C’est lundi, que lisez-vous ? #26

cestlundi26

Coïncidence ? Cette semaine, je vais souffler ma vingt-sixième bougie et c’est le vingt-sixième C’est lundi que je partage. Peut-être est-ce un signe, pour me signifier que 2015 va être une année exaltante de lectures ? J’ai des bonnes raisons de croire ne pas me tromper là-dessus !


Ce que j’ai donc lu la semaine passée

le collier rouge« Le collier rouge » de Jean-Christophe Ruffin

Le Collier Rouge est un roman historique se déroulant en 1919, juste après la fin de la Première Guerre Mondiale. Cela tombait bien étant donné que j’affectionne ce genre et que ça faisait un bout de temps que je souhaitais en relire. Le collier rouge est un court roman assez sympathique à lire. L’ancien officier Lantier de Grez est devenu juge après la guerre et s’en va se charger de sa dernière affaire avant d’en terminer avec sa fonction et retourner auprès de sa famille. Alors que Morlac refuse d’être disculpé, Lantier va s’intéresser de près à son cas et chercher à découvrir la vérité sur son affaire. Commence alors un long entretien où l’accusé lui raconte les événements qui l’ont poussé à commettre le crime dont il est accusé. Cet aspect-là était très intéressant dans ce livre et assez bien mené. On s’interroge sur le secret de Morlac, sur les raisons qui le poussent à vouloir être condamné coûte que coûte. Toutefois, il n’en reste pas moins que c’est une lecture assez légère, chargée de bons sentiments, si bien qu’on en retiendra finalement son côté anecdotique, et sans vrai critique. Il a ce côté quelque peu superficiel – même s’il est agréable à lire – qui me le fera oublier assez vite, surtout que je n’ai pas non plus été très emballée par le style de l’auteur. (5/10)

clochette

« Clochette » de Guy de Maupassant

Comme février est un mois assez court, je me suis dit qu’il était plutôt propice de lire cette très, très courte nouvelle dans le cadre de mes résolutions littéraires. Bonne idée, étant donné que je l’ai achevé en une journée. Ce fut un plaisir que de découvrir la plume oubliée depuis le collège de Guy de Maupassant. Cette nouvelle est aussi courte qu’anecdotique, racontant simplement la mort de son héroïne vue par les yeux du narrateur qui la côtoyait, écoutait ses histoires, sans jamais vraiment la connaître. Elle n’était que Clochette, la vieille couturière qui savait manier les mots pour lui conter de bonnes histoires, jusqu’à sa mort où le médecin venu l’ausculter lui raconte son passé. Et d’un coup, Clochette devient Hortense. Aussi courte fut-elle, c’était une lecture très agréable qui me donne envie d’en lire plus de l’auteur bien connu pour ses recueils de nouvelles. (7/10 – Pas de chronique prévue, j’attends de lire tout le recueil pour vous en parler un peu plus !)

Sous l'eau l'obscurité« Sous l’eau, l’obscurité » de Yoon-Sun Park

Cette bédé est assez surprenante. Critique de la société, cette bande dessinée parle de l’élitisme qui sévit en Corée du Sud et qui pousse les parents à imposer à leurs enfants une pression assez intense. Écrasée par la concurrence permanente avec les autres enfants, avec sa soeur, Min-Sun chercher à se rebeller, quitte à se rapprocher de la délinquance. Dans cette chronique relatant son quotidien, les anecdotes contées ne sont pas si anodines et je dois dire que la fin m’a un peu glacée. Le dessin, particulier, est certainement adapté au thème de la bédé et si je lui reproche d’être finalement assez restée en surface, je la recommanderai malgré tout car elle dresse un bon tableau de cette facette de la Corée du Sud. (6/10Lire ma chronique)

les cerisiers fleurissent malgré tout

« Les cerisiers fleurissent, malgré tout » de Keiko Ichiguchi

La couverture étrange m’avait un peu intriguée, je dois dire. J’aimais la douceur et la nostalgie qui se dégagent des pétales de cerisiers sur le fond noir, lequel appelle évidemment un sujet certainement plus grave. Il est question ici du tremblement de terre qui a bouleversé tout le Japon en Mars 2011. Je trouvais cela intéressant de le voir traité du point de vue des expatriés japonais. Le manga ne traite cependant pas seulement de cet événement, mais aussi de l’enfance de l’héroïne au Japon et de son rapport particulier avec sa maîtresse d’école, alors que sa maladie l’empêchait parfois de s’exalter comme les autres enfants de son âge. Il est donc aussi question dans cette œuvre du rapport avec la mort. Toutefois, si j’ai trouvé ce témoignage particulièrement touchant et intimiste, il manque très certainement de profondeur et ne développe pas assez son thème. (5/10)

de cape et de crocs T4

« De cape et de crocs #4 : Le mystère de l’île étrange & #5 : Jean sans lune » d’Ayroles et Masbou

A la manière d’Ida et de Blacksad (toujours emprunté celui-là…), De cape et de crocs fait partie des bédés les plus convoitées des bibliothèques. Du coup, ça fait quand même plusieurs mois que j’attends de pouvoir enfin poursuivre l’aventure. Et quel plaisir que de me replonger dans cette œuvre rocambolesque où les références littéraires s’alternent et nous charment ! Je suis toujours aussi emballée par le scénario, l’humour, les personnages, l’ambiance et les dessins. Mais il est vrai que j’ai commencé à remarquer – notamment dans le tome 4 – une certaine inégalité. Il y a parfois de vrais ralentissements dans le scénario, comme le tome 3 par exemple où concrètement il ne se passe grand-chose, et le dessin, de temps en temps, semble comme bâclé. Le tome 5, bien meilleur, est une excellente façon de clore un chapitre qui nous a tenu jusque-là en haleine pour introduire la suite des aventures s’annonçant pas moins palpitante. Espérons que je n’aurais pas à attendre autant de temps pour la lire ! (6/10 pour le tome 4 et 7/10 pour le tome 5)

orante tome 1

Orange #1, #2, #3 d’Ichigo Takano

Il est devenu très rare que je lise un shojo – genre que j’affectionnais quand j’étais plus jeune. Je leur reproche aujourd’hui d’être pour la plupart bien trop stéréotypé, mais surtout prévisible, car répondant un schéma assez similaire d’un livre à un autre. Pourtant, je garde également en tête d’excellents titres, comme par exemple, Le Sablier d’Hinako Ashihara. De plus, la romance dans les livres est quelque chose que j’appréhende beaucoup, même si je peux tout aussi bien l’apprécier si elle est bien menée. Or, les magnifiques couvertures (et les objets-livres en soi) proposées par les éditions Akata ont capté mon regard et je n’arrêtais pas de passer et de repasser devant, de le feuilleter. Elles m’ont laissé une si bonne impression que j’ai finalement voulu tenter l’expérience. Et je dois dire que ce fut surprenant à quel point cette histoire m’a charmée. Bien sûr, j’ai toujours cette appréhension notamment sur la façon dont l’auteur va vouloir conclure la série. Néanmoins, j’aime énormément l’idée développée et les questionnements que se posent les personnages. Du coup, je vais suivre de très près les prochains tomes en croisant les doigts pour que l’auteur suivre cette ligne directive. Thèmes : le temps, les souvenirs, le poids de chaque action / décision dans le futur ou dans la vie des autres, la responsabilité de chacun vis-à-vis des autres, la question même de destinée (car les personnages se demandent s’ils peuvent changer un futur dont ils ont conscience d’exister), etc. (les 3 tomes : 7/10)

the girl from class cover

« The girl from class » de Subong Park (Webtoon)

Si vous avez lu ma chronique sur Family Man, vous n’êtes sans savoir que j’aime les Webtoons (comics sud-coréens que l’on peut lire gratuitement sur la toile). Ce weekend, je me suis donc régalée. D’abord, par surprise, étant donné que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam The girl from class et parce que, vu comme ça, il ne paie pas de mine. Après tout, les dessins sont assez simplistes, semblent comme brouillons. Les personnages n’ont pas d’yeux ! Et pourtant… Pourtant, il ne faut pas se fier aux apparences, et le héros s’en mordra les doigts. Ce que l’on imagine d’une chose, d’une personne, n’est pas forcément ce que l’on va réellement découvrir. Dans la vie comme dans les bandes dessinées, l’habit ne fait pas le moine. Et ce n’est pas parce que le dessinateur a choisi des traits volontairement simples qu’il ne dessine pas pour autant vraiment bien. Évidemment, les premières planches ne sont pas excellentes. Il faut s’accrocher un peu mais très rapidement on est happé par la façon dont le narrateur raconte son histoire. N’étant guère omniscient, nous suivons donc l’histoire à distance, observant les réactions des personnages afin de comprendre tout ce qui se passe sous nos yeux. Car en effet, nous n’avons accès à aucune pensée, et nous ne pouvons donc que déduire. C’est là que le talent de Subong Park se remarque : car si les personnages n’ont pas d’yeux, ils n’en restent pas moins très expressifs ! Il m’a même bluffée en dessinant parfois du regard même du personnage, offrant un réalisme et un dynamisme fou du mouvement et de la perception de l’environnement ! J’ai vraiment adoré ma lecture et je vous la recommande vivement ! (9/10 – Webtoon disponible sur le site et appli mobile de Line Webtoon : http://www.webtoons.com)

annarasumanara cover

« Annarasumanara » de Ilkwon Ha (Webtoon)

Ensuite, par connaissance de cause. Etant donné l’enthousiasme que m’a donné The girl from class, j’avais très envie de lire un autre webtoon au moins aussi bien. Je connaissais déjà Annarasumanara précédemment publié sur le site de Webtoonlive, mais je ne l’avais jamais achevé. Je me suis donc jetée sur l’occasion, étant donné qu’il est entièrement publié à présent, et me suis régalée. Vraiment. Visuellement, c’est une claque onirique, répondant parfaitement au thème de la magie qu’il exploite. Mais encore une fois, la magie est le thème d’apparence, la couverture qui enjolive la qualité de cette bande dessinée, pleine de poésie. Elle a cet avantage de parfaitement mêlé le réalisme au symbolisme, offrant des planches à la fois belles mais aussi touchantes et chargées de sens. C’est le genre de lecture exaltante qui non seulement vous fait passer un bon moment mais vous laisse une impression tenace de félicité à la fin de la lecture. A lire, à lire, à lire ! (10/10 – Webtoon à présent disponible sur le site et appli mobile de Line Webtoon : http://www.webtoons.com)


Ainsi s’achève toutes mes précédentes lectures…

Et maintenant ? Que lis-je ?

pride

« Pride & Prejudice » de Jane Austen

19% C’est un livre que j’ai déjà lu et relu. J’ai découvert plusieurs de ses traductions et n’ai jamais été totalement convaincue, bien que je retiendrai encore et toujours celle des éditions 10/18 publiée en l’an 2000 qui a l’avantage de respecter le style de l’auteur, bien qu’il y ait eu quelques coupures volontaires (ce qui se révèle finalement être le moindre mal). Mais du coup, j’ai enfin voulu m’attaquer à la version originale, que je redoutais un peu. A vrai dire, je suis assez surprise de le lire aussi aisément, car je savoure réellement le texte sans éprouver de réelles difficultés dans ma lecture (alors qu’à contrario, lire The portrait of the artiste as a young man de James Joyce s’était révélé trop fastidieux). Quoi qu’il en soit, c’est encore une fois un vrai délice de se replonger dans la plume de l’auteur et de savourer à la fois son humour et sa capacité d’écrire des histoires passionnantes à la fois du point de vue de la fresque sociale qu’elles décrivent que de la romance qu’elles développent.

l'appel de l'espace« L’appel de l’espace » de Will Eisner

Mis en stand-by car je n’arrive pas du tout à me plonger dans cette bédé. Beaucoup trop de textes à mon goût, on s’y perd vraiment dans la mise en page, rendant la lecture peu fluide et assez hachurée. Le plot initial était intéressant, mais je ne suis vraiment pas emballée par son contenu, à tel point que j’hésite un peu à l’abandonner…

amazing fantazy spiderman

« Amazing fantasy vol 1 » de Stan Lee et Steve Ditko

J’ai achevé les deux premiers épisodes et je suis assez enthousiaste par la lecture. Évidemment, c’est un vieux comics qui du coup me change totalement de mes habitudes (n’en ayant lu que très peu et des très récents). J’aime cependant retrouver un univers un peu bon enfant, quoi que simpliste, où les héros sont des badass un peu immatures, surtout pour ce qui est de Peter Parker, étant lui-même un adolescent. Certes, il y a beaucoup de textes, de bulles, qui décrivent tout ce qui se passent dans les cases, mais je trouve cela plus drôle que lourd, finalement. Et du coup, ça va être une lecture quotidienne assez prometteuse de bons moments !


Ce que peut-être un jour je lirai

Comme la semaine dernière, je ne vais plus partir en hypothèses sur ce que je vais lire ou non. Du coup, cette semaine, j’ai envie de vous parler d’une de mes dernières acquisitions, qui n’est d’autre que Gigi de Colette que j’ai cherché à Book Off après avoir vu l’excellent article d’Alison sur un autre livre cette auteur. Comme je dois choisir un classique de littérature dans le cadre de mes résolutions, il est sûr que je vais le lire cette année, peut-être bien pour le mois de mars. En tout cas, j’ai très hâte de découvrir la plume d’une autre auteure française, un objectif personnel que je compte bien poursuivre en 2015.

Résumé :

Petite-fille et nièce adorée de deux demi-mondaines, Gigi s’applique à manger délicatement du homard à l’américaine, à distinguer une topaze d’un diamant jonquille et surtout à ne pas fréquenter ‘les gens ordinaires ‘. On lui apprend son futur métier de grande cocotte. Mais Gigi et Gaston Lachaille, le riche héritier des sucres du même nom, en décident autrement…


Et c’est enfin terminé de cet update qui me semble trèèèèèès long ! Il faut dire que la semaine dernière a été particulièrement chaste en termes de lectures, ce qui n’est pas sans me ravir.

Et vous, où en êtes-vous des vôtres ?

9 thoughts to “C’est lundi, que lisez-vous ? #26”

    1. T’as vu! Je me surprend moi-même mais c’était de brèves lectures. ^^
      Il se trouve dans le même recueil que La Horla, disponible gratuitement sur les liseuses si tu en as une !
      J’ai aussi envie d’en découvrir plus. 🙂

  1. C’est cool que Pride & Prejudice te rassure sur la lecture en anglais !! je suis ravie de découvrir les deux nouvelles webtoon que tu présentes, et qui feront certainement l’objet de mes prochaines lectures.
    Suite à l’une de nos précédente conversation, j’ai fait une pause dans ma lecture du clan des Otori (j’allais commencer le 4e tome) et faire une pause avec la trilogie des Fifty Shades of Grey. Mieux que ce à quoi je m’attendais, bien que le style de l’auteur soit peu intéressant à mon gout, ca n’en reste pas moins une lecture distrayante…
    Bonne semaine et à bientôt (je viens ptet en Mars à Paris, on pourra ptet se voir à cette occasion !! :D)

    1. Yes ! Je ne pensais pas que ce serait aussi aisé. Mais c’est peut-être dû au fait que je connais très bien le texte traduit !
      J’espère que ces webtoons vont te plaire dans ce cas ! 🙂
      Tu me diras ce que tu en auras pensé après avoir fini les 50 shades, dans ce cas. ^^
      Bonne semaine à toi !
      (PS : Oh, ce serait trop coollllll !!!!)

  2. très bon 26ème anniversaire Lusio 😀 (mega en retard je crois ^^). J’adore Will Eisner mais je n’ai pas lu cet album (apparemment tant mieux ! Vu ton avis ^^) il faudrait que je lise The spirit qui m’intéresse bien ! Il faut absolument que je découvre les webtoons (trop de choses à lire c’est frustrant …). Orange me tente beaucoup aussi mais j’attends sagement que ma bibli se les procure 😉 je suis amoureuse de ton édition de P&P. Les hard covers de penguin sont tellement belles j’en suis fan (en plus tu as celle aussi d’Oscar Wilde ça doit faire bien dans ta bibli *.*) .
    J’espère vraiment que tu vas apprécier Gigi (sinon tu as le droit de te plaindre hein 😉 )
    Plein de bises Lusio !

    1. Merciiiiiii !! (Non ça va, je te rassure !)
      L’univers de Will Eisner me tente bien et j’en entends beaucoup de bien aussi. Je pense que j’ai mal choisi l’oeuvre par laquelle l’attaquer, mais j’en ai vu une autre dans ma bibliothèque. J’attends que la personne l’a retourne pour retenter le coup. 🙂

      Ce qu’il y a de bien avec les Webtoons, c’est que tu peux les lire n’importe où sur ton portable. Du coup, si tu t’ennuies en cours, ça peut être une bonne alternative! ^^
      Pour Orange, la publication est hyper longue, donc il vaut mieux attendre. Ou tu peux les lire directement sur le web (il y a 17 chapitres disponibles ^^).
      Je suis hyper fan des éditions Penguins et de toutes leurs collections. Même les formats poches des Jane Austen sont vraiment topissimes, en termes de couverture et de typographie. Du coup, ce sont de beaux cadeaux à offrir ! 😀
      Ne t’inquiète pas, je ne me plaindrai certainement pas de découvrir une nouvelle plume d’une auteure française ! 🙂
      Plein de bises à toi ! 😀

Laisser un commentaire