Skip to content

Catégorie : Représentations

C’est ici que je vous partagerai les chroniques des pièces de théâtre que j’ai l’occasion de voir. Je ne le ferai sans doute pas pour toutes, mais j’aimerais promouvoir certaines œuvres qui m’auront le plus marquées. Le théâtre est aujourd’hui trop oublié, alors que c’est une expérience unique et somme toute très différente du cinéma. Certes, il y a des pièces plombantes et comme au cinéma de mauvais acteurs, mais avec un peu de chance et une bonne sélection, on peut se retrouver plonger dans l’émotion, dans le rire ou dans la réflexion, et même un peu des trois, selon ce que l’on cherche !

Théâtre | Les chevaux à la fenêtre – Matei Visniec (Fest. OFF 2014)

chevauxalafenetre

Résumé

« Au loin, la bataille fait rage! A la fenêtre, des chevaux! Le messager annonce à la mère que son fils est mort avant même d’arriver au front. A la fille, il expliquera que le père est devenu fou, à l’épouse que le mari a trébuché lors de la charge. Les Chevaux à la fenêtre est une allégorie grotesque sur le monde comme champ de bataille. Ici ce n’est pas la guerre qui est absurde, c’est l’homme! Les marionnettes de F Giaroli, manipulées par J Poirson seul en scène, servent à merveille l’humour grinçant de Matei Visniec « 

Info(s) pratique(s)

Interprète(s) : Jean Poirson

Metteuse en scène / Création des marionnettes : Françoise Giaroli

Collège de La Salle à 18h (1h05), tarif : 15€, carte off : 10€, enfant -15ans : 5€

Programme OFF / Réservations : sur le site du OFF


Mardi soir, j’ai eu l’occasion de voir mon tout premier spectacle de marionnettes (du moins, je n’ai pas souvenir d’en avoir vu d’autres auparavant). C’était une expérience riche, complètement différente de ce que j’ai pu expérimenter depuis le début du festival et en règle générale dans les salles de théâtre ou de spectacle. Une expérience qui donne envie de la réitérer est forcément réussie, donc.

3 Comments

Théâtre | Oreste aime Hermione qui aime Pyrrhus qui aime Andromaque qui aime Hector qui est mort – d'après Racine (Fest. OFF 2014)

Festival_oreste

Résumé

« Mon Dieu, des vers s’agitent devant vous et vous menacent : faut-il s’en débarrasser et par quel bout les prendre ? Ne prenez pas peur, Madame, restez-là, Monsieur et n’en faites pas une tragédie. Laissez-nous faire! Commencez par vous défaire des vieux rideaux rouges, des fauteuils qui coincent les genoux, des ouvreuses revêches et de votre acharnement de collégienne ou de collégien à dénigrer ce que votre professeur de français vous proposait de découvrir.
Deux comédiens, pas plus c’est promis, se chargent de vous guider dans votre nouveau théâtre tout frais et tout neuf. La visite en vaut la chandelle et les coulisses regorgent de surprises. Partagez un vers avec Oreste, Hermione, Pyrrhus, Andromaque qui ont accepté de vous recevoir dans l’intimité de leur être, nus comme des alexandrins. »

Info(s) pratique(s)

Interprète(s) : Nelson-Rafaell Madel, Paul Nguyen
Metteur en scène : Néry
Musique originale : Nicolas Cloche

Chapelle du verbe incarné, salle Edouard Glissant, 16h30 (1h20), tarif : 17 €, carte off : 12 €

Programme OFF / Réservations : sur le site du OFF


Ça y est, je l’ai eu – enfin ! – ce coup de cœur que j’attendais. J’avais un bon pressentiment en choisissant mon programme et cette pièce parmi toutes les autres m’avait fait de l’œil. Sans doute, je dois dire, qu’elle partait avec un sacré avantage : Andromaque de Racine est sans aucun doute ma pièce de théâtre préférée. Alors comment ne pas apprécier Oreste aime Hermione qui aime Pyrrhus qui aime Andromaque qui aime Hector qui est mort ?

Leave a Comment

Théâtre | Tartuffe Nouveau – Jean-Pierre PELAEZ (Fest. OFF 2014)

festival_tartuffe nouveau

Résumé

François Boyard (Orgon) ancien ambassadeur, très influent, et qui se pique de faire œuvre de générosité, héberge chez lui un certain Krüger (Tartuffe), responsable humanitaire, et grand communiquant, dont il admire et soutient les engagements en faveur de tous les malheureux de la Terre. Aussi voudrait-il que sa fille Marianne (Mariane), petite amie de Patrice (Valère), devienne son assistante pour sa prochaine émission de télévision, mais les relations étranges de Krüger avec l’épouse de François, Irène (Elmire) ont vite éloigné la jeune fille du grand aventurier…

Info(s) pratique(s)

Interprète(s) : Théodora Carla, Jean-Mard Catella, Bertrand Cauchois, Olivia Forest, Lucas Gentil, Guillaume Lanson, Marie Pagès, Damien Rémy, Sabine Sendra

Mise en scène, scénographie, création lumieres : Gérard Gelas

Théâtre du Chêne Noir, salle Léo Ferré, à 15h30 (2h), tarif : 22€, carte off : 15 €

Programme OFF / Réservations : sur le site du OFF ou sur le site du Théâtre du Chêne Noir


Ah ! Du Molière ! Ayant récupéré des places avantageuses grâce à une association, on m’a proposé d’aller voir la pièce « Tartuffe nouveau« , écrite par Jean-Pierre PELAEZ et faisant partie de sa Trilogie Molière. Inspirée du fameux et classique Tartuffe de Molière, la pièce est une transposition moderne de son aînée : le même découpage des actes, les mêmes personnages (avec d’autres noms), la même versification (à quelques détails près). Quel intérêt, me dîtes-vous ? Peut-être tout simplement pour rendre à Molière sa modernité, car aujourd’hui on a trop tendance à lire ce dernier comme une fable d’un autre temps révolu. Peut-être parce qu’il faut rappeler que le théâtre est aussi là pour être dérangeant, pour apporter une réflexion, une critique, des questions en plus d’instruire et de divertir. Et ce Tartuffe nouveau, mis en scène par le magistral Gérard Gélas, a le mérite de faire tout cela, en plus d’être bien écrit et si drôle.

Leave a Comment

Théâtre | La fuite – Gao Xingjian (Fest. OFF 2014)

Résumé

Deux jeunes manifestants, un étudiant et une actrice, fuient la grande place où a lieu une violente répression. Ils trouvent refuge dans un endroit étrange. Perturbés par l’arrivée d’un troisième fuyard, ils devront cohabiter et tenter de se sauver. La tension monte, les corps s’échauffent, les pulsions s’exacerbent. L’envie de survivre, de fuir, de rêver, de danser, de jouer, de s’aimer prend le pas sur la peur de périr. Gao Xingjian, l’auteur de « La fuite », est prix Nobel de littérature.

Info(s) pratique(s)

Interprète(s) : Arben Bajraktaraj, Hélène Chevallier, Simon Fraud
Mise en scène : Andréa Brusque
Scénographie : Jean-Baptiste Bellon

Théâtre du Chêne Noir, salle John Coltrane, à 15h (1h15), tarif : 22 €, carte off : 15 €, tarif enfant -12 ans : 8 €

PS : contrairement au tarif proposant pour les enfants de -12 ans, cette pièce ne s’adresse pas du tout à un jeune public.

Programme OFF / Réservations : sur le site du OFF ou sur le site du Théâtre du Chêne Noir


Tout commence dans le noir, un bruit de fond sonore, intense, inquiétant. Une voix féminine lointaine semble chantonner ou juste résonner, comme coupée de toute parole, comme si elle ne trouvait plus la mélodie, cette mélodie qui reste dans sa tête avec ses souvenirs d’enfance mais qu’elle ne parvient plus à reproduire en dehors. Puis des coups de feux. Un homme entre, suivi d’une femme recouverte de sang. Un troisième les rejoint assez vite. Ils ont fui le massacre. Ils ont survécu à Tien’anmen. Pour l’instant.

Leave a Comment

Théâtre | La Chute – Albert Camus (Fest. OFF 2014)

festival_lachute

Résumé

« À Mexico-City, petit bar louche d’Amsterdam, un consommateur, qui se présente sous le nom de Jean-Baptiste Clamence comme ancien avocat et actuel juge-pénitent…, engage la conversation avec un compatriote de passage.
Un texte incontournable d’Albert Camus.« 

Info(s) pratique(s)

Interprète(s) : Ivan Morane, Silvia Lenzi
Adaptation : Catherine Camus, François Chaumette
Metteur en scène, scénographie et lumières : Ivan Morane

Théâtre du Chêne Noir, salle John Coltrane, à 11h (1h20), tarif : 22 €, carte off : 15 €

Programme OFF / Réservations : sur le site du OFF ou sur le site du Théâtre du Chêne Noir


Ayant découvert les pièces de théâtre d’Albert Camus en début d’année avec Les justes notamment, j’ai tout de suite sauté sur l’occasion en voyant au programme du Chêne Noir une adaptation de son roman La Chute – texte splendide que j’aurais grand plaisir à lire.

D’abord, je voudrais souligner l’interprétation d’Ivan Morane et sa diction qui porte si bien le texte et habite habilement le personnage. Malgré une mise en scène qu’on pourrait dire minimaliste, celle-ci suffit amplement ; les changements de décors sont suffisamment donnés par quelques mouvements précis, une brume épaisse dans la nuit noire parisienne, au bord des quais de Seine où tout se joua sur un pont qu’il n’aurait jamais dû franchir…

2 Comments
%d blogueurs aiment cette page :