Skip to content

Catégorie : SF / Fantasy / Fantastique

Chroniques de romans de science fiction, de fantastique et de fantasy (à ne pas confondre !).

La planète des singes de Pierre BOULLE

(7/10) Après avoir vu le dernier film de la trilogie, inspirée du roman dont elle propose un prélude revisité, j’avais très envie de me faire une idée sur l’histoire originale. L’occasion de découvrir une œuvre de science-fiction dont, au final, je n’avais pas vraiment idée du contenu. Quelle surprise d’y découvrir autant de réflexions sur l’humanité, sur l’évolution des espèces, sur les préjugés, sur le dogmatisme, sur la soi-disant suprématie humaine. Quelle mise en abyme géniale de nous-mêmes dans une société qui nous ressemble, mais inversée, où l’Homme est un animal et le singe l’être supérieur, car doté d’une âme identifiable et auto-proclamée. Nul doute que, si les films s’inspirent bien des tenants de cette histoire, elles n’en gardent souvent que l’aspect spectaculaire, pour laisser de côté le sujet même du récit.

Or, c’est une analyse et une critique de notre société, qu’il faut lire – du moins, que j’ai lu. Découpé en plusieurs parties – plusieurs phases – et suivant les pensées d’un journaliste, Terrien, plongé dans un monde qui lui est aussi familier qu’étranger, on se retrouve confronté par les multiples états émotifs et psychologiques, qui l’amènent presque à la folie. On est immergé et il est difficile de ne pas ressentir de l’empathie, et un sentiment de malaise aisément compréhensible, mais assez troublant. Le livre est efficace, car au-delà de l’aspect fantastique, la construction de cette société est tellement réaliste, la psychologie des singes si bien développée, les relations si complexes, que tout paraît d’une crédibilité qui en est gênante. Oui, car il faut bien se dire que tout ce qui est décrit n’a pas été inventé.

2 Comments

Cérès et Vesta de Greg EVANS

(7/10) Cérès et Vesta sont les noms de deux astéroïdes que les êtres humains ont colonisés et qui ont depuis tissé entre eux des liens commerciaux, car chaque astéroïde possède les ressources dont l’autre manque. Le roman nous propose de suivre un moment clé de leur histoire, alors que sur Vesta un apartheid est mené contre les descendants des Sivadiers, une des familles pionnières de l’astéroïde.

Ces derniers sont accusés de ne pas avoir fourni au même titre que les autres familles les efforts nécessaires à la construction de Vesta, sous prétexte qu’ils n’y ont contribué qu’en fournissant un savoir-faire dont ils ont de plus gardé la propriété intellectuelle, et sans jamais mettre la main dans le cambouis. Ils sont depuis publiquement méprisés, injuriés voir même agressés, car la technologie de cet univers permet à chacun d’identifier l’origine de ceux qu’ils croisent. En plus, le gouvernement de Vesta va envenimer la situation en décrétant que dorénavant tous les héritiers de Sivadiers devront payer un impôt supplémentaire. Une partie de ces héritiers cherchera à se révolter tandis que d’autres essaieront de fuir. Le roman nous propose de suivre les deux situations, à la fois sur Vesta et sur Cérès.

1 Comment

L’homme qui mit fin à l’Histoire – Ken LIU

(9/10) Cette fois, laissez-moi vous parler de « L’homme qui mit fin à l’Histoire », un très court roman de Ken LIU, brillant, riche et passionnant. Il fait partie de ces auteurs de science-fiction qui justifient mon adhésion grandissante pour le genre. Il pose en effet une question brûlante et d’éthique : si nous avions la technologie nécessaire pour visionner des moments brefs et ciblés du passé, mais qu’à chaque utilisation, ce même bout de passé ne pourrait plus jamais être vu par la suite, que devrait-on faire ?

Devrait-on attendre de mettre au point une technologie plus performante, qui permettrait un enregistrement ou un accès illimité à la vision de ce passé ? Sans contexte et dans l’absolu, il serait sans doute mieux advenu d’attendre. Mais justement, Ken LIU rappelle qu’on n’est jamais « sans contexte ». Il prend pour sa part le cas de l’Unité 731, centre militaire de recherche et d’expériences bactériologiques conçue par les japonais durant la Seconde Guerre Mondiale en Chine. Les atrocités de leurs expériences sur des humains ont depuis été reconnues comme faisant partie des crimes contre l’humanité. S’il est compliqué d’évaluer le nombre exact de victimes, elles seraient entre 3000 et 10000 à avoir fait l’objet des expériences de l’Unité, et plus de 300000 à en subir le résultat. Parmi elles, une majorité de chinois, mais également des prisonniers de guerre Russes, Américains, Coréens, Philippins.

5 Comments

Station Eleven – Emily St John Mandel

grand-prix-des-lectrices-elle-2017(8/10) Station Eleven est un roman étonnant de cette rentrée littéraire. Malgré un postulat initial qui aurait tout d’un blockbuster hollywoodien (et peut-être l’est-il un peu), l’auteure parvient à traiter son sujet d’une façon plutôt convaincante. S’efforçant de ne pas user d’effets littéraires, comme le cinéma userait des effets spéciaux, elle imagine avec efficacité les directions possibles que prendrait l’humanité si les fondations qu’elle a mis des siècles à se créer venaient à s’effondrer.

2 Comments

Jésus Contre Hitler – Neil Jomunsi

(9/10) Après deux sélections de livres reçus dans le cadre du Grand Prix des Lectrices ELLE, auquel j’ai le plaisir de participer cette année, j’ai quand même été ravie de pouvoir faire une pause et aller piocher dans ma bibliothèque une de mes trouvailles. Avec un titre pareil, celui-ci me faisait de l’œil depuis un moment et qu’est-ce que ça m’a fait du bien. C’est complètement déluré mais c’est toujours très bon, et surtout très, très drôle !

2 Comments

I.R.L. – Agnès Marot

(8/10) Très chouette découverte que ce roman d’Agnès Marot. C’est un mélange savant du jeu Les Sims, 1984, Fahrenheit 451 ou encore The Truman Show modernisés dans une fable d’anticipation et visiblement inspiré des réflexions de Chloé Delaume (qui rejoint la longue liste d’auteurs que l’auteure nous invite généreusement à découvrir). Une histoire prenante et bien écrite, autant dire : un très bon page turner.

Leave a Comment

Les Outrepasseurs, T2 : La Reine des Neiges & T3 : Le Libérateur – Cindy Van Wilder

Attention : Il s’agit de la chronique du tome 2 et 3 : pour éviter tout risque de spoiler, lisez plutôt ma chronique du premier tome.


(9/10) Fichtre. Cela faisait longtemps qu’en refermant la dernière page d’un roman, je ressente la même sensation que lorsqu’on quitte un endroit où on sait ne pas revenir, ou du moins pas avant longtemps. Et il faut dire que les tout derniers chapitres sont déchirants à souhait – écrits de la plus cruelle des façons. Les Outrepasseurs est une merveilleuse histoire, originale et passionnante, qui vous attrape au tournant et ne vous lâche plus jusqu’à la toute dernière page.

Leave a Comment

La Horde du Contrevent – Alain Damasio

(10/10Si on ne me l’avait pas offert, l’aurais-je lu ? L’avais-je déjà tenu dans ma main, parcouru rapidement son résumé avant de le reposer, finalement, sans vouloir ou sans oser l’emporter ? Allez savoir.  Ce que je sais aujourd’hui, c’est qu’il s’agit  d’un des meilleurs livres qu’on ait pu m’offrir récemment. Un très chouette cadeau – un  livre dont il ne faudrait pas passer à côté. Moi qui m’intéresse de plus en plus à la science-fiction, me voilà servie par un voyage incroyable et totalement inédit.

9 Comments

Les Outrepasseurs #1 : Les Héritiers – Cindy Van Wilder

Les Outrepasseurs #1 : Les Héritiers
Écrit par Cindy Van Wilder
Publié par Gulf Stream, 2014
Young Adult, Fantastique
Broché Grand Format, 352 pages, 18€
Le site de l’éditeur (francophone)
Le blog de l’auteur (francophone)
18€, 347 pages


Résumé :
« Londres, 2013. Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat. Il découvre que l’attaque le visait personnellement et qu’elle a été préméditée par de redoutables ennemis : les fés. Emmené à Lion House, la résidence d’un dénommé Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis huit siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Ces derniers lui révèlent un héritage dont il ignore tout… »


Note globale :
7/10


Cela fait un an que je gardais précieusement cette trilogie dans ma PAL. Maintenant, je me demande pourquoi j’ai attendu ! Sans compter le travail éditorial des éditions Gulf Stream très efficace sur l’objet-livre, l’auteure a fait des choix quant à la construction de son récit risqués, mais pour ma part payants. Je m’explique.

5 Comments

La Passe Miroir #1 Les Fiancés de l’Hiver et #2 Les Disparus du Clairdelune – Christelle Dabos

le passe miroir 1
La Passe-Miroir #1 Les fiancés de l’hiver et #2 Les Disparus du Clairdelune
Ecrit par Christelle Dabos
Publié par Gallimard Jeunesse, 2014 et 2015
Jeunesse, Fantasy/Fantastique


Résumé :
« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel. »


Note globale :

9/10

Coup de coeur 2015


ATTENTION : J’essaie dans mes chroniques d’éviter le plus possible de spoiler. Mais comme je parle ici des deux premiers tomes, je vais quand même évoquer deux-trois faits de l’intrigue qui vous dévoileront des bouts du premier volet et un peu du second. C’est léger, mais tout de même, je tiens à vous prévenir !


C’est avec plaisir et regret que j’ai lu d’une traite ces deux premiers tomes. Un très grand plaisir, parce que la lecture fût excellente, et même au-delà, elle m’a rendu le goût de ce que j’ai pu éprouver à la première découverte d’un tome d’Harry Potter. Un regret tout aussi grand qu’il me faut à présent attendre la sortie (trop) lointaine du troisième volet. Le point commun entre Christelle Dabos et J.K. Rowling ne réside pas moins dans leur œuvre (pas si similaire) que dans leurs qualités d’auteures ; il ne suffit pas de bien écrire, d’avoir de très bonnes idées, des personnages attrayants, des intrigues prenantes et un univers dense. Non, il faut avant tout être une véritable chef d’orchestre, capable de jouer avec ces ingrédients pour créer une œuvre capable de plaire à un large public.

Leave a Comment
%d blogueurs aiment cette page :