Skip to content

Et si nous parlions cinéma ? #6

Entête Top Films 6Je n’ai pas été très sérieuse ces derniers mois. Non seulement j’ai vu très peu de films, mais en plus je pense même avoir oublié de les noter. Généralement, j’utilise le site communautaire Senscritique pour les garder en mémoire quelque part, surtout quand je ne vous en parle pas tout de suite.

Ça fait donc depuis Juillet que je n’ai pas fait de bilan cinéma ; autant dire que même si je n’ai pas tellement vu de films, il y a pas mal de choses à rattraper. Bonne lecture !

#14 – Jupiter d’Andy Wachowksi, Lana Wachowski – 2/10

JupiterJe savais avant de voir le film que je n’allais pas aimer. Dès la bande d’annonce, ça se voyait à des kilomètres que le scénario serait bidon, que les acteurs seraient juste des façades (quelques grimaces et c’est bouclé), que la réalisation ne serait pas terrible. C’était de fait très réussi : je ne m’étais pas trompée. Pourquoi ai-je mis « 2 » ? Peut-être que j’ai, hélas oui, déjà vu bien pire.

#13 – Les 4 fantastiques de Josh Trank – 2/10

4 fantastiquesAussi kitsch et pas terrible qu’ils furent, les adaptations de Tim Story m’ont bien mieux plu que celle-ci – bien qu’on puisse faire mieux ! Je suis d’accord avec un article que j’ai lu (je ne sais plus dans quel magazine spécialisé) quand les personnes interviewées disaient que la meilleure adaptation qu’on pourrait trouver serait « Les Indestructibles », bien que je n’ai jamais lu les comics, à dire vrai. Mais c’est cet état d’esprit que j’aurais bien aimé retrouver. Ce que je reproche surtout dans ce film, c’est d’avoir bêtement surfé dans les vagues qui se font actuellement. Encore une fois, le jeunisme à tout prix m’exaspère. Pourquoi ? Ce n’est pas tant d’avoir choisi un casting plus jeune – même s’il faut quand même avouer qu’il est très orienté – mais plutôt que ce qui ressort du film est une impression qu’on a tendance à appeler « teenage », et qui est péjoratif. Tout du long, le scénario est décousu. Ça traîne en longueur. Rien n’est surprenant. La seule chose que j’ai appréciée, c’est le moment où les héros se réveillent suite à l’incident. Ces scènes se détachaient du reste du film à la fois dans le ton et le traitement. Elles étaient d’une dureté réaliste et froide. Malheureusement, ce fut un instant bref très vite oublié par la médiocrité du scénario et des acteurs peu convaincants. J’apprécie Miles Teller, mais hormis le fait de surfer sur sa vague de popularité actuelle, je ne vois pas tellement pourquoi le rôle lui a été donné (encore qu’il est celui qui joue le mieux du groupe). Rien de plus frustrant de sortir de la salle en ayant l’impression d’avoir juste perdu son temps (et pourtant, il ne dure qu’une heure quarante).

#12 – The Amazing Spider-Man 1 et 2 de Marc Webb – 5/10

the amazing spidermanAlors, j’ignore si c’est dans le premier film ou dans le second, mais je me souviens d’avoir eu la nausée. Visuellement, c’était insupportable de suivre les mouvements de caméra. Ils m’ont laissé une sensation désagréable, qui finalement va me rester en mémoire quand je repenserai à ce(s) film(s). Je suis très attachée à l’adaptation de Sam Raimi. J’aimais beaucoup sa vision du comics et du personnages, quoi qu’il faut admettre que Marc Webb était peut-être plus proche du comics en la matière. Mais j’ai toujours préféré les héros dépressifs à l’éternel adolescent boute-en-train.

#11 – Et soudain, tout le monde me manque de Jennifer Devoldère – 5/10

et soudain tout le monde me manqueAvec Mélanie Laurent, il semble qu’il y ait peu de juste milieu. Soit, on apprécie, soit pas du tout. Hormis pour « Je vais bien ne t’en fais pas », je dois admettre être pour le moment dans le second camp. Ce film n’est pas mauvais ; mais c’est typiquement le genre de films assez moyen typique des productions françaises. Il manque de dynamisme – vraiment. Dans le jeu des acteurs, dans la mise en scène, dans l’histoire… C’est juste un peu trop mou et peu mémorable.

#10 – La cite de l’ombre de Gil Kenan – 5/10

cité de l'ombreMême si j’aime bien ce genre d’univers, que le film n’est pas tellement mauvais, que l’histoire pourrait prendre auprès des jeunes et des grands enfants, il manque quand même un peu plus d’originalité et de recherche dans l’aboutissement du film. C’est comme quelques bonnes idées, hélas pour la plupart déjà connues du public, qu’on assemble sans grande finalité. Sans nul doute, ça se laisse suivre, et plutôt bien même. Mais franchement, il est loin de pouvoir se démarquer des films du même acabit. Les obstacles sont trop faciles ; les personnages sont des archétypes bien définis ; il n’y a pas trop de surprise dans les rebondissements. Bref, en rien « La cité de l’ombre » ne s’est montré original. Il n’y a pas eu ce petit plus qui l’aura différencié. A voir, si c’est le type de film qui vous plaît. Sans plus. Une bonne petite moyenne.

#7 – Ricki and the Flash de Jonathan Demme – 5/10

ricki and the flashC’est un peu déçue que je suis sortie de la salle obscure. Non que je m’attendais à quelque chose d’extraordinaire mais j’ai surtout trouvé l’ensemble assez banal. Plaisant, certes, agréable à regarder, un peu distrayant. Mais plutôt quelconque finalement. Ce genre de films que j’apprécie finalement mieux dans mon canapé, un thé chaud à la main, et sur ma télévision, plutôt que sur un grand écran. Même si j’aime les films qui sans être musicaux tourne autour de la musique, je n’ai pas non plus été si emballée par cet aspect. Car il est ici tellement cliché et surtout l’instrument qui rend tout le scénario facile et vu, revu et très plat. Quelques laïus que je n’ai pas non plus aimé, et beaucoup de regret au fait qu’il faut un homme pour apprendre à une femme ce qu’on attend finalement d’elle. Qu’elle soit juste une mère.

#9 – American Ultra de Nima Nourizadeth – 5/10

american ultraUn film qui a l’air de surfer sur la vague des titres comme « Le dernier pub avant la fin du monde », excepté qu’il n’y parvient pas tout à fait. Sans parler de lourdeur, j’ai surtout ressenti plusieurs longueurs qui dans ce genre de film rompent tout l’effet. Les personnages manquent de charisme, les enchaînements ne sont pas à la hauteur de la prétention voulue. Certes, quelques moments drôles. C’est divertissant, en règle général. Mais ça reste quand même un petit loupé.

#8 – Le labyrinthe 2 : La Terre Brûlée de Wes Ball – 6/10 >>> Lire ma chronique

le labyrintheC’est assez rare en ce moment pour le souligner, j’ai chroniqué ce film ! Oui, chers lecteurs, je l’ai fait. Je ne m’étendrai donc pas ici. Si vous avez lu ma précédente chronique sur le second tome, vous saurez que je l’ai presque entièrement détesté. Après l’enthousiasme du premier tome, ma déception en fût encore plus grande. Je me suis ennuyée, ça m’a agacé. Je n’avais qu’une hâte : en finir à tout prix. Si bien qu’il m’a fallu une année pour enfin me décider à clore la trilogie (et je ne pense pas forcément lire le préquel « The Kill Order »). Ce fut donc avec beaucoup de possibilité de me surprendre que ce film a quand même réussi à me plaire ; en tout cas, mieux que le livre, même si je regrette une fin qui laisse présager un 3e film qui risque bien, lui, de me déplaire (ce serait dommage car au final le troisième tome m’a assez plu).

#6 – Sils Maria d’Oliver Assayas – 6/10

sils mariaBeaucoup de dilemme autour de ce film. C’est le genre de films que j’aime, en règle générale. C’est peut-être mon côté un peu fleur bleue. Peu de personnages, beaucoup d’introspection, une relation étroite, aux frontières floues, un incipit clairement avoué, quoi qu’ici peut-être manquant de finesse et d’aboutissement. Cependant, je tiens à souligner une chose : c’est que le film est porté par deux actrices de talent, et pour l’une d’elle, une surprise renouvelée. Oui, Kristen Stewart, parfois, je t’apprécie.

#5 – Une merveilleuse histoire du temps de James Marsh – 7/10

une merveille histoire du tempsVoilà la parfaite histoire d’un biopic dramatique. Rien de très surprenant, pourtant un très agréable moment d’émotion. Évidemment, le film ne peut proposer une exhaustivité de l’histoire de Stephen Hawkings. D’une part, parce qu’il est tiré du témoignage de son épouse, ce qui implique forcément un angle de vue mais aussi une vue partielle. D’autre part, parce qu’il faudrait plus que deux heures pour pouvoir aborder toutes les facettes de ce scientifique : l’homme, l’homme social, le scientifique, l’intellectuel… Ici est surtout abordé ce premier, plus précisément de l’homme social amoureux et de la façon dont son histoire l’a aussi porté. C’est un conte pas si féérique, mais une histoire qui inspire et qui est vouée à émouvoir. Dans tout son aspect très classique et conventionnel, j’ai trouvé que le film réussissait à atteindre sa promesse. En ce point, j’en ai été pleinement satisfaite. Reste qu’il me tarde également d’en connaître un peu plus le scientifique.

#4 – Much Loved de Nabil Ayouch – 7/10

much lovedUn film dont j’avais bien sûr entendu parler. Il a beaucoup fait parler de lui à sa sortie, et j’étais curieuse de le voir. Mais c’est surtout par hasard que le sort s’est décidé en sa faveur, car je voulais, à la base, regarder Seul sur Mars (ce que je n’ai finalement pas fait) mais la salle était déjà comble. Coup de bol, nous avons choisi Much Loved et j’ai trouvé l’expérience très réussie. J’ai aimé cette façon de ne pas être dans la vulgarité absolue quand bien même le film reste très cru – ce que je craignais surtout mais qui ne s’est pas révélé si dérangeant – peut-être pas assez, finalement ? En tout cas, je m’attendais à bien pire. Qu’il y ait un parti pris ou non, j’ai aimé la façon dont il a été réalisé. Même si en effet le fait de s’attacher aux jeunes femmes dans leur personnalité implique peut-être un manque de recul, et de point de vue, je dois admettre que cela a aussi permis de mettre en avant d’excellentes actrices.

#3 – Enemy Mine de Wolfgang Petersen – 7/10

enemy mineMalgré son âge, et les effets spéciaux, ce film ne semble avoir pris aucun coup de vieux. Ce fut d’abord avec quelques rires que nous avons accueilli l’arrivée des héros, mais très vite, l’amusement s’est transformé en réel intérêt. C’est l’histoire d’une rencontre du troisième type ; de l’opposition de deux parties enchaînés par une guerre née de l’intolérance ; c’est aussi l’apprentissage de l’autre. Ce film a clairement un côté ringard, parfois lourdingue d’un sentimentalisme et un arrière-goût des productions des années 80 – peut-être qu’au fond, c’est cela qui m’a justement plu. Peut-être aussi parce qu’il s’agit presque d’un huis-clos. Et parce que le fond est l’axe principal, dont la forme devient le prétexte.

#2 – Le Petit Prince de Mark Osborne – 8/10 Coup de Cœur 2015 >>> Lire ma chronique

le petit princeJ’en ai fait toute une chronique (une des rares !), car ce film m’a vraiment plu. Même si je regrette profondément certains choix scénaristiques, quelques facilités et des longueurs inutiles, toute l’animation en stop-motion qui reprend les extraits du livre, m’ont énormément plu. J’ai été très touchée par la sensibilité et la poésie qu’on y retrouve. C’étaient des moments très agréables, qui laissent une profonde sensation de plénitude et ont un effet apaisant. Par contre, c’est vrai que j’ai beaucoup moins aimé le reste. Autant dans l’animation, très Pixar, beaucoup trop lisse, que dans le choix de revoir par deux autres façons l’histoire du Petit Prince. C’est tenter d’expliquer un livre dont toute la qualité est justement qu’il n’en a pas besoin. C’est même quelque part aller à l’encontre des paroles du Renard. La deuxième partie, surtout, quand l’histoire du Petit Prince se termine, m’a fortement déplu. Mais la note qui peut paraître très généreuse est entièrement justifiée par les extraits du Petit Prince. Je me répète encore mais je les ai trouvés très réussis.

#1 – Jumanji de Joe Johnson – 8/10 Coup de Cœur 2015

jumanjiDe la triche de le choisir en première position ? Bien sûr que non ! Il faut dire que cela des années que je ne l’ai pas vu. Je ne sais même plus ce qu’il me restait en mémoire, mais à vrai dire pas grand-chose hormis quelques brides déformées qui remontent à mon enfance. Quel plaisir, vraiment, d’y replonger. J’avais oublié tellement de détails ! Alors, certes, il faut dire que les effets spéciaux ont pris un sacré coup de vieux. J’ai ri à des moments où il aurait peut-être fallu sursauter. Mais, étant bien consciente de cela, je n’ai pas été dérangée plus que ça. Car le film en soi me rend nostalgique. Non seulement parce qu’il évoque bien évidemment mon enfance mais aussi un style de film, une façon de les faire, qui aujourd’hui serait complètement dépassée. Les tendances ont évolués et beaucoup d’effets, de rebondissements et de dialogues ne fonctionneraient plus. J’ai cependant aimé retrouvé les acteurs, les voix françaises et ce bon vieux doublage, même la piètre qualité de la vidéo m’a fait plaisir. Peut-être au fond étais-je aussi dans d’excellentes conditions pour le voir !


 

Et bien voilà le bilan de mes derniers mois de visionnage. Comme vous pouvez le constater, rien de bien nouveau ou très récent. Les sorties me filent sous le nez et pour cette année, je crois qu’il n’y en aura pas beaucoup plus. Je n’ai plus la carte UGC et je n’ai donc pas vraiment la foi de passer trois quart d’heure dans les RER et métro si c’est pour dépenser une dizaine d’euros et prendre le risque d’être déçue (pour un film). Le cinéma attendra ainsi l’année prochaine, le temps que je me reprenne un abonnement. Et bien que ça me manque vraiment, je ne suis pas non plus déçue de pouvoir passer du temps à autre chose. Bouquiner, par exemple !

Et vous ? Qu’avez-vous vu récemment ?

Be First to Comment

  1. The Lobster : j’ai beaucoup aimé mais je crois que j’étais la seule dans la salle
    21 jours avec Pattie : bien aimé aussi

    • Cool ! J’avais très envie de voir The Lobster. Je note pour le trouver du coup. Par contre, je n’ai pas du tout entendu parler de 21 jours avec Pattie. La bande d’annonce est drôle, surtout le casting est pas mal.

      • C’est vraiment drôle ! À mon avis ça doit passer à l’Utopia 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :