Skip to content

Catégorie : Romances

Si tu tends l’oreille – Yoshifumi Kondo

(9/10 ❤) Unique film du réalisateur, ayant déjà travaillé sur plusieurs longs métrages du studio Ghibli, parmi les meilleurs d’Isao Takahata et Hayao Miyazaki (Le tombeau des lucioles, Princess Mononoke, Pompoko, Porco Rosso), Yoshifumi Kondo nous livre dans Si tu tends l’oreille une histoire très touchante et maîtrisée. C’est un film qui entre parfaitement dans l’ambiance du studio sans pour autant en être un simili désuet. Ses qualités sont pluriels : son équilibre, la délicatesse du récit, son onirisme, sa douceur, le sourire qu’il vous laisse sur la fin. 

Pour avoir vus les films dans un ordre non chronologique, j’ai été ainsi surprise d’y voir dans les statues des chats, le chara-design des protagonistes du Royaume des chats de Hiroyuki Morita. J’ai finalement appris que ce dernier a été réalisé sept ans plus tard, en reprenant volontairement certains des personnages comme protagonistes, offrant ainsi, si ce n’est vraiment une suite, en tout cas un très bel hommage à l’oeuvre du talentueux Yoshifumi Kondo.

2 Comments

Your name – Makoto Shinkai

(6/10) Dans la continuité de l’année dernière, je suis allée voir un nouveau film d’animation, encore une fois venu du Japon, Your Name. Il s’agit d’un film attendrissant et divertissant, qui charme par sa simplicité, sa légèreté et sa dose de drame.

Le postulat de départ est en effet assez cocasse : un garçon et une fille qui ne se connaissent ni d’Eve ni d’Adam, vivant dans des régions différentes du Japon et sans s’être jamais rencontrés, vont se voir soudain plongé dans la vie de l’autre en empruntant, certaines journées, le corps de ce/tte dernier/ère. On pourra évidemment penser au film Freaky Friday de Mark Waters ou encore au manga Dans l’intimité de Marie de Shuzo Oshimi, Your Name est un mélange des deux, puisque il met en scène à la fois l’aspect comique de la situation tout en n’oubliant pas une certaine dramatisation – que je vous laisserai découvrir en allant voir le film, bien sûr. 

Leave a Comment

Me before you (Avant toi) – Jojo Moyes (Livre & Film)

(4/10) On a tous des a priori nés de mauvaises expériences, de bouches-à-oreille fortement négatifs, ou même d’appréhension vis-à-vis de sujets ou d’un genre dont on redoute certains traitements malheureux. Les romans qu’on catégorise comme « romance » (peut-on vraiment parler de « genre littéraire » ?) font partie de ceux-là pour moi. Je m’y connais peu en romans mais j’ai eu l’occasion de voir beaucoup de films de comédies romantiques, principalement américaines.

Leave a Comment

Magic in the Moonlight – Woody Allen

Magic in the moonlight_affiche

Magic in the Moonlight
Réalisé par Woody Allen
Sorti en 2014
Comédie, Romance


Résumé :
« Quand le célèbre prestidigitateur chinois Wei Ling Soo entend parler par son ami Howard Burkah d’une soi-disant médium agissant chez les Catledge, de riches propriétaires sur la Cote Azur, Stanley Crawford, de son vrai nom, décide d’aller démasquer la jeune et ravissante Sophie Baker. »


Note globale :
6/10


J’ai longuement hésité sur la note. Elle aurait d’ailleurs pu être meilleure car, à n’en pas douter, j’ai passé un très bon moment dans la salle de cinéma. Le film est léger, drôle, et se regarde avec plaisir, d’autant plus que les acteurs sont bons. Mais les têtes d’affiche – superbes, cela dit – ne suffisent pas forcément à rendre le film remarquable, bien que j’en garderai une bonne impression. Magic in the Moonlight est mon second essai avec le réalisateur, un essai réussi cette fois, mais qui manque peut-être de mordant et d’un peu plus de spontanéité.

Leave a Comment

Gemma Bovery – Anne Fontaine

Gemma Bovery_affiche

Titre – Gemma Bovery
Réalisation – Anne Fontaine
Année – 2014
Genre – Adaptation, Comédie, Drame
Acteurs – Fabrice Luchini, Emma Arteton, Jason Flemyng (voir détails ici)


« Martin est un ex-bobo parisien reconverti plus ou moins volontairement en boulanger d’un village normand. De ses ambitions de jeunesse, il lui reste une forte capacité d’imagination, et une passion toujours vive pour la grande littérature, celle de Gustave Flaubert en particulier. On devine son émoi lorsqu’un couple d’Anglais, aux noms étrangement familiers, vient s’installer dans une fermette du voisinage. Non seulement les nouveaux venus s’appellent Gemma et Charles Bovery, mais encore leurs comportements semblent être inspirés par les héros de Flaubert. Pour le créateur qui sommeille en Martin, l’occasion est trop belle de pétrir – outre sa farine quotidienne – le destin de personnages en chair et en os. Mais la jolie Gemma Bovery, elle, n’a pas lu ses classiques, et entend bien vivre sa propre vie… »


Note Globale :

6/10


En 2010, Stephen Frears proposait une adaptation de la bédé Tamara Drew de Posy Simmonds. Avec notamment Emma Arteton en tête d’affiche, le film était un divertissement assez sympathique, idéal pour l’été, avec ce qu’il faut de comédie et de second degré pour passer un bon moment. En 2014, c’est au tour d’Anne Fontaine de nous proposer une nouvelle adaptation de l’oeuvre de Posy Simmonds : Gemma Bovery est en effet la digne héritière de son ainée, quoiqu’un peu plus française dans sa touche finale. Et ce n’est pas peu dire. Vous en voulez la preuve ?

Leave a Comment

Le beau monde – Julie Lopes-Curval

Le beau monde_affiche

Le beau monde
Réalisé par Julie LOPES-CURVAL
Interprété par Sergi LOPES, Ana GIRARDOT, Stéphane BISSOT (en voir plus)
Comédie dramatique
2014


« Alice, 20 ans, vit à Bayeux. Elle travaille la laine, crée des teintures, confectionne des vêtements. Elle ne sait que faire de ce talent inné, jusqu’à ce qu’elle rencontre Agnès, une riche parisienne, qui l’aide à intégrer une prestigieuse école d’arts appliqués. Alice laisse tout derrière elle pour aller vivre à Paris. Elle y rencontre Antoine, le fils d’Agnès. Entre eux nait une passion amoureuse. Antoine trouve chez Alice une sincérité et une naïveté qui l’extraient d’un milieu bourgeois qu’il rejette. Alice, grâce à Antoine, découvre de l’intérieur un monde qui la fascine, « le beau monde ». Il lui offre sa culture, elle se donne à lui toute entière. Au risque de se perdre… »


Note Globale :

4/10


Alors autant j’aime les films qui démontrent les clichés, utilisent les stéréotypes et les détournent, autant quand un film traite des sujets comme le choc des classes sociales, sous fond de romance, j’ai toujours peur de tomber dans le vague cliché de la jeune fille pauvre rencontrant le beau riche un peu rebelle. Encore, si la critique est présente et bien menée, ce scénario lui-même cliché serait une belle façon de renverser les stéréotypes ou d’apporter un point de vue nouveau ou juste bien argumenté. Hélas, ce n’est pas le cas de Le beau monde.

Leave a Comment

New York Melody – John Carney

New York Melody_affiche

New York Melody
Réalisé par John CARNEY
Interprété par Mark BUFFALO, Keira KNIGHTLEY, Adam LEVINE (en voir plus)
Comédie (musicale), Drame, Romance
2014


« Gretta et son petit ami viennent de débarquer à NYC. La ville est d’autant plus magique pour les deux anglais qu’on leur propose de venir y vivre pleinement leur passion : la musique. Le rêve va se briser et l’idylle voler en éclat quand, aveuglé par la gloire naissante, il va la plaquer pour une carrière solo et… une attachée de presse.
Ses valises prêtes et son billet de retour pour Londres en poche, elle décide de passer une dernière nuit à New York avec son meilleur pote. Ce dernier l’emmène dans un pub, la pousse sur scène et la force à chanter. Dans la salle un producteur s’adonne à sa plus dangereuse passion : l’alcool. Revenu de tout, du succès et de sa gloire passée, amer, rancunier, il a perdu le fil de sa vie,… Et soudain il entend cette voix, découvre cette grâce, ce talent brut et authentique… Une rencontre enchantée qui pourrait finir en chansons… « 


Note Globale :

8/10


J’ai joué de beaucoup de chance avec New York Melody que j’aurais très certainement manqué si on ne m’avait pas fait remarquer qu’il avait été réalisé par John Carney, le réalisateur d’Once – une romance musicale que j’ai particulièrement aimé. Je suis donc allée voir son nouveau film et n’ai été déçue en rien. En utilisant la même recette qui avait fait d’Once un des meilleurs films indépendants de son année, John Carney nous propose une nouvelle histoire rafraichissante, avec une romance nostalgique, et une ambiance musicale très réussie. Au final, je viens de découvrir un nouveau feel good movie à regarder lorsque le moral tombe à plat : New York Melody revigore et fait du bien !

Leave a Comment

Anna Karénine – Joe Wright

affiche_annakarenine

Anna Karénine
Réalisé par Joe WRIGHT
Interprété par Keira KNIGHTLEY, Jude LAW, Aaron TAYLOR-JOHNSON, Matthiew MACFADYEN (en voir plus)
Adaptation, Drame, Romance
2012


 

« Russie, 1874, la belle et ardente Anna Karénine jouit de tout ce à quoi ses contemporains aspirent : mariée à Karénine, un haut fonctionnaire du gouvernement à qui elle a donné un fils, elle a atteint un éminent statut social à Saint-Pétersbourg. À la réception d’une lettre de son incorrigible séducteur de frère Oblonski, la suppliant de venir l’aider à sauver son mariage avec Dolly, elle se rend à Moscou. Au cours de son voyage, elle rencontre la comtesse Vronski que son fils, un charmant officier de la cavalerie, vient accueillir à la gare. Quelques brefs échanges suffisent pour éveiller en Anna et Vronski une attirance mutuelle…« 


Note Globale :

6/10


Joe Wright est un habitué des adaptations littéraires. Après avoir opté notamment pour Orgueil et préjugés et Reviens-moi, le réalisateur propose une adaptation du célèbre roman de Léon Tolstoï, Anna Karénine, avec encore une fois Keira Knightley en tête d’affiche, accompagnée d’autres acteurs déjà présents dans les films précédemment cités. Certes, retrouver ceux-ci a été plaisant – je pense à Matthew MacFayden qui dans O&P interprétait un Marc Darcy presque aussi bon que Colin Firth dans la version de 1995 -, on retrouve également les décors hauts en couleur, les bals et scènes en société où tant de choses grisantes se passent, les envolées romanesques quand les amants vivent pleinement leur amour et tout le mélodrame attendu. Anna Karénine est un film divertissant et plaisant à regarder, mais est-ce suffisant pour m’enflammer ? Pas vraiment.

Leave a Comment

Bird People – Pascale Ferran

075169

Bird People
Réalisé par Pascale FERRAN
Interprété par Anaïs DEMOUSTIER, Josh CHARLES, Roschdy ZEN, Camelia JORDANA, Akéla SARI (en voir plus)
Drame, Frantastique
2014


« En transit dans un hôtel international près de Roissy, un ingénieur en informatique américain, soumis à de très lourdes pressions professionnelles et affectives, décide de changer radicalement le cours de sa vie. Quelques heures plus tard, une jeune femme de chambre de l’hôtel, qui vit dans un entre-deux provisoire, voit son existence basculer à la suite d’un événement surnaturel.« 


Note Globale :

9/10


Premier film que je vois de la réalisatrice Pascale Ferran, Bird People est également un véritable coup de cœur, tant par la réalisation et l’histoire que par les acteurs qui la portent – en particulier Anaïs Demoustier. C’est une histoire de transition, de renouvellement, de liberté où les envolées poétiques servent autant à l’esthétique du film qu’au message principal.

Leave a Comment

Maléfique – Robert Stromberg

Titre : Maléfique – Réalisateur : Robert Stromberg (Studio Disney) – Année : 2014 – Genre : Conte de fée, Action, Fantastique – Acteurs : Angélina Jolie, Elle Fanning, Sharlto Copley, Sam Riley (voir détails ici)

Maléfique

Avant d’être la sorcière que l’on connaît, Maléfique avait le cœur pur, mais une trahison la poussa à la vengeance le rendant plus noir que jamais.


Note globale :

6/10


Après le fiasco de Blanche Neige et le Chasseur (de Rupert Sanders, 2O12), j’étais sceptique quant aux adaptations de contes de fée, et plus particulièrement ceux dont nous connaissions les dessins animés réalisés par Disney. Certes, Maléfique est produite par les studios Disney, on pouvait donc s’attendre à ce que le film se rapproche sensiblement de la Belle au Bois Dormant de notre enfance. Et, c’est sans doute une des raisons qui m’ont permis d’apprécier le film.

Leave a Comment
%d blogueurs aiment cette page :