De cape et de crocs #4 et #5 – Ayroles et Masbou

de cape et de crocs T4

De cape et de crocs #4 Le mystère de l’île étrange et #5 Jean sans lune
Scénarisé par Alain Ayroles
Dessiné par Jean-Luc Masbou
Publié par Delcourt, 2001 et 2002
Cape & Epée, Fantastique, Aventure, Comedia dell’arte


Les anthropophages qui hantent les forêts des îles Tangerines tremblent à la seule évocation du volcan sacré dont les flancs abritent, dit-on, un fabuleux trésor. Faisant fi des admonitions indigènes, Messieurs Maupertuis et Villalobos s’aventureront pourtant à travers une lagune infestée de monstres.


Note du tome 4 : 6/10

Note du tome 5 : 7/10


ATTENTION ! Si, je fais attention à ne pas spoiler le continu des tomes dont je parle, je ne peux promettre de ne pas en émettre sur les tomes précédents. Aussi, si vous n’avez pas encore lu le tome 3, je vous conseille de vous référer à la chronique du dernier tome que vous avez lu, si ce n’est le premier si vous n’avez pas encore attaqué cette très sympathique saga.


Que l’aventure continue ! Voilà ce que je me suis exclamée lorsque j’ai terminé ces deux tomes – et j’ai d’ailleurs depuis emprunté les deux suivants. Addictive, De cape et de crocs l’est toujours, mais cette fidélité et ce plaisir de lecture, indéniables, sont d’avantage dus à l’intérêt émoustillé par les tomes précédents que par ceux-ci. Bien évidemment, mes notes auraient été plus sévères si je n’avais pas autant apprécié ma lecture. Néanmoins, je me dois aussi d’être honnête : si le plaisir est toujours là – car après tout la recette est la même – il n’en reste pas moins que cette suite est un peu en deçà de ce qui la précède.

Je ne promets d’ailleurs pas que cette chronique ne paraisse pas un poil paradoxale. A vrai dire, je suis quelque part partagée. Mes notes parlent pour moi : j’ai aimé, comme toujours, suivre les aventures de nos héros, lire les alexandrins inventifs et bien sonnants, les réparties pleines d’humour des personnages, les références qui, comme toujours, s’accumulent à notre plus grand plaisir. J’aime cette reconstitution à la fois décalée et fidèle d’une époque que, pour ma part, je ne fréquente plus tellement et tend à oublier.

Soyons réaliste : c’est exactement les mêmes ingrédients que nous proposent Ayroles et Masbou. Un dessin coloré, des personnages attachants et à la langue bien pendue, des situations rocambolesques, des rappels à notre histoire et à celle de notre culture (au moins littéraire), des textes bien écrits…

Mais justement, certains aspérités sont venues contraster mon point de vue sur l’évolution de cette bédé – et principalement dans le tome 4. Cela vient surtout de l’inégalité dans le dessin. J’ai cru remarquer, à certains endroits, une certaine baisse dans la qualité du trait et de la mise en page, comme si certaines planches avaient été un peu plus bâclées que d’autres. C’est en le lisant que j’ai commencé à comprendre ce que certains reprochent à cette série.

Que, finalement, aussi bien lancé qu’il soit, le scénario s’étiole et n’est pas si bien mené qu’il n’y paraît tout du long – certains parlent même d’un véritable fouillis. On a de plus en plus l’impression d’un grand n’importe quoi, mais cette fois pas maîtrisé – car ç’aurait pu être un effet de style. Or, ici, c’est comme si les auteurs à vouloir trop faire se perdaient un peu dans leur propre aventure et manquaient, peut-être, de modestie – ou se voulaient trop généreux, ce qui est aussi une bonne interprétation au vu du plaisir jusque-là jouissif qu’ils offraient à chaque tome.

D’un autre côté, c’est aussi un certain essoufflement qui rend ces derniers tomes un peu moins bons – même si le cinquième, avec sa référence à la pièce Jean de la Lune et à la cour de Louis XIV (merci JoueSuisLudique), est quand même très bon. Malgré tout, avec tout ce qu’ont pu offrir d’étonnement les auteurs jusque-là, il manque à présent un brin de nouveauté. Quelque chose qui renverse un peu la donne et offre de nouveaux éléments à la recette, un goût peut-être un peu plus piquant. A manger du même pain, on finit par s’habituer aux saveurs qui en perdent un tant soit peu de la magie du début, de ce petit plus qui le rendait si bon.

Pour autant, la base étant si solidement bien consolidée, tout cela n’est que du pinaillage. Dans l’ensemble et prise dans sa globalité, De Cape et de Crocs reste une excellente bande dessinée qui, comme toute saga, a des passages bien meilleurs que d’autres, tout en restant dans tous les cas très plaisante à découvrir. En résumé : un tome 4 certes un peu essoufflé mais un tome 5 qui achève en beauté une première partie palpitante, annonçant une suite sous un tout nouveau jour que, personnellement, j’ai hâte de découvrir !

Affaire à suivre !


Couvertures des tomes déjà lus

Tome 1 Tome 2 Tome 3de cape et de crocs T4 de cape et de crocs T5

Une réflexion au sujet de « De cape et de crocs #4 et #5 – Ayroles et Masbou »

Laisser un commentaire