Le nouveau testament – Sacha Guitry

Le_nouveau_testament-20115425102012

Titre – Le nouveau testament

Réalisateur – Sacha Guitry

Année – 1936

Genre – Comédie, Huis clos

Acteurs – Sacha Guitry, Jacqueline Delubac, Christian Gérard, Betty Daussmond, Charles Dechamps, Pauline Carton, Louis Kerly, Marguerite Templey


« Un médecin découvre que sa femme le trompe. Il se fait passer pour mort et fait rapporter son veston chez lui. Sa femme et ses amis y trouvent un testament révélant leurs secrets. Stupeur, scandale, panique. Le faux mort réapparaît et la vie reprend comme si de rien n’était… Ou presque. »


Note globale :

8/10


Après une première rencontre très réussie avec Mr Sacha Guitry lors de la diffusion de son Roman d’un tricheur à la Filmothèque du Quartier Latin, j’ai sauté de joie en découvrant, par hasard, la présence de deux-trois autres de ses films à la bibliothèque de mon quartier (ô joie !). Vite, vite, j’ai attrapé au vol deux d’entre eux et me suis empressée de commencer par celui-ci. Le nouveau testament a gardé tout l’aspect de la pièce de théâtre dont il est tiré, par cela, j’entends à la fois la mise en scène très classique et le jeu global des acteurs, leur parlé plus précisément. Peut-être est-ce parce que je suis particulièrement amatrice de théâtre mais c’est justement ces deux qualités qui m’ont plu.

Et bien entendu, faut-il préciser l’écriture ? Le texte, les dialogues, sont merveilleusement écris, la plume de Sacha Guitry est un plaisir à entendre (et je suis sûre à lire également – affaire à suivre, d’ailleurs). Il possède cet humour qui est d’une simplicité trompeuse, d’une finesse appréciable, et d’un irrésistible charme qui, à mon sens, ne peut que faire mouche. Le caractère décalé de son propre personnage, qui porte sur la situation (pourtant embarrassante) un regard cynique. C’est dire s’il s’amuse car il ne s’agit pas que de vengeance.

guitry_nouv_test-06

Il est souvent dit que Sacha Guitry ne fait pas de cinéma mais réalise des pièces-filmées. C’est peut-être vrai, quelque part, tant ce que l’on voit à l’écran aurait pu être joué de la même façon sur une scène. A l’exception de deux très brèves scènes tournées vers l’extérieur, on a affaire à un huis clos, et la mise en scène minimaliste n’est ici guère un défaut – au contraire, les apartés théâtraux en sont d’autant plus réussis. C’est un dialogue incessant, d’une qualité sans pareille, et surtout superbement porté par ses acteurs.

Sacha Guitry, plus particulièrement, a une diction qui me chatouille l’oreille : non seulement chaque mot résonne comme une gourmandise mais les intonations si justes font vibrer ses paroles et donnent tout son sens au texte et à ce qu’il a de plus comique. Mais ses pairs n’ont que peu à lui envier : nous avons affaire à une troupe de comédiens talentueux et qui interprètent leurs personnages avec talent.

Le nouveau testament est aussi drôle qu’il est acerbe car nous avons affaire à un collectif de menteurs forcenés et hypocrites qui se jouent à tromper et manipuler l’autre. Tout le comique vient de l’omniscience du spectateur qui connaît déjà tout d’avance. Mais ce n’est pas triste ou sombre ; non, ce sont des vacheries pures et dures, consenties par tous qui, au fond, pensent et font de même – et c’est ce qui rend cette comédie si réussie.

3 Le nouveau testament (Sacha Guitry,1936)

La critique du couple, des mariages par convenance et de la mauvaise image du divorce à l’époque est également présente sans alourdir le film : elle est par petites touches, dans des courtes phrases que certains personnages énoncent presque le sourire aux lèvres mais le regard désabusé. Sur ce point d’ailleurs, je vous laisse lire l’avis qui suit, non pas sur le film, mais sur la pièce, mais son point de vue quant à cet aspect est si similaire au mien que je la copierai presque si je le rédigeais : http://www.lestroiscoups.com/article-26786723.html

Pour conclure, Le nouveau testament est une comédie visionnaire, à la fois légère et drôle, mais très critique vis-à-vis des conventions sociales de son époque. L’ironie, le cynisme, du personnage principal, dans ce salon bourgeois a tôt fait de l’emporter et j’ai goûté goulûment et pendant plus d’une heure et demie au plaisir de rire sous cape et au jeu superbe des acteurs, surtout de Sacha Guitry lui-même dont le moindre frémissement des lèvres apporte son lot de commentaires silencieux mais terribles à ses paroles.

Laisser un commentaire