Skip to content

Dragon 2 – Dean Deblois

dragons-2-affiche-53466d82adf5e
Dragon 2 (How to train your dragon 2)
Réalisé par Dean DEBOIS
Animation, Aventure, Fantastique
2014


« Tandis qu’Astrid, Rustik et le reste de la bande se défient durant des courses sportives de dragons devenues populaires sur l’île, notre duo désormais inséparable parcourt les cieux, à la découverte de territoires inconnus et de nouveaux mondes. Au cours de l’une de leurs aventures, ils découvrent une grotte secrète qui abrite des centaines de dragons sauvages, dont le mystérieux Dragon Rider. Les deux amis se retrouvent alors au centre d’une lutte visant à maintenir la paix. Harold et Krokmou vont se battre pour défendre leurs valeurs et préserver le destin des hommes et des dragons. »


Note globale :

6/10


Après la réussite du premier film qui m’avait particulièrement enchanté, j’avais très hâte de découvrir ce second opus, même si évidemment, je craignais également d’être déçue. Les suites sont toujours redoutées, et quand on pense à certaines suites de Disney fort regrettables, on va toujours à moitié à reculons dans les salles sombres. Alors, est-ce que Dragon 2 (ou How to train your dragon 2 – le titre américain est quand même bien meilleur) vaut la peine de tenter le coup ? Ma foi, oui !

Pour apprécier cette suite, il faut comprendre qu’elle ne pouvait pas être dans la même continuité que le premier opus, du moins pas à 100% : en effet, dans le premier, Harold fait la rencontre avec Krokmou, un dragon qui est aussi sensé être l’ennemi mortel de l’homme. et offre donc un film définissant aux Petits Princes qui sommeillent dans nos cœurs d’enfants – de grands enfants pour certains – ce que signifie, au fond, apprivoiser. Alors que des courts métrages/séries d’une vingtaine de minutes développent cette partie d’apprentissage de la vie en communauté entre les vikings et les dragons, il aurait été un peu redondant que cet opus se base également sur ces mêmes bases.

Voilà cinq ans que les événements du premier volet ont eu lieu, et le village semble prospérer au mieux. Alors que l’heure d’hériter de son père approche, Harold, qui a bien grandi depuis, a certes gagné de confiance et de charisme mais il n’arrive toujours pas à se faire à l’idée de devoir devenir chef et de prendre en charge l’avenir de son peuple. Il préfère voler avec Krokmou dans l’insouciance de la jeunesse, et partir à la conquête de nouvelles contrées inexplorées, nous donnant l’opportunité d’admirer les merveilles de réalisation dont ce film d’animation fait preuve. C’est ainsi d’ailleurs qu’Astrid et lui, qui se sont bien rapprochés depuis le premier volet, vont faire la rencontre des trappeurs de dragon obéissant à Drago Poing-Sanglant, un chef viking redoutable à la tête d’une armée de dragons. Ce dernier, ayant pris connaissance de l’existence de Beurk décide alors de venir les affronter et les assouvir.

dragons2_heros

Si Dragon 2 s’axe ainsi sur un scénario plus linéaire, d’une aventure épique opposant deux façons de pensées différentes et promettant des scènes de combat hautement plus importantes que dans le premier volet, il n’en oublie pas non plus la recette qui a fait de ce dernier un excellent film d’animation.

Ainsi, nous pouvons toujours nous régaler de la réalisation, comme je le disais juste au-dessus : les personnages (humains et dragons) mais aussi les décors, les éléments, les textures… Voler à travers de si beaux paysages donnent envie de rêver – on ressent la même sensation d’extase qu’Harold quand il chevauche Krokmou et tente de nouvelles façon de voler. De même, toutes les scènes de découverte, rappelant un peu l’idée du premier Dragons, comme la rencontre avec le dragonnier mystérieux et de son univers et celui des dragons, la scène où les dragons se nourrissent en plein air, toutes les scènes d’amitié entre Krokmou et Harold qui sont aussi réussites que dans le premier film, etc.

L’humour de ces scènes font autant sourire les grands que les petits, et on se surprend à s’attendrir autant devant un univers qui, malgré tout, reste bon enfant. Personnellement, je n’arrive pas à ne pas sourire béatement devant les agissements de Krokmou. Je me répète mais l’amitié qui lie le héros avec le dragon est sans doute la plus grande réussite de ces opus car ils sont à la fois drôles, touchants, attachants…

dragon2_particularité

Toutefois, il faut avouer que Dragon 2 ne déborde pas d’originalité – ni dans le scénario (assez linéaire et prévisible) ni dans l’humour utilisé, parfois un peu trop facile, un peu trop cliché. Ainsi, le héros fait face à cette même peur de de devoir prendre ses responsabilités qui lui semblent à la fois trop futiles et trop lourdes à porter, tandis qu’il se sent une âme plus libre, rebelle, et indépendante ; ainsi il apprendra que la force vient de l’union de tout un peuple plutôt que d’une seule personne ; ainsi les valeurs familiales et morales ; ainsi la mère qui refait surface vingt ans après avoir été déclarée morte ou disparue, etc.

En parlant de cette dernière, c’était certes peu original mais je dois admettre que la première partie des retrouvailles – celle de la mère et du fils jusqu’à celle de la mère avec son époux – était plutôt réussie. Le personnage de Valka (la mère d’Harold, donc) est intéressant : non seulement elle est celle qui représente l’indépendance, mais les vingt ans passés parmi les dragons ont marqué sa façon d’être. Plus sauvage, elle éprouve, au début, un peu de difficulté à parler et se déplace de façon plus féline (est-ce le bon terme ?). Sa rencontre avec son fils ne la fait pas redevenir une mère comme par enchantement. Non, bien que prise au dépourvu par l’émotion, il leur faut d’abord apprendre à se connaître, s’apprivoiser, afin de tout à fait reconnaître en l’autre l’être tant manqué – ce qui nous offre d’aussi belles scènes que dans le premier film.

La rencontre entre le père et la mère est toute aussi touchante, mais celle-ci offre une deuxième scène un peu trop longue et rébarbative à mon goût, qui est la preuve même que les chansons ne sont pas toujours des incontournables dans les films d’animation. Par ailleurs, les quelques scènes émouvantes parsemées dans le film ne sont pas très bien dosées ; plus longues que nécessaire, elles manquent le coche pour nous émouvoir.

dragon2_retrouvailles

Il m’a également semblé que le bruitage n’était pas toujours au rendez-vous, surtout dans les scènes les plus épiques où deux énormes dragons se combattent : si je ne me plaindrai pas que la musique / les sons ne me fassent pas mal aux oreilles, le combat qui aurait dû être impressionnant s’est déroulé en face de nous comme un fond sonore – étrange sensation. De même à la fin des combats, lorsque tous les dragons hurlent en cœur, c’est à peine si on a l’impression qu’une dizaine poussent un cri – seul Krokmou est distinctement audible.

Globalement, Dragon 2 est un film d’animation réussi et une suite à la hauteur du premier opus, malgré quelques longueurs. La recette de ce dernier est judicieusement repris avec un humour qui fait globalement mouche, des personnages attachants et des paysages magnifiques. On appréciera de retrouver en plus de nos deux héros des personnages secondaires, certes inégalement mis en avant, mais certainement plus présents que dans le premier film. On appréciera également tout autant de découvrir de nouvelles espèces de dragons.

Que vous soyez un grand ou un petit enfant, je vous invite donc à mettre de côté vos appréhensions d’adulte et à profiter du spectacle. Bon film !

dragon2_nouveaux

Be First to Comment

  1. J’ai adoré ce second opus, je dois même admettre que je l’ai préféré au premier volet. Même si la fin ma tout de même étonnée!

Laisser un commentaire