Skip to content

Catégorie : Chroniques Livres

J’ai toujours aimé lire. De tout, sans cesse.
La littérature m’a ouvert au monde et aussi à l’écriture. Les livres ont toujours occupé une place particulière dans mon coeur, mon caractère et ma vie. C’est donc tout naturel que j’ai eu envie d’ouvrir ce blog, car j’avais le désir de partager mes lectures (auxquelles se sont ajoutées les films, ensuite).
Mais aujourd’hui je tends à lire autre chose également : des essais, des œuvres de non fiction, des autobiographies, des biographies, etc.
L’occasion encore plus belle de vous faire plonger dans mon quotidien culturel !

Percy Jackson, tome 2 – Rick Riordan

Percy Jackson 2

Titre – Percy Jackson – Tome 2 : La mer des monstres
Auteur – Rick Riordan
Version – Français, traduction par Mona de Pracontal
Éditions – Albin Michel, 2010
Genre – Jeunesse, Fantastique, Mythologie


« Il y a un an, Percy Jackson découvrait que les personnages de la mythologie grecque existaient, et qu’il était le fils de Poséidon. Mais la Colonie des Sang-Mêlé ne peut plus garantir la sécurité des enfants demi-dieux : ses défenses faiblissent car l’arbre de Thalia a été empoisonné. Le remède : la Toison d’or, que détient le cyclope Polyphème. Afin d’atteindre l’île de Polyphème, Percy et ses amis vont devoir naviguer sur la Mer des Monstres, qui porte bien son nom. La seconde quête de Percy commence… »


Note Globale :

5/10


ATTENTION : Ceci est ma chronique du second tome de la saga, aussi je risque d’évoquer des événements du premier tome qui vous gâcheraient la surprise si vous ne l’avez pas encore lu. Pour tous ceux qui n’ont pas encore entamé la saga, je vous encourage à lire avant tout ma première chronique en cliquant ici.

A la fin du premier tome, j’étais plutôt enthousiaste par ce que j’avais lu. Percy Jackson m’apparaissait alors comme un roman d’aventure bercé de mythologie grecque distrayant qui avait également le mérite de pouvoir intéresser des jeunes à ces mythes antiques. Du coup, c’est avec le même état d’esprit que je pensais poursuivre la saga. Dès les cinquante premières pages, mon enthousiasme est vite tombé. Si l’aspect mythologie est toujours intéressant pour ce qu’il pourra apporter aux jeunes de 11/14 ans qui liront le livre, l’histoire perd finalement toute originalité, notamment à se conforter que trop à l’Odyssée d’Ulysse, sans parler du héros qui régresse en se la jouant que trop inculte. Dommage.

Leave a Comment

Le Portrait de Dorian Gray – Oscar Wilde

theportrait

Titre – The Picture of Dorian Gray (Le Portrait de Dorian Gray)
Auteur – Oscar Wilde
Version – Originale, Anglais
Édition – Pinguin Classics, 2008
Genre – Roman, conte philosophique, Fantastique


« Le héros de l’unique roman d’Oscar Wilde doit rester éternellement jeune : son portrait seul sera marqué progressivement par le temps, les vices, les crimes, jusqu’au drame final.
Dans ce chef-d’oeuvre de l’art fin-de-siècle (1890) l’auteur a enfermé une parabole des relations entre l’art et la vie, entre l’art et la morale, entre le Bien et le Mal. Les apparences du conte fantastique, et du roman d’aventures, où le crime même ne manque pas, fascinent le lecteur ébloui par les dialogues étincelants de l’auteur de théâtre, les paraboles de l’esthète, la phrase du poète. La tragédie vécue par l’écrivain, le bagne, le déshonneur, la mort prématurée laissent ainsi lisse et pur, son roman unique.
 »


Note Globale :

9/10


La quatrième de couverture de l’édition française folio classique est une belle mise en bouche de ce que le roman est, et de ce que j’en ai pensé. Il m’en aura fallu du temps pour me jeter à l’eau et lire ce chef d’œuvre de la littérature anglaise, et si les raisons ont été confirmées par ma lecture, je suis vraiment ravie de l’avoir fait. Oscar Wilde nous offre un roman profondément beau et en même temps sacrément horrible. Comme je le pensais, la lecture n’a pas été facile, quand bien même la plume est élégante et fluide. Je ne serai ainsi pas hors sujet en m’exclamant : C’est de l’art, Mr Wilde !

2 Comments

The Mortal Instruments, Tome 1 – Cassandra Clare (+ VS Adaptation)

Mortal instruments 1 - City of bones

Titre – The Mortal Instruments – Tome 1 : City of Bones (titre français : La coupe mortelle)

Auteur – Cassandra Clare

Version – Originale, Anglais

Édition – McElderry Books, 2007

Genre – Jeunesse/Young Adult, Fantastique


« Quand Clary Fray se rend au Club Pandemonium à New York, elle ne s’attendait sûrement pas à assister à un meurtre. Encore moins un meurtre commis par trois adolescents recouverts d’étranges tatouages. Voilà comment Clary rencontra pour la première fois les Shadowhunters (ou chasseurs d’ombre, en français), des guerriers voués à protéger la terre des démons et à maintenir la paix avec les vampires et les loups garous. Voilà comment elle rencontra également pour la première fois le superbe Jace aux cheveux d’or. En pas moins de vingt heures, Clary se retrouve propulsée dans le monde de Jace avec en tête de prendre sa revanche, alors que sa mère vient d’être capturée et qu’un démon l’a attaqué. Pourquoi des démons s’intéresseraient-ils à une fille ordinaire comme Clary ? Comment se fait-il qu’elle parvienne à les voir ? Les chasseurs d’ombre aimeraient bien le savoir.. »


 Note globale :

7/10


Il y a quelques mois, j’ai vu le film Mortal Instruments et, je l’avoue, je n’ai pas réussi à le prendre vraiment au sérieux (voir la seconde partie de la chronique). Mais si je suis allée jusqu’à lire le premier volume, c’est que, malgré une adaptation assez mauvaise, j’ai trouvé l’univers fantastique intéressant et j’avais envie de voir comment il était développé dans le livre. Autant dire que j’ai très bien fait : le premier volume m’a plutôt enthousiasmé et j’ai déjà envie de lire la suite.

6 Comments

Les Stagiaires – Samantha Bailly

Les stagiaires

Les Stagiaires
Ecrit par Samantha BAILLY
Publié à Milady en 2014
Contemporain


« Ophélie, Arthur, Hugues et Alix viennent tous d’horizons différents. Leur seul point commun : ils rêvent de travailler chez Pyxis, entreprise spécialisée dans l’édition de mangas et de jeux vidéo, pilier dans le secteur de l’industrie créative. Une réalité s’impose rapidement : beaucoup de candidats, peu d’élus. Désormais, le stage est devenu une étape obligatoire pour ces jeunes qui sont à la croisée des chemins dans leurs vies professionnelles et affectives. Provinciale tout juste débarquée, Ophélie a laissé derrière elle petit ami et logement, et doit faire face aux difficultés de la vie parisienne. étudiant en école de commerce, Arthur est tiraillé entre les grands projets qu’on a pour lui et son envie de mettre la finance entre parenthèses. à leurs côtés, Alix, passionnée de mangas, ne jure que par ses sagas favorites, et Hugues, graphiste, teste ses limites dans les soirées électro… Dans une atmosphère conviviale, travail et vie privée s’entremêlent. Pourtant, une question demeure en fond sonore : qui restera ? Quand la « génération Y » entre en collision avec le monde du travail : un récit marquant dans lequel beaucoup de jeunes adultes se reconnaîtront.« 


Note Globale :

8/10


ENFIN ! Cela fait longtemps que je voulais parler d’un livre de cette auteure. Il faut dire que cela fait quand même plusieurs années que j’achète quasiment tous ses ouvrages. Comme il faut bien commencer quelque part, autant parler du dernier que j’ai lu. Il s’agit de Les Stagiaires, un livre qui m’a évidemment parlé, étant donné que je suis également passée par là. Autant dire que j’ai passé un très bon moment en compagnie de ces étudiants enthousiastes et attachants.

5 Comments

Tes mots sur mes lèvres – Katja Millay

tes mots sur les miennes

Tes mots sur mes lèvres
Ecrit par Katja MILLAY
Traduit par Juliette Lé (US)
Publié par Fleuve Noir (Territoires) en 2014
Romance, Jeunesse


« Je m’appelle Natsya. Voilà 452 jours que je ne parle plus. A personne. Depuis que quelqu’un m’a volé ma vie et ma seule passion.
Dans mon nouveau lycée, personne ne sait qui je suis et tout le monde me fuit. Sauf Josh Bennet.
Il est toujours seul, comme moi. Un jour, il me parle. Et ma vie change. Encore une fois.« 


Note globale :

5/10


Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu un livre de ce genre – que j’affectionnais pourtant durant mon adolescence – et en lisant par curiosité Tes mots sur mes lèvres, j’ai compris pourquoi je retentais difficilement l’expérience. S’il a été publié par les éditions 12-21, ce n’est pas pour rien et c’est précisément pour cette tranche d’âge que je recommanderais ce livre.

Si je l’avais lu à cette époque-là de ma vie, je pense que ma note aurait clairement été plus élevée. Sauf que voilà, je ne suis plus la même personne, mes goûts et surtout mes attentes ont évolué et je ne pense pas que Tes mots sur mes lèvres soit réellement un incontournable de la littérature jeunesse.

3 Comments

Percy Jackson, tome 1 – Rick Riordan

persyjackson1

Percy Jackson, #1 Le voleur de foudre
Ecrit par Rick Riordan
Publié par Albin Michel, 2006
Roman, Jeunesse, Fantastique


« Écoutez, je n’ai jamais voulu être un demi-dieu. Si vous lisez ces lignes parce que vous pensez en être un vous aussi, suivez mon conseil : refermez ce livre immédiatement.
Une vie de demi-dieu, c’est dangereux.
C’est angoissant. Le plus souvent, ça se termine par une mort abominable et douloureuse. Mais si vous vous reconnaissez dans ces pages – si vous sentez quelque chose vous titiller – il se peut que vous soyez des nôtres. Or, dès l’instant où vous le saurez, il ne leur faudra pas longtemps pour le percevoir, eux aussi, et se lancer à vos trousses.
Je vous aurai prévenu.
Puissent les dieux de l’Olympe veiller sur vous. »


Note globale :

7/10


Percy Jackson. Il y a quelque temps, vous m’aurez cité ce livre, j’aurais vaguement eu le souvenir du premier film et encore, je le confonds un peu avec L’apprenti sorcier de Jon Turteltaub, ce qui a a probablement desservi la saga de Rick Riordan. A présent que je farfouille sur le net pour lire des blogs littéraires, je dois avouer que Percy Jackson a fini par attirer mon attention. Mais c’est à Ironbouqueen, bloggeuse / youtubeuse littéraire (sa chaîne : cliquez ici), que je dois d’avoir enfin osé passer le pas (ce qui fait beaucoup de verbe, pour dire à quel point j’étais réticente au début). Et vous savez quoi ? J’ai vraiment bien aimé.

2 Comments

Divergente, tome 1 – Veronica Roth

divergente

Divergente, #1
Ecrit par Véronica Roth
Publié par HarperCollins (Ebook) en 2011
Roman Science-fiction Dystopie Young Adult


« Dans le Chicago dystopique de Béatrice, la société est divisée en cinq factions, chacune dédiée à la culture d’une vertu : les Sincères, les Altruistes, les Audacieux, les Fraternels, et les Erudits. Sur un jour désigné de chaque année, tous les adolescents âgés de seize ans doivent choisir la faction à laquelle ils consacreront le reste de leur vie. Pour Béatrice, la décision est entre rester avec sa famille et être qui elle est, les deux sont incompatibles. Alors, elle fait un choix qui surprend tout le monde, y compris elle-même.

Mais Tris a aussi un secret, celui qu’elle a caché à tout le monde parce qu’elle a été averti qu’il peut signifier la mort. Et comme elle découvre un conflit croissant qui menace de percer cette société en apparence parfaite, elle apprend aussi que son secret pourrait l’aider à sauver ceux qu’elle aime. . . ou pourrait la détruire.« 


Note Globale :

5/10


Ayant un peu quitté le rayon jeunesse depuis ma mésaventure avec la saga Twilight, et malgré un rapide essai avec Hunger Games l’année passée, j’étais un peu dépassée par toutes les nouvelles sorties, aussi suis-je passée à côté du phénomène Divergente. Je ne l’ai connu que grâce à la récente adaptation de Neil Burger du premier volet. J’ai donc vu le film et apprécié l’univers et notamment la dystopie, qui n’est pas sans évoquer rapidement Le meilleur des mondes. Ayant la volonté de me remettre à lire en anglais, je me suis dit que ce serait une très bonne occasion de combiner cet objectif à un nouvel essai dans la littérature jeunesse. L’ebook dans mon téléphone, je me suis donc empressée de l’entamer.

4 Comments

Ô mon George, ma belle maîtresse… – Alfred de Musset, George Sand

Titre : Ô mon George, ma belle maîtresse… – Auteurs : Alfred de Musset, George Sand – Éditions : Folio – Genre : Correspondance

o mon george

« Ah, George, quel amour ! jamais homme n’a aimé comme je t’aime.
Je suis perdu, vois-tu, je suis noyé, inondé d’amour ; je ne sais plus si je vis, si je mange, si je marche, si je respire, si je parle ; je sais que j’aime, je meurs d’amour, d’un amour sans fin, sans nom, insensé, désespéré, perdu, tu es aimée, adorée, idolâtrée jusqu’à mourir ! Et non ! je ne guérirai pas. Et non, je n’essaierai pas de vivre ; et j’aime mieux cela, et mourir en t’aimant vaut mieux que de vivre.
» Alfred de Musset à George Sand, 1er septembre 1834.

Note Globale :

6/10


C’est la première fois que je lis un recueil de correspondance et il y a un aspect indéniable qu’il faut souligner : la proximité que nous ressentons vis-à-vis de ces maîtres de littérature, honorés durant nos cours de français, cités par les auteurs contemporains qui s’en inspirent. A lire cette correspondance très intime – car Alfred de Musset et George Sand furent tantôt parents de cœur, amis et amants – on découvre des facettes insoupçonnées de ces êtres que nous ne connaissons qu’à travers leur plume.

2 Comments

L'Idiot – Fedor M. Dostoïevski

L'idiot Vol 2

Titre – L’Idiot

Auteur – Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski

Éditions – Babel

Traduction – André Markowicz

Genre – Roman


« D’abord trois hommes sont « embarqués ». Ils ne se connaissent pas. Face à face dans le train de Petersbourg, Rogojine le noiraud et le blond Mychkine, prince à la race abolie, forment un contraste parfait ; bientôt ils s’appelleront « frères » et le seront. Dans la mort. Ou plutôt : auprès de la morte, ayant accompli leur destin, cousu au nom, puis au visage bouleversant de Nastassia Filippovna. Le coryphée est là aussi, sous l’aspect du fonctionnaire Lebedev […]. L’Idiot est une tragédie biblique, un drame coupé d’apologues, commenté par toutes les voix de l’humain concert… MICHEL GUÉRIN (extrait de la lecture)« 


Note Globale :

10/10


Comment vous parler de L’Idiot ? Il y a dans les récits de Dostoïevski pas mal de thèmes, de dimensions philosophiques et sans doute aussi sociologiques qui m’échappent encore, mais ce roman est une perle de littérature. Je dois cependant admettre que j’ai été déroutée par le style d’écriture. A vrai dire, ma lecture en a été un peu affectée au début. Je pense qu’il m’a fallu une bonne centaine de pages avant de m’y faire, même si quelques formulations et même parfois des paragraphes entiers m’ont fait sourciller. Il s’en dégage une impression générale de brouillon, d’une écriture impulsive, d’une traite – que je n’ai pourtant pas retrouvé dans Les Nuits Blanches du même auteur et dont le style m’a tout de suite plu. J’ignore de fait si c’est spécifique à ce livre ou si c’est la traduction, mais de ce fait, cela a été un peu plus long pour moi de plonger dans L’Idiot, même si du reste, l’histoire m’a tout de suite enchanté.

2 Comments
massa ut odio venenatis, ut Sed justo Praesent sit velit,
%d blogueurs aiment cette page :