Skip to content

Catégorie : BD / Manga / Comics

Je reviendrai vous voir – George Morikawa

je reviendrai vous voir

Je reviendrai vous voir
Dessiné et scénarisé par George MORIKAWA
avec la participation de Tetsuya YANO, Hiro MASHIMA, Ken AKAMATSU, Mitsurô KUBO, Kôji SEO, Hideo NISHIMOTO, Nobuyuki FUKUMOTO, Kazuki Yamamoto, Miki YOSHIKAWA, Makoto RAIKU
D’après l’oeuvre de NOBUMI
Oneshot
Publiée par AKATA en 2015
Témoignage, Autobiographie, Drame


« Nobumi est un jeune père de famille. Il est surtout auteur de livres illustrés destinés aux enfants. À l’instar de nombreux japonais, il sera, le 11 mars 2011, choqué à vie par la triple catastrophe qui s’abat sur son pays. Un peu naïf, et le cœur empli d’espoir, il décide alors d’envoyer gratuitement plusieurs milliers d’ouvrages jeunesse (dont les siens) pour distraire les enfants de la zone sinistrée. Mais quand il annoncera son don sur son blog, les réactions des internautes seront pour le moins… violentes ! Choqué et meurtri jusqu’au plus profond de son âme, Nobumi va alors vivre une véritable crise artistique, dont une seule issue sera possible : laissant pour plusieurs jours sa vie confortable de tokyoïte, il part en tant que bénévole volontaire, pour aider à la reconstruction de la zone sinistrée du nord est du Japon. Il y découvrira un paysage encore pire que tout ce qu’il avait pu imaginer… Suivez son émouvante histoire vraie, mise en dessins sous la plume des meilleurs mangakas japonais ! »


Note globale :

6/10


Je ne voulais d’abord pas noter cette oeuvre. Quand il s’agit de témoignage, et d’autant plus d’une autobiographie, j’hésite toujours. Je veux avant tout respecter l’exercice et la volonté de l’auteur de partager son expérience. Un vécu dont on ne peut saisir, qu’à une certaine mesure, toute la portée émotionnelle, psychologique, et peut-être bientôt historique d’un tel drame à la fois individuel et collectif. L’empathie aide, bien sûr, mais la compassion a ses limites – et c’est de cette limite, où se tapit le jugement hâtif, souvent inconscient, que je me dois d’y réfléchir. Finalement, j’ai opté pour un compromis : le manga en tant que création peut être apprécié et facilement noté ; mais cette appréciation ne reflète pas l’intérêt de cette oeuvre qui est bien réel.  Je m’explique.

Leave a Comment

A Silent Voice – Yoshitoki Oima


A Silent Voice

Scénarisé et dessiné par Yoshitoki Oima
Série en cours en France (série complète au Japon avec 7 tomes)
Publiée par Kioon depuis 2015
Drame, School-life, Shonen
6,67€ le tome, 192 Pages


Résumé :
« Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule.
Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible.
Psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes… jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école. À cet instant, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusque-là ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable… »


Note globale  :

8/10


Quand on m’a conseillé cette série dans ma librairie BD préférée, j’étais assez dubitative. Certes, le pitch m’intéressait beaucoup (je me suis quand même procuré le premier tome), mais le dessin m’attirait bien moins. Ce n’est pas vraiment mon style, et le côté assez « kawai » (mignon, en japonais) me rebutait. Je craignais, à vrai dire, un côté trop mielleux avec une fin de conte de fée. Et si celle-ci semble presque trop belle pour être vraie, le manga a cependant tenu ses promesses de bout en bout. Je ne regrette d’ailleurs pas qu’il ait dans un sens pris une tournure aussi idéale. Au contraire, cette fin pleine de bons sentiments n’exclue pas non plus son revers  : on ne peut en effet pas dire que ce manga soit tout à fait et à aucun moment rose bonbon.

Leave a Comment

20th Century Boys – Naoki Urasawa

20th century boys

20th Century Boy de Naoki Urasawa
Série en 22 tomes publiés intégralement chez Panini Manga
(Version Deluxe : 5 tomes parus contenant chacun 2 volumes)
Série terminée
Mystère, Seinen, Action, Thriller


Kenji est seul avec sa mère pour s’occuper de son magasin, depuis que sa sœur a disparu il doit aussi prendre soin de sa petite nièce Kanna. Il habite depuis toujours ce quartier, croise régulièrement ses anciens camarades de jeu et semble avoir définitivement mis de côté ses ambitions, ses vieux rêves. Pourtant un jour il entend parler d’un couples qui a soudainement disparu près de chez lui, sur leur porte il aperçoit un étrange dessin qui commence à l’intriguer, un dessin qui lui rappelle le groupe qu’il formait avec ses copains, gamins, et avec qui il s’était engagé à « protéger le monde »… Mais c’est avec la mort de l’un d’eux, « Donkey », que les choses s’affolent dans sa tête. Il va alors commencer son enquête et tenter de découvrir qui est ce mystérieux « Ami » qui dirige le groupe qui se cache sous ce dessin.


Note globale :

8/10


 

Il me semble impossible de rédiger une chronique digne de ce nom pour un manga qui m’aura tenu en haleine tout le mois d’Avril, quitte à reléguer au second plan mes autres lectures. Sans regret, j’ai dévoré l’ensemble des vingt-deux tomes d’une traite, ne pouvant détacher mon regard de l’histoire, désirant plus que tout connaître le fin mot de l’histoire. C’est un manga passionnant  et complet que nous propose Naoki Urasawa (auteur des non pas moins reconnus Monster ou encore Happy, prévus dans mes futures lectures), même si je regrette malgré tout cette fin tombant comme un cheveu dans la soupe.

Leave a Comment

La mémoire de l’eau #1 – Valérie Vernay & Matthieu Reynes

la-memoire-de-l-eau-tome-1---premiere-partie-14160

La mémoire de l’eau, tome 1, de Valérie VERNAY et Matthieu REYNES
Publié aux éditions DUPUIS, 2012
Jeunesse


« Le jour où Marion emménage avec sa mère dans la maison de famille dont elles ont hérité, une nouvelle vie commence pour la petite fille. Fini la vie citadine, les voilà installées au bord de la mer, dans le village où ses grands-parents ont vécus plus de trente ans auparavant. L’endroit est magique : une vue imprenable, la plage au pied du jardin… Au village, les plus anciens se souviennent du grand-père de Marion, disparu en mer bien avant sa naissance ; c’est l’occasion pour elle d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de sa famille, dont elle ne sait presque rien. Et puis, il y a ces rochers sculptés, sur la lande, dont les anciens du village disent qu’ils sont une trace de légendes oubliées… Mais alors dans ce cas, pourquoi déchiffre-t-elle sur l’un d’entre eux les initiales et la date de disparition de son grand-père ? »


Note globale :

5/10


Bande dessinée jeunesse lue à peine ce mois-ci et déjà peu de souvenirs m’en restent. Ce n’est cependant pas une mauvaise bédé, le graphisme plaira sans aucun doute et certains pourront même s’identifier à cette héroïne qui cherche à tromper son ennui à travers l’exploration de son nouvel environnement. Pourtant, sans qu’elle ne m’ait vraiment déplu, La mémoire de l’eau ne m’aura pas non plus captivée. 

Leave a Comment

The girl from class – Subong Park

the girl from class cover

The girl from class de Subong Park
Webtoon (Webcomics coréen)
Comédie, Romance
Le lire sur Webtoons.com


Have you ever fallen in love with a girl sitting next to you? His love has begun just like that.


Note globale :

9/10


S’il y a bien une chose que j’ai apprise en m’aventurant dans la bédé, c’est qu’on n’est jamais à l’abri des surprises – encore moins des coups de cœur. Il ne faut préjuger de rien et garder l’esprit ouvert. Et à ce propos, je voudrais vous parler d’un Webtoon qui ne paie pas de mine mais qui a été une lecture étonnante. Le résumé (que j’ai volontairement laissé en anglais) est à ce propos très parlant. Simple mais efficace, il est en ce point représentatif de l’essence de la BD qui m’a immédiatement enchantée.

Leave a Comment

La belle mort – Mathieu Bablet

la belle mort

La belle mort
Scénarisé et dessiné par Mathieu Bablet
Publié par Ankama, 2011
Science fiction


« C’est comme ce film-là, tu vois : des insectes géants envahissent la terre et il reste plus qu’un petit groupe de survivants. »
« Et du coup, ils font quoi ces types ? »
« Ben justement, ils savent pas. »


Note globale :

5/10


S’il y a bien une chose que Mathieu Bablet n’a plus à me prouver dorénavant, c’est son indéniable talent de dessinateur. Et surtout, quel incroyable maître de la perspective ! Avec La Belle mort, première œuvre publiée, il m’impressionne dans la construction architecturale proposée. On est plongé dans un décors de métropole de fin du monde hyper réaliste et très jouissif tant il permet de se projeter dans cet univers. La qualité graphique de cette bande dessinée est cependant telle qu’on en vient à regretter un scénario qui ne suit pas. Hélas !

2 Comments

De cape et de crocs #4 et #5 – Ayroles et Masbou

de cape et de crocs T4

De cape et de crocs #4 Le mystère de l’île étrange et #5 Jean sans lune
Scénarisé par Alain Ayroles
Dessiné par Jean-Luc Masbou
Publié par Delcourt, 2001 et 2002
Cape & Epée, Fantastique, Aventure, Comedia dell’arte


Les anthropophages qui hantent les forêts des îles Tangerines tremblent à la seule évocation du volcan sacré dont les flancs abritent, dit-on, un fabuleux trésor. Faisant fi des admonitions indigènes, Messieurs Maupertuis et Villalobos s’aventureront pourtant à travers une lagune infestée de monstres.


Note du tome 4 : 6/10

Note du tome 5 : 7/10


ATTENTION ! Si, je fais attention à ne pas spoiler le continu des tomes dont je parle, je ne peux promettre de ne pas en émettre sur les tomes précédents. Aussi, si vous n’avez pas encore lu le tome 3, je vous conseille de vous référer à la chronique du dernier tome que vous avez lu, si ce n’est le premier si vous n’avez pas encore attaqué cette très sympathique saga.


Que l’aventure continue ! Voilà ce que je me suis exclamée lorsque j’ai terminé ces deux tomes – et j’ai d’ailleurs depuis emprunté les deux suivants. Addictive, De cape et de crocs l’est toujours, mais cette fidélité et ce plaisir de lecture, indéniables, sont d’avantage dus à l’intérêt émoustillé par les tomes précédents que par ceux-ci. Bien évidemment, mes notes auraient été plus sévères si je n’avais pas autant apprécié ma lecture. Néanmoins, je me dois aussi d’être honnête : si le plaisir est toujours là – car après tout la recette est la même – il n’en reste pas moins que cette suite est un peu en deçà de ce qui la précède.

Leave a Comment

IDA #2 et #3 – Chloé Cruchaudet

ida tome 2
Ida #2 Candeur et Abomination et #3 Stupeur et révélation
Dessinées par Chloé Cruchaudet
Publiées par Delcourt, 2011 et 2012
Aventure
Série terminée en 3 tomes


Quelque peu agacée par Fortunée, Ida décide de voyager seule. Sitôt débarrassée de sa dame de compagnie au détour du premier comptoir venu, elle se met en tête de découvrir la région du Dahomey. Heureuse coïncidence, la voici officiellement invitée à la cour du roi. Flattée et candide, elle espère être reçue avec le faste approprié à son rang mais c’est un tout autre accueil qui lui sera réservé…


 Note globale :

9/10


Après plusieurs mois de patience à me languir de cette suite, j’ai été plus qu’enchantée de me replonger dans cette aventure multicolore. J’avais abandonné Ida et Fortunée dans leur périple en pleine Afrique, aventurières, mais toujours à cheval sur la bienséance. Ida, surtout, prenait bien garde à ne jamais outrepasser son éducation et jugeait bien sévèrement la pauvre Fortunée qu’elle avait aussi sauvé d’un futur morose. Néanmoins, un changement indéniable va commencer à apparaître dans le personnage d’Ida et transformer, indubitablement, mais sans jamais être hors de propos, la bédé.

Leave a Comment

Adrastée #1 – Mathieu Bablet

adrastée 1Adrastée #1
Dessinée par Mathieu Bablet
Publiée par Ankama, 2013
Légende, mythologie, drame


 Après avoir passé 1000 ans sur son trône de pierre à méditer sur sa condition d’immortel, un homme, ancien roi d’hyperborée, part vers le Mont Olympe. Après avoir vu disparaître les siens et son peuple, au fil d’une vie qui n’a que trop duré, il s’est enfin décidé à trouver les Dieux pour les questionner quant à son étrange nature. Pourquoi lui ? Comment mourir ? Peut-il encore retrouver celle qu’il a aimée ?


 Note globale :

7/10


Ce que j’ai préféré ? Le dessin, sans hésiter. Les couleurs, le style du dessinateur en général : son univers et l’ambiance de sa bédé. Le tout s’harmonise avec une histoire très sympathique, même si pas excessivement originale. Certes, c’est finalement assez « simple » d’apparence, mais est-ce réellement un défaut ? Un poil de complexité aurait sans doute rendu la bédé excellente, mais les thèmes qu’elle aborde ne sont pas moins intéressants. Cerise sur le gâteau ? On parle de mythologie.

6 Comments

Anthology – Katsuhiro Otomo

anthology
Anthology

Scénarisé et dessiné par Katsuhiro Otomo
Publié par Kana, 2008
Recueil, Oneshots, Science-fiction


Ce recueil contient 10 petits récits signés Katsuhiro Otomo et qui ont été réalisés entre 1977 et 1981, avant la réalisation de la saga culte Akira. Ici Otomo bouleverse les codes de l’époque en apportant sa vision du monde où la science fiction est un élément-clé mais qui dépasse de loin la simple anticipation…
Ce recueil mélange des pages en noir et blanc, des pages en couleurs, des pages en bichromie.


 Note globale :

8/10


Katsuhiro Otomo. Cela fait bien plaisir de revoir son nom apparaître sur le devant de la scène, alors qu’il vient de remporter le Grand Prix de la Ville d’Angoulême. A l’occasion, quoi de mieux que de se plonger dans ses premières œuvres ? « Anthology » est en effet un recueil de courtes histoires (appelées autrement « oneshots ») qui sont d’autant de prémisses à l’œuvre phénoménale qu’est devenue Akira. Un recueil qui, comme chaque œuvre de cet auteur, peut autant vous faire rire que vous donner froid dans le dos.

Leave a Comment
%d blogueurs aiment cette page :