapacité à s’adapter ne trompe personne. Et pourtant, de la même manière que la jeune femme, notre regard suit les pensées contradictoires d’Ida dans l’attente, toujours satisfaite, d’être surpris. Finalement, d’un récit de voyage rocambolesque, plein de légendes, d’anecdotes, de découvertes, il est aussi question d’un cheminement de la pensée – ce que le troisième tome plus particulièrement achèvera de développer.

Ce qu’il y a de remarquable dans cette bande dessinée, c’est surtout son évolution. Le fait que, d’un premier tome coloré, rafraichissant, original, qui portait un regard naïf, bienveillant et touchant sur le rêve d’enfant – de cette quête insensée que l’héroïne va faire à travers des paysages de plus en plus sauvages, Chloé Cruchaudet dresse un portrait magnifique, pluriel et inattendu d’un accomplissement personnel. 

J’ai aimé ces contrastes permanents, cette nuance appréciable que l’auteure va poser en toute chose. Ida ne parviendra jamais à s’adapter à cet environnement qui lui est étranger et qui pourtant la fascine. Cet odyssée, acharnement du sort et de la malchance, résultat de sa naïveté et de son ignorance du monde, c’est avant tout un long périple intérieur qui la mènera à non pas comprendre l’Afrique, mais à la découverte d’elle-même. Plus encore que son regard sur le monde, ce sont les changements que ce monde aura provoqué en elle qui marquera son esprit.


En conclusion des 3 tomes

ida tome 3

Outre le magnifique dessin, les personnages hauts en couleur, les nuances variées de cette bédé, j’ai surtout apprécié la façon dont Choé Cruchaudet aborde avec acidité et sans détour la période de la colonisation européenne sur le continent noir. Elle nous surprend avec cet univers graphique coloré ; avec cette héroïne qui, comme la narration, prend de plus en plus d’ampleur et de complexité à travers les pages ; avec cette facilité, dirais-je subtilité et justesse, de faire voir à travers peu de choses toute la violence d’un monde déchiré, déformé, mutilé ; avec ses nuances et ces contrastes qui servent magnifiquement son propos… Pour ainsi dire :

Avec gravité mais toujours avec humour, Ida est une bande dessinée aussi enrichissante que divertissante.


Découvrez ma chronique du tome 1 :

IDA Tome 1

Lusionnelle

0 Comments

Laisser un commentaire